Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉLASTINE

Un tissu animal élastique est défini comme un tissu riche en élastine, possédant de ce fait des propriétés physiques similaires à celles du caoutchouc. Le ligament large de la nuque des ongulés et leurs cordes vocales, l'aorte et les artères pulmonaires de tous les primates sont considérés comme des tissus élastiques. Les tissus élastiques du cartilage de l'oreille et de l'épiglotte sont des formes spécialisées des tissus élastiques (cartilage élastique). Le poumon, les bronches et la peau, dont l'extensibilité est importante malgré leur faible teneur en élastine, peuvent également être considérés comme des tissus élastiques.

L'élastine, est donc présente dans pratiquement chaque organe du corps humain car elle est un des principaux constituants macromoléculaires du tissu conjonctif. Ce composé ne représente parfois pondéralement qu'un faible pourcentage de la matrice intercellulaire, mais son rôle n'en est pas moins primordial au cours des changements dynamiques intervenant dans ces tissus. De plus, son importance apparaît de plus en plus grande dans la pathogénèse de l'athérosclérose, de l'emphysème, de même qu'au cours de nombreuses maladies des tissus élastiques.

Propriétés

L'élastine présente à l'observation au microscope une apparence amorphe et une importante biréfringence. Les « colorants » utilisés en microscopie électronique tels que l'acétate d'uranyle et le citrate de plomb permettent essentiellement de l'identifier sous forme d'un composant microfibrillaire situé à la périphérie de la fibre élastique amorphe, qui n'apparaît pas contrastée. L'hématoxyline de Verhoeff, la résorcine fuchsine et l'orcéine sont les colorations spécifiques généralement employées afin de révéler les fibres élastiques au microscope optique. L'affinité de l'élastine pour ces colorants, relevant d'un mécanisme encore mal connu, paraît être due à la présence de groupements aldéhydes et au caractère fortement hydrophobe de cette protéine fibreuse.

L'élastine est une protéine, la plus résistante de l'organisme. Elle peut être définie opérationnellement comme le constituant du tissu conjonctif résistant à l'action hydrolytique de la soude 0,1 N à l'ébullition pendant 45 minutes. L'élastine ainsi isolée à partir d'un tissu conjonctif présente un fort caractère apolaire (rapport carbone/oxygène + azote élevé) et, à l'état hydraté, une élasticité de type entropique comme d'autres élastomères tel le caoutchouc. L'absence d'orientation moléculaire observée par diffraction aux rayons X l'apparente également aux caoutchoucs faiblement vulcanisés. Toutefois, l'élastine ne peut être considérée comme un élastomère classique, puisque en l'absence d'eau elle perd ses propriétés élastiques et devient dure et cassante.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès sciences, chargé de recherche au C.N.R.S.
  • : directeur de recherche au C.N.R.S., docteur en médecine, docteur ès sciences, directeur de laboratoire de biochimie du tissu conjonctif à la faculté de médecine, université de Paris-Val-de-Marne.

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Tropoélastine - crédits : Encyclopædia Universalis France

Tropoélastine

Élastogenèse - crédits : Encyclopædia Universalis France

Élastogenèse

Autres références

  • CIRCULATOIRES (SYSTÈMES) - Les systèmes circulatoires des animaux

    • Écrit par Jean-Paul TRUCHOT
    • 4 530 mots
    • 7 médias
    ... l'extérieur, on y trouve : un endothélium constitué d'une seule couche de cellules aplaties ; une media comportant des fibres élastiques (élastine) et du tissu musculaire lisse ; une adventice externe conjonctive contenant des fibres de collagène. L'élastine des vertébrés (ou...
  • CONJONCTIF TISSU

    • Écrit par Albert POLICARD
    • 3 025 mots
    Elles sont formées d'un matériel protéique complexe et mal défini, l'élastine, chimiquement distincte du collagène. Le glycocolle (30 p. 100), la leucine (30 p. 100), la proline (15 p. 100), la valine (13 p. 100) en sont les composants les plus importants ; l'hydroxyproline est en quantité faible...
  • MATRICE INTERCELLULAIRE ou MATRICE EXTRACELLULAIRE

    • Écrit par Jacqueline LABAT-ROBERT, Ladislas ROBERT
    • 2 400 mots
    • 6 médias

    La matrice intercellulaire est une substance qui se trouve chez les animaux pluricellulaires dans les espaces intercellulaires, et les tissus riches en matrice ont été désignés comme «  tissus conjonctifs ». Cette matrice est composée de quatre familles de macromolécules, les collagènes...

  • PEAU

    • Écrit par Louis DUBERTRET
    • 8 266 mots
    • 2 médias
    ...capacité de retrouver leur taille initiale après une élongation pouvant dépasser 100 p. 100. Elles ne représentent que 4 p. 100 du poids sec du derme. L'élastine est produite par les fibroblastes sous forme d'un précurseur, la tropoélastine, polypeptide très hydrophobe. Des liaisons interchaînes...

Voir aussi