ELIASSON OLAFUR (1967- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Danois d'origine islandaise né en 1967 et installé à Berlin, Olafur Eliasson a commencé à exposer à la fin des années 1990. Il a surtout signé l'une des œuvres les plus marquantes de l'année 2003 en installant dans le grand hall des turbines de la Tate Modern de Londres, son Weather project. Deux millions de visiteurs et six mois plus tard, son installation sensible était devenue une légende. À partir de l'expérience toute locale du climat britannique, et surtout de son indice culturel, Olafur Eliasson a hissé un soleil artificiel à 35 mètres de hauteur, amplifié par un plafond de miroirs. L'artiste propose ici un sentiment de sublime totalement composite, un moment de contemplation immergé dans un jaune qui sature la rétine. Le sentiment de la nature passe ici par une construction bien visible à partir de néons. Eliasson a toujours cherché à stimuler la perception chez son visiteur, sans effet d'illusion. Ici l'utilisation de cette teinte fait basculer la vision en noir et blanc, et le cerveau, allégé en informations, gagne en acuité visuelle. Cette expérience à la fois perceptive, émotive, psychologique et physique, replace l'homme dans un paysage monochrome fait de miroirs et de lampes tungstène mono fréquence, un environnement croisant la science avec l'art, à la manière de certains romantiques au xixe siècle. Eliasson aime à souligner que tout est culture bien plus que nature, mais sans doter son discours d'une quelconque phraséologie écologiste. Son exploration des sciences cognitives lui a permis de mener ces dernières années une recherche plastique, à la fois belle et intelligente, qui a pour centre la perception du visiteur : « Mon travail porte sur l'implication du public... Ce qui m'intéresse c'est le décalage entre ce que nous voyons et l'attente de ce que nous en avons. »

« Je ne suis ni un météorologiste, ni un botaniste, j'essaie de maintenir dans mon esprit, un discours ouvert », dit encore cet artiste qui a reconstitué [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : critique d'art, historienne de l'art spécialisée en art écologique américain

Classification


Autres références

«  ELIASSON OLAFUR (1967- )  » est également traité dans :

BERLIN (foyer culturel)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 4 402 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un Eldorado problématique »  : […] Selon les statistiques officielles, une vingtaine de milliers d’artistes vivent, en 2013, à Berlin, environ 10 p. 100 de la population active. Pas moins de cinq cents galeries exposent leurs œuvres. Paradis des arts ? L’image relève du mythe. Un mythe entretenu par les potentats locaux, qui pensent ainsi procurer à leur ville une renommée internati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/berlin-foyer-culturel/#i_47238

INSTALLATION, art

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 3 499 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'immersion par la couleur »  : […] La seconde direction prise par l'art de l'installation est proche des théories développées dans Phénoménologie de la perception de Maurice Merleau-Ponty (1945). L'expérience plastique du sensible s'opère à travers un premier élément déclencheur : la couleur. Un des prototypes d'installation immersive est l'exposition d'Yves Klein (1928-1962), «  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/installation-art/#i_47238

Pour citer l’article

Bénédicte RAMADE, « ELIASSON OLAFUR (1967- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/olafur-eliasson/