Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ENVIRONNEMENT, art

Être sensible à l'environnement

Le sens passif du terme est, grosso modo, celui que perçoivent les architectes : ils n'estiment pas « réaliser un environnement » lorsqu'ils construisent un édifice, ce qui relève à leur sens de l'architecture ou de l'urbanisme ; mais, par contre, ils se montrent aujourd'hui très préoccupés par l'environnement de leurs bâtiments, c'est-à-dire par tout ce qu'il y a autour, éléments préexistants, voire contraignants.

L'origine de ce sens architectural est indubitablement anglo-saxonne, le terme n'ayant d'ailleurs en anglais qu'une signification très générale. En français, il ne devient courant avec le même sens que dans les années 1966-1967, notamment dans la « plate-forme revendicative » des élèves de l'École des beaux-arts de Paris, qui réclament une faculté de l'environnement, pour remplacer les écoles d'architecture. Une expérience est tentée dans ce sens en 1967-1968. Elle aboutit à la constitution d'Environnement 68 et même à la fondation d'un Institut d'étude de l'environnement après les événements de mai 1968, en France, et la fermeture de l'école.

Environnement est ici un mot politique qui permet d'éviter celui d'architecture– ou pire de beaux-arts – dont le sens paraît à beaucoup extrêmement dépréciatif.

Il faut souligner combien cette notion, quoiqu'un peu imprécise, va s'avérer essentielle dans le domaine de l'urbanisme ; l'environnement, désormais, n'est plus seulement le contexte visuel ou topographique d'un bâtiment : on parle alors des « sciences de l'environnement » et on désigne par cette locution la sociologie, la géographie humaine, l'économie et même l'histoire de l'art, soit toutes les sciences humaines ayant un rapport quelconque avec l'acte de bâtir.

Dans les années qui suivirent la Seconde Guerre mondiale, sous l'influence des écrits de Le Corbusier, s'était développée une théorie fonctionnaliste de l'architecture et de l'urbanisme qui réduisait les problèmes à une échelle très élémentaire et quelque peu mécaniste : la cellule d'habitation, mesurée sur les gestes de l'homme, l'architecture, qui était seulement l'expression honnête de cette cellule, et l'urbanisme, dont l'intention se limitait à une équation air + soleil + verdure = bonheur, liée à une théorie fallacieuse des trois établissements humains et du classement des circulations, constituaient un ensemble cohérent mais stérile.

Après quelques expériences désastreuses d'« habitat pour le plus grand nombre », on s'est orienté vers un modernisme décoratif qui, tout en acceptant les principes systématiques du rationalisme, rachetait son « ennui » par une ornementation plaquée que l'abondance des matériaux lui facilitait. Mais cette solution pitoyable ne pouvait donner lieu qu'à une vive réaction contre ce que l'on a appelé la « renaissance du style Beaux-Arts », et cette réaction s'est exprimée par un souci très vif de l'environnement.

Les premières tentatives avaient été celles d'architectes comme Frank Lloyd Wright et Eero Saarinen aux États-Unis, Alvar Aalto en Finlande, Hans Scharoun en Allemagne, qui brisaient l'idéal puriste de l'architecture moderne. Le Corbusier lui-même, dans ses dernières recherches, avait exprimé cette nécessité. Mais, bientôt, après la recherche de l'intégration au site et la recherche de formes souples, on s'est intéressé à ce qui constituait réellement une atmosphère urbaine : le tissu de relations sociales, économiques, géographiques, politiques et culturelles qui donnait naissance à une ville dans et à travers l'histoire.

Il faut ainsi remarquer le succès[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : conservateur général du Patrimoine, vice-président de la Commission du vieux Paris
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANSELMO GIOVANNI (1934-2023)

    • Écrit par Béatrice PARENT
    • 801 mots

    Artiste italien, Giovanni Anselmo, né le 5 août 1934 à Borgofranco d’Ivrea (Piémont), a partagé sa vie entre Turin et l’île de Stromboli. Il est, avec Mario Merz, Jannis Kounellis et Gilberto Zorrio, l'une des figures marquantes de l'Arte povera (l’« Art pauvre »), mouvement...

  • BEUYS JOSEPH (1921-1986)

    • Écrit par Didier SEMIN
    • 3 720 mots
    Conjointement aux « actions »,Beuys a produit de nombreux environnements et objets. Souvent, ceux-ci étaient d'ailleurs le cadre, l'instrument ou la trace d'un rituel accompli, et il en parlait volontiers comme d'« actions statiques ». Ils se laissent, moins encore que les actions elles-mêmes, enfermer...
  • BOURGEOIS LOUISE (1911-2010)

    • Écrit par Maïten BOUISSET
    • 1 510 mots
    ...dont Cumul I réalisé en marbre blanc (1969, Musée national d'art moderne, Centre Georges-Pompidou, Paris). Peu après, Louise Bourgeois réalise l'environnement The Destruction of the Father, où elle évoque les rapports douloureux qui ont marqué son adolescence, alors que son père avait installé...
  • ELIASSON OLAFUR (1967- )

    • Écrit par Bénédicte RAMADE
    • 736 mots

    Danois d'origine islandaise né en 1967 et installé à Berlin, Olafur Eliasson a commencé à exposer à la fin des années 1990. Il a surtout signé l'une des œuvres les plus marquantes de l'année 2003 en installant dans le grand hall des turbines de la Tate Modern de Londres, son...

  • Afficher les 27 références

Voir aussi