ÉLECTROPHORÈSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Particule chargée

Particule chargée
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cellule d'électrophorèse

Cellule d'électrophorèse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Canal capillaire d'une cellule d'électrophorèse

Canal capillaire d'une cellule d'électrophorèse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Appareil de Tiselius

Appareil de Tiselius
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


En solution ou en suspension dans l'eau, une solution aqueuse ou certains autres liquides, des macromolécules, des particules, des grains d'émulsion, des bactéries même tendent en général à se déplacer sous l'effet d'un champ électrique : c'est l'électrophorèse, découverte en 1892 par S. E. Linder et H. Picton.

L'importance du phénomène d'électrophorèse, outre son intérêt théorique propre, réside dans l'utilisation qu'on en fait, très largement, à des fins analytiques ou préparatives. On doit à cette méthode la découverte et l'identification de nombreux constituants des tissus animaux et végétaux. La principale application pratique est l'étude des sérums pathologiques.

Principe de l'électrophorèse

L'électrophorèse suppose tout d'abord que la macromolécule ou la particule en cause possède une charge électrique. Dans le cas des macromolécules ionisables, l'origine de la charge électrique est évidente, mais, d'une façon plus générale, la surface d'un solide acquiert le plus souvent une charge électrique au contact de certains liquides qui favorisent l'ionisation. Ainsi, la surface de la silice ou du verre, au contact de l'eau, se charge négativement, en perdant des ions H+ s'il s'agit de silice, des ions Na+ s'il s'agit de verre. Même des corps qui ne sont pas capables de perdre des ions peuvent néanmoins acquérir au contact de ces liquides une charge superficielle, qu'on attribue à l'adsorption préférentielle d'ions d'une nature donnée ou d'un signe donné présents dans le liquide.

On suppose donc que la particule possède une charge électrique localisée à sa zone superficielle. Le principe d'électroneutralité impose la présence, autour de la particule, d'une couche d'ions de signe opposé dont la charge électrique compense exactement celle de la particule. Il faudrait en effet fournir un travail considérable pour accumuler dans un volume donné ou sur une surface donnée des charges électriques de même signe, non compensées par des charges de signe opposé très voisines ; la charge [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉLECTROPHORÈSE  » est également traité dans :

ÉLECTROPHORÈSE, en bref

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 218 mots

Arne Wilhelm Kaurin Tiselius (1902-1971) mit au point, en 1926, l'électrophorèse, méthode qui lui permit de séparer les protéines du sérum sanguin. En appliquant un champ électrique au sérum sanguin – qui est contenu dans un tube et mélangé à un tamp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electrophorese-en-bref/

ÉLECTROPHORÈSE EN CHAMP PULSÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Luc GUESDON
  •  • 262 mots

La technique d'électrophorèse classique en gel d'agarose ou de polyacrylamide permet de séparer des fragments d'ADN suivant leur taille. Sur ces gels constitués d'un réseau désorganisé de longues fibres, on dépose l'ADN dont les molécules sont chargées négativement. Soumises à un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electrophorese-en-champ-pulse/#i_30668

ANALYTIQUE CHIMIE

  • Écrit par 
  • Alain BERTHOD, 
  • Jérôme RANDON
  •  • 8 878 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Électrophorèse »  : […] Les espèces chargées, en solution, peuvent être séparées grâce à leurs différences de mobilité sous l'effet d'un champ électrique : en fonction de la charge et de la masse de la molécule, celle-ci se déplacera plus ou moins vite dans la solution. L'électrophorèse capillaire est une évolution de l'électrophorèse de zone, qui est très largement utilisée dans le domaine biologique. Les progrès rapide […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-analytique/#i_30668

BIOLOGIE - La bio-informatique

  • Écrit par 
  • Bernard CAUDRON
  •  • 5 439 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Analyse des transcriptomes et des protéomes  »  : […] Le dogme classique de la biologie moléculaire énonce que les gènes sont transcrits en ARNm qui sont ensuite décodés en protéines. Tous les ARN codés dans le génome ne sont pas des ARNm : nous mentionnerons ici, la présence d'autres types d'ARN, non messagers, et en particulier les ARN ribosomaux, les ARN de transfert qui sont bien connus et, surtout, les ARN dits interférents (ARNi, en anglais siR […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologie-la-bio-informatique/#i_30668

GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Axel KAHN, 
  • Philippe L'HÉRITIER, 
  • Marguerite PICARD
  •  • 25 812 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « Séparation électrophorétique, Southern et Northern blots »  : […] Une première question qui se pose lorsqu'on analyse un gène et son messager est celle de leur présence... et de leur quantité. La figure 24 montre comment il est possible de détecter, parmi les millions de fragments engendrés par la coupure d'ADN cellulaire à l'aide d'une enzyme de restriction, celui ou ceux contenant la séquence nucléotidique recherchée. Les fragments d'ADN sont séparés selon le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genetique/#i_30668

GÉNOMIQUE - Le séquençage des génomes

  • Écrit par 
  • Bertrand JORDAN
  •  • 4 700 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Analyse par électrophorèse »  : […] La méthode employée aujourd'hui est celle de Sanger, publiée dès 1977, qui a fait l'objet de multiples améliorations et d'une automatisation partielle mais dont le principe est resté le même (cf. acides nucléiques ). Le séquençage d'un segment d'ADN contenant quelques dizaines de milliers de bases commence en général par sa fragmentation en de nombreux morceaux plus peti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genomique-le-sequencage-des-genomes/#i_30668

HÉMOGLOBINOPATHIES

  • Écrit par 
  • Michel COHEN-SOLAL, 
  • Jean-Claude DREYFUS
  •  • 3 864 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Anomalies de charge électrique »  : […] Elles sont loin d'être toujours nocives, et on n'insistera que sur la plus fréquente d'entre elles, l' hémoglobine S . Historiquement, sa découverte par L. Pauling et H. Itano a permis de relier pour la première fois une maladie à l'anomalie d'une molécule : c'est le premier et le meilleur exemple des « maladies moléculaires ». Médicalement, son importance n'est pas moindre : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hemoglobinopathies/#i_30668

IMMUNOCHIMIE - Réaction antigène-anticorps

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF
  •  • 9 372 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Immunodiffusion associant l'action d'un champ électrique »  : […] Cette méthodologie concerne les différents aspects de l' analyse immunoélectrophorétique (souvent désignée immunoélectrophorèse), mise au point par Grabar et Williams, et concernant actuellement de nombreuses techniques qui en dérivent . Dans un gel aqueux transparent, on fait migrer par électrophorèse les constituants du liquide à examiner. On fait en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunochimie-reaction-antigene-anticorps/#i_30668

ISOTACHOPHORÈSE

  • Écrit par 
  • Robert ROSSET
  •  • 254 mots

Méthode physico-chimique d'analyse de composés ioniques fondée sur leur déplacement sous l'influence d'un champ électrique. Un tube capillaire est rempli d'un électrolyte constitué d'un ion ayant une mobilité supérieure à celle de tous les ions à séparer (appelé ion pilote). L'extrémité du capillaire où est placée l'électrode de même signe que ceux des ions à séparer (cathode pour des anions, anod […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isotachophorese/#i_30668

MALADIES MOLÉCULAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DREYFUS, 
  • Fanny SCHAPIRA
  •  • 6 771 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Galactosémies héréditaires »  : […] La source alimentaire essentielle du galactose est le lactose du lait ; Kalckar et ses collaborateurs en ont élucidé les voies métaboliques dans le foie : C'est un déficit en «  transférase » que l'on rencontre le plus souvent dans les galactosémies héréditaires (précisément en galactose-1-phospho-uridyl-transférase). Cette maladie à transmission réces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-moleculaires/#i_30668

NUCLÉIQUES ACIDES

  • Écrit par 
  • Jacques KRUH, 
  • Ethel MOUSTACCHI, 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE, 
  • Alain SARASIN
  •  • 13 449 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Électrophorèse »  : […] L' électrophorèse en gel de polyacrylamide permet de séparer les macromolécules en fonction de leur charge et de leur poids moléculaire. Les acides nucléiques sont des polyanions comprenant la même charge par nucléotide, la séparation se fera seulement en fonction de leur longueur (et dans une certaine mesure de leur conformation). Nous avons vu l'application de cette méthode à la détermination de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acides-nucleiques/#i_30668

