ELIASSON OLAFUR (1967- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Danois d'origine islandaise né en 1967 et installé à Berlin, Olafur Eliasson a commencé à exposer à la fin des années 1990. Il a surtout signé l'une des œuvres les plus marquantes de l'année 2003 en installant dans le grand hall des turbines de la Tate Modern de Londres, son Weather project. Deux millions de visiteurs et six mois plus tard, son installation sensible était devenue une légende. À partir de l'expérience toute locale du climat britannique, et surtout de son indice culturel, Olafur Eliasson a hissé un soleil artificiel à 35 mètres de hauteur, amplifié par un plafond de miroirs. L'artiste propose ici un sentiment de sublime totalement composite, un moment de contemplation immergé dans un jaune qui sature la rétine. Le sentiment de la nature passe ici par une construction bien visible à partir de néons. Eliasson a toujours cherché à stimuler la perception chez son visiteur, sans effet d'illusion. Ici l'utilisation de cette teinte fait basculer la vision en noir et blanc, et le cerveau, allégé en informations, gagne en acuité visuelle. Cette expérience à la fois perceptive, émotive, psychologique et physique, replace l'homme dans un paysage monochrome fait de miroirs et de lampes tungstène mono fréquence, un environnement croisant la science avec l'art, à la manière de certains romantiques au xixe siècle. Eliasson aime à souligner que tout est culture bien plus que nature, mais sans doter son discours d'une quelconque phraséologie écologiste. Son exploration des sciences cognitives lui a permis de mener ces dernières années une recherche plastique, à la fois belle et intelligente, qui a pour centre la perception du visiteur : « Mon travail porte sur l'implication du public... Ce qui m'intéresse c'est le décalage entre ce que nous voyons et l'attente de ce que nous en avons. »

« Je ne suis ni un météorologiste, ni un botaniste, j'essaie de maintenir dans mon esprit, un discours ouvert », dit encore cet artiste qui a reconstitué des tornades, importé au musée d'Art moderne de la Ville de Paris un champ de lave (Lavafloor, 2002) et recréé les chutes du Niagara sous le pont de Brooklyn à New York (2008). Eliasson veut surtout « créer des interprétations, des représentations qui n'engagent que l'individu concerné. » La subjectivité est d'ailleurs dans l'air du temps : plusieurs artistes manipulent eux aussi les sciences cognitives afin de stimuler la perception physique et mentale comme chez Carsten Höller. Mais, à la différence de ce dernier, Eliasson mène une campagne de sensibilisation douce et légère, jouant avec la dimension magique des expériences qu'il élabore avec des éléments naturels. Avec la coloration en vert acide de plusieurs fleuves à Brême, Moss, Los Angeles, Stockholm en 1998, (Green River), il a démontré le rôle de l'environnement dans la construction du regard public. À l'époque, le geste fut anonyme pour laisser totalement ouvertes les lectures, de l'éco-guérilla à une pollution éventuelle, histoire de replacer ces cours d'eau au cœur du schéma comportemental urbain. Eliasson ne brasse pas les grands idéaux écologiques ni les codes de l'esthétique de la catastrophe, mais préfère offrir une renaturalisation du sujet observé. En rendant quantité de phénomènes visibles, il développe l'acuité du visiteur comme personne : « Il s'opère une inversion du sujet et de l'objet, le spectateur devient l'objet, l'environnement devient le sujet. »

Olafur Eliasson conçoit Starbrick (2009), un module lumineux, qui fonctionne comme un objet indépendant ou qui peut être assemblé pour former des éléments architecturaux. En 2011, l’artiste installe Your Rainbow Panorama, une passerelle circulaire de 150 mètres de long, munie de vitres de verre coloré, située au sommet de l’ARoS, le musée d’art d’Aarhus (Danemark).

Après avoir représenté le Danemark lors de la 50e biennale de Venise (2003) avec Cold Wind Sphere, Olafur Eliasson monte une rétrospective itinérante de son œuvre (2007-2010) du Museum of Modern Art de San Francisco au Museum of Contemporary Art de Sydney.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : critique d'art, historienne de l'art spécialisée en art écologique américain

Classification

Autres références

«  ELIASSON OLAFUR (1967- )  » est également traité dans :

BERLIN (foyer culturel)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 4 404 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un Eldorado problématique »  : […] Selon les statistiques officielles, une vingtaine de milliers d’artistes vivent, en 2013, à Berlin, environ 10 p. 100 de la population active. Pas moins de cinq cents galeries exposent leurs œuvres. Paradis des arts ? L’image relève du mythe. Un mythe entretenu par les potentats locaux, qui pensent ainsi procurer à leur ville une renommée internationale et, à travers celle-ci, gagner l’attention d […] Lire la suite

INSTALLATION, art

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 3 500 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'immersion par la couleur »  : […] La seconde direction prise par l'art de l'installation est proche des théories développées dans Phénoménologie de la perception de Maurice Merleau-Ponty (1945). L'expérience plastique du sensible s'opère à travers un premier élément déclencheur : la couleur. Un des prototypes d'installation immersive est l'exposition d'Yves Klein (1928-1962), « Le vide », inaugurée le 28 avril 1958 à la galerie […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bénédicte RAMADE, « ELIASSON OLAFUR (1967- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/olafur-eliasson/