Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ENVIRONNEMENT, art

Environnement, le mot est à la mode et, dans le domaine de l'art, recouvre des significations bien différentes.

Si on le trouve plutôt dans le langage des peintres, des sculpteurs et des architectes, il semble bien que ni les uns ni les autres n'aient en vue la même notion. Ce n'est donc pas une définition qu'il faut en apporter, mais plusieurs : selon les métiers et selon les écoles.

Le sens traditionnel du mot est lui-même ambigu : les dictionnaires en signalent le caractère actif (environner, c'est mettre autour : par exemple, environner de murs un jardin) ou passif (être autour : les montagnes qui environnent la ville). Dans le vocabulaire artistique contemporain, il semble bien qu'environnement ait gardé cette signification, marquant, très grossièrement, une distinction entre sculpteurs et architectes : pour les premiers, il s'agira de créer un environnement, c'est-à-dire un espace ayant une signification plastique ; quant aux architectes ils devront se rendre sensible à l'environnement, autrement dit tenir compte du contexte urbain et social, et l'étudier. C'est là une distinction fondamentale dans l'emploi de ce terme – une autre distinction étant celle qui, à partir de l'intérêt pour les questions environnementales, amène à poser la question d'un art écologique.

Créer un environnement

« [Ils] se sont livrés là à ce que les Américains appellent le jeu des environnements. Mais cela va beaucoup plus loin que ce jeu puisqu'il s'agit d'une tentative très poussée d'intégration des arts. La sculpture, la peinture et l'architecture, là, ne font qu'un. » Ces phrases d'introduction de Michel Ragon pour l'exposition Studio meublé, place Vendôme à la galerie Lacloche, manifestation annexe de la IVe biennale de Paris (1965), sont révélatrices d'une seconde ambiguïté du terme dans le vocabulaire propre aux sculpteurs : pour les uns, l'environnement est un « jeu » ; pour les autres, c'est une « tentative très poussée d'intégration des arts ». Michel Ragon est d'ailleurs le premier, en France, à utiliser le terme « environnement » ; il en rappelle l'origine et la signification américaine : c'est que l'expression, à cette date, ne s'est pas encore acclimatée en Europe.

Rendre le réel à l'état brut

Environnement, en effet, est emprunté au vocabulaire du «  pop art » : le jeu de l'environnement consiste à réunir des objets d'usage courant, voire des déchets, dont la simple agglomération constitue l'œuvre d'art. En 1959, le pop art était encore un phénomène typiquement américain, étroitement relié à ses antécédents dadaïstes – notamment Duchamp, et Schwitters avec ses Merzbau. En 1960, lors de l'exposition Documenta de Cassel en Allemagne, les organisateurs ne pensent encore qu'à présenter « le bilan de dix ans de recherches non figuratives ». En 1961, le mouvement atteint toute l'Europe : Robert Rauschenberg expose à Paris The Pilgrim, une chaise collée sur une toile. « La société industrielle des États-Unis, pour la première fois, se trouvait magistralement éclairée, comme sur une scène où les objets-symboles de l'American way of life, la morale de l'optimisme et du sourire obligatoire prenaient tout à coup pour les yeux de l'amateur d'art leur signification tragique » (Alain Jouffroy). Jusqu'en 1964, la critique européenne est restée très réticente à l'égard de cette tendance : il faut attendre la XXXIIe biennale de Venise, décernant une récompense à Rauschenberg, pour vaincre la résistance obstinée des critiques, attachés à l'art abstrait.

Cette réticence s'explique en outre par l'attitude toute différente des artistes européens face à ces problèmes. En Europe, on ne joue[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : conservateur général du Patrimoine, vice-président de la Commission du vieux Paris
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANSELMO GIOVANNI (1934-2023)

    • Écrit par Béatrice PARENT
    • 801 mots

    Artiste italien, Giovanni Anselmo, né le 5 août 1934 à Borgofranco d’Ivrea (Piémont), a partagé sa vie entre Turin et l’île de Stromboli. Il est, avec Mario Merz, Jannis Kounellis et Gilberto Zorrio, l'une des figures marquantes de l'Arte povera (l’« Art pauvre »), mouvement...

  • BEUYS JOSEPH (1921-1986)

    • Écrit par Didier SEMIN
    • 3 720 mots
    Conjointement aux « actions »,Beuys a produit de nombreux environnements et objets. Souvent, ceux-ci étaient d'ailleurs le cadre, l'instrument ou la trace d'un rituel accompli, et il en parlait volontiers comme d'« actions statiques ». Ils se laissent, moins encore que les actions elles-mêmes, enfermer...
  • BOURGEOIS LOUISE (1911-2010)

    • Écrit par Maïten BOUISSET
    • 1 510 mots
    ...dont Cumul I réalisé en marbre blanc (1969, Musée national d'art moderne, Centre Georges-Pompidou, Paris). Peu après, Louise Bourgeois réalise l'environnement The Destruction of the Father, où elle évoque les rapports douloureux qui ont marqué son adolescence, alors que son père avait installé...
  • ELIASSON OLAFUR (1967- )

    • Écrit par Bénédicte RAMADE
    • 736 mots

    Danois d'origine islandaise né en 1967 et installé à Berlin, Olafur Eliasson a commencé à exposer à la fin des années 1990. Il a surtout signé l'une des œuvres les plus marquantes de l'année 2003 en installant dans le grand hall des turbines de la Tate Modern de Londres, son...

  • Afficher les 27 références

Voir aussi