VUILLARD ÉDOUARD (1868-1940)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'indifférence au nouveau

On représente souvent Vuillard comme un nabi repenti, un traître à la cause de l'art moderne. En fait, son passage par l'avant-garde n'a été pour lui qu'une expérience, ou plutôt une série d'expériences. L'influence de ses camarades fut alors déterminante, et il semble douteux qu'il ait pris de lui-même des initiatives hardies. Aussi bien, c'est au moment où éclatent les premières révolutions artistiques du xxe siècle qu'il retrouve définitivement la voie de la tradition. Les décorations Vaquez avaient pu sembler « modernes » en 1896, mais quand, au Salon d'automne de 1905, elles voisinent avec la « cage aux fauves », leur retenue devient évidente. André Gide, effarouché par la véhémence de Matisse, lui oppose Vuillard, son « constant besoin d'harmonie », sa « mélancolie point romantique, point hautaine, discrète ». Ce contraste ne fait que s'accuser par la suite, et l'on peut dire qu'à partir de 1900 la contribution de Vuillard à l'histoire des formes est nulle. Tout son effort, au contraire, se situe à contre-courant : à contre-courant des mouvements abstraits, son réalisme ; à contre-courant de l'expressionnisme, sa pudeur ; à contre-courant des vagues successives d'iconoclasme, son respect de la tradition.

Vuillard ne procède pas ainsi par réaction contre l'art de son temps : il lui est étranger. