ÉLASTICITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Photoélasticité

Lorsque la forme de la pièce à étudier est trop compliquée pour que les calculs théoriques soient abordables, on utilise des méthodes de calcul numérique (calculs aux différences finies) ou des méthodes expérimentales telles que la mesure des déformations par jauges de contraintes ou encore la méthode photoélasticimétrique. Elle consiste à examiner les pièces soumises à des efforts mécaniques à l'aide d'une lumière polarisée qui fait apparaître des franges brillamment colorées, variables suivant la grandeur des efforts auxquels la pièce est soumise et que l'on étalonne en appliquant par exemple à l'éprouvette des efforts simples. On détermine ainsi également la différence des contraintes principales et leurs directions à l'aide de polaroscopes simples et leurs grandeurs à l'aide d'appareils plus compliqués. La photoélasticimétrie est aussi possible à trois dimensions ; dans ce cas, on utilise souvent des résines spéciales enduites à chaud sur les pièces à étudier et qu'on laisse refroidir sous charge. Celles-ci sont ensuite découpées puis examinées au polaroscope, et on en déduit les contraintes. La méthode photoélasticimétrique a permis d'aboutir à des résultats particulièrement importants dans l'étude des zones de concentration de contraintes au voisinage des ouvertures ou des angles rentrants des pièces ; dans ces zones, en effet, les contraintes sont particulièrement élevées.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Contraintes, 1

Contraintes, 1
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Contraintes, 2

Contraintes, 2
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Contraintes, 3

Contraintes, 3
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Contraintes : équations

Contraintes : équations
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 18 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉLASTICITÉ  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture, sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 7 907 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le siècle de l'industrie »  : […] Au cours du xix e  siècle se produit une diversification sans précédent des techniques de construction. Au sein de cet ensemble de transformations, le développement de l'architecture métallique constitue le phénomène le plus marquant. Aux premiers édifices faisant appel à la fonte succèdent des constructions en fer puis en acier. Tandis que la fonte, qui résiste mal aux efforts de traction, est p […] Lire la suite

CONSTRUCTIONS MÉTALLIQUES

  • Écrit par 
  • François CIOLINA
  •  • 5 328 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Les produits de base »  : […] L'acier est livré au constructeur sous forme de profilés. Ceux-ci comportent des profilés normalisés, IPE (profil européen en forme de I), utilisés pour les éléments sollicités en flexion, HE (en forme de E), utilisés pour ceux qui sont sollicités en compression, UPN (en forme de U), permettant de reconstituer des profils, des cornières en forme d'équerre, à ailes égales ou inégales, servant à co […] Lire la suite

DUHEM PIERRE (1861-1916)

  • Écrit par 
  • Michel PATY
  •  • 3 009 mots

Dans le chapitre « L'œuvre scientifique »  : […] Très tôt orienté vers les travaux de Gibbs et de Helmholtz, Duhem proposa, dès ses premières contributions, d'utiliser la notion de potentiel thermodynamique (interne), notion reprise des fonctions caractéristiques des fluides de François Massieu et des énergies libres de Gibbs et de Helmholtz ; il put ainsi, en faisant appel à la méthode des travaux virtuels, traiter de nombreux problèmes de phy […] Lire la suite

ÉLASTINE

  • Écrit par 
  • William HORNEBECK, 
  • Ladislas ROBERT
  •  • 1 936 mots
  •  • 2 médias

Un tissu animal élastique est défini comme un tissu riche en élastine , possédant de ce fait des propriétés physiques similaires à celles du caoutchouc. Le ligament large de la nuque des ongulés et leurs cordes vocales, l'aorte et les artères pulmonaires de tous les primates sont considérés comme des tissus élastiques. Les tissus élastiques du cartilage de l'oreille et de l'épiglotte sont des fo […] Lire la suite

ÉLASTOMÈRES ou CAOUTCHOUCS

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS, 
  • Françoise KATZANEVAS
  •  • 7 914 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques fondamentales des élastomères »  : […] Bien que faisant partie d'une seule et même grande famille, celle des polymères, les élastomères ont un comportement très particulier et très différent des matières plastiques, ou plastomères. Pour qu'un matériau soit mécaniquement reconnu comme un caoutchouc, il doit être : – souple, c'est-à-dire de faible rigidité (quelques mégapascals) ; – hautement déformable, c'est-à-dire capable de supporte […] Lire la suite

FER - L'élément métallique

  • Écrit par 
  • Simone TALBOT-BESNARD
  •  • 2 794 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques mécaniques »  : […] La limite d'élasticité telle qu'on la définit habituellement dans un essai de traction est la force pour laquelle les allongements cessent d'être proportionnels à l'effort : c'est la limite d'élasticité proportionnelle σ p . Quand le fer est à l'état recuit ou vieilli, on observe généralement une limite d'élasticité supérieure LES et une limite d'élasticité inférieure LEI (fig. 2) . La limite d'é […] Lire la suite

GELS

  • Écrit par 
  • Mireille ADAM, 
  • Michel DELSANTI
  •  • 3 431 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Propriétés structurales »  : […] En présence d'un excès de solvant, le gel absorbe les molécules de solvant jusqu'à l'équilibre de gonflement, qui est tel que le potentiel chimique du solvant dans la phase gel est égal à celui du solvant pur. À l'équilibre de gonflement, le gel modèle est un empilement homogène de chaînes polymériques reliées entre elles par des nœuds chimiques . La chaîne, entre deux points de réticulation, a de […] Lire la suite

GERMAIN SOPHIE (1776-1831)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 256 mots

Née à Paris, Sophie Germain suivit les cours de l'École polytechnique par correspondance (car les femmes n'y étaient pas admises). S'intéressant aux mathématiques, elle devint l'amie de J. L. Lagrange et de C. F. Gauss, avec qui elle correspondit sous le pseudonyme masculin de M. Leblanc avant de révéler sa véritable identité. Gauss l'estimait tellement qu'il la recommanda pour un titre honorifiqu […] Lire la suite

LITHOSPHÈRE

  • Écrit par 
  • Marc DAIGNIÈRES, 
  • Adolphe NICOLAS
  •  • 6 967 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La lithosphère élastique »  : […] Sous une charge pondérale localisée et importante (île volcanique, par exemple), mise en place de façon rapide à l'échelle des temps géologiques, puis maintenue, le plancher océanique fléchit et les effets topographiques associés sont observables à grande distance (quelques centaines de kilomètres). Ce phénomène est décrit de façon très satisfaisante par un modèle de flexion d'une plaque mince éla […] Lire la suite

MACROMOLÉCULES

  • Écrit par 
  • Michel FONTANILLE, 
  • Yves GNANOU, 
  • Marc LENG
  •  • 13 786 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Quatre régions de viscoélasticité en fonction de la température »  : […] Si l'étude du comportement des solutions de fluides polymères est déterminante pour la connaissance des caractéristiques moléculaires d'un échantillon, pour sa mise en forme, pour sa rhéologie ou encore pour la réalisation de quelques applications bien ciblées, il est aussi essentiel de cerner les propriétés des polymères à l'état solide pour pouvoir les utiliser comme matériaux. À une températur […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel CAZIN, Michel KOTCHARIAN, « ÉLASTICITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/elasticite/