PLASMIDES

  • Écrit par 
  • Annie BUU HOÏ, 
  • Michel GUÉRINEAU
  •  • 6 596 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Électrophorèse en gel d'agarose d'un lysat bactérien »  : […] Les bactéries sont lysées, l'ADN est extrait, et un échantillon d'ADN purifié est placé dans un puits à l'une des extrémités de la couche de gel. On fait passer un courant électrique. Les molécules d'ADN plasmidiques migrent vers l'électrode positive à une vitesse inversement proportionnelle au logarithme de leur longueur (fig. 2). Les bandes d'ADN dans le gel sont révélées par un colorant fluore […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plasmides/#i_30668

POLICE SCIENTIFIQUE

  • Écrit par 
  • Robert GAURENNE, 
  • Bertrand LUDES, 
  • Hélène PFITZINGER
  • , Universalis
  •  • 10 061 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Analyse des fragments de restriction »  : […] Après extraction de l'ADN à partir du noyau des cellules présentes dans les échantillons à analyser, les molécules obtenues sont digérées par des enzymes de restriction. Il en résulte une fragmentation de l'ADN qui est propre à chaque individu. Ces fragments sont ensuite séparés par électrophorèse, opération effectuée le plus souvent sur gel d'agarose, qui range les fragments en fonction de leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/police-scientifique/#i_30668

PROTÉINES

  • Écrit par 
  • Yves BRIAND, 
  • Philippe BRION, 
  • René LAFONT, 
  • Jean-Claude MEUNIER, 
  • Pierre VIGNAIS
  •  • 20 683 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les outils de la protéomique »  : […] La protéomique implique l'étude simultanée d'un grand nombre de protéines, et la rapidité devient alors un critère essentiel dans le choix des méthodes. Deux stratégies seront décrites ici. La première méthode (fig. 12 ) repose sur une séparation des protéines par électrophorèse bidimensionnelle qui convient pour séparer la quasi-totalité des protéines (à l'exception de protéines présentant des pH […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proteines/#i_30668

PUCES À ADN ET LABORATOIRES SUR PUCE

  • Écrit par 
  • Michel BELLIS, 
  • Claude VAUCHIER
  •  • 2 262 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La microfluidique »  : […] Une des difficultés majeures de ces microsystèmes est la manipulation des fluides biologiques dans de tels environnements. Faire circuler le fluide dans les microcanaux, contrôler les débits et les vitesses de déplacement des liquides à cette échelle constituent une nouvelle discipline : la microfluidique. Un certain nombre de solutions, plus ou moins attractives, sont étudiées. La plus simple pou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/puces-a-adn-et-laboratoires-sur-puce/#i_30668

TISELIUS ARNE WILHELM KAURIN (1902-1971)

  • Écrit par 
  • Robert ROSSET
  •  • 169 mots

Physico-chimiste et biochimiste suédois, Arne Tiselius découvrit la nature complexe des protéines du sang et développa l'électrophorèse pour leur étude. À ce titre, il reçut le prix Nobel de chimie en 1948. Tiselius est né à Stockholm le 10 août 1902. Il étudie à l'université d'Uppsala sous la direction de Theodor Svedberg et passe sa thèse de doctorat sur l'électrophorèse en 1924. En 1925, il mon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arne-wilhelm-kaurin-tiselius/#i_30668

VARIATION, biologie

  • Écrit par 
  • Jean GÉNERMONT
  •  • 9 369 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Caractérisation partielle »  : […] Les endonucléases de restriction sont des enzymes qui coupent la chaîne d'ADN en des sites occupés par une séquence précise de quelques (par exemple 6) nucléotides. Traiter par une telle enzyme le matériel génétique d'un individu fournit un ensemble de fragments de longueurs variables (les distances séparant deux sites de coupure consécutifs). Si deux individus diffèrent pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/variation-biologie/#i_30668

VOINNET AFFAIRE

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 1 068 mots

En septembre 2014, le site PubPeer, consacré à la discussion des articles scientifiques, publie une série de commentaires pointant des anomalies dans les figures présentant les données de plusieurs articles cosignés par le biologiste Olivier Voinnet. Ce chercheur français est alors mondialement connu pour sa participation à la mise en évidence de l’interférence à ARN, un mécanisme de régulation d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affaire-voinnet/#i_30668

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GUASTALLA, Jean SALVINIEN, Jean MORETTI, « ÉLECTROPHORÈSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/electrophorese/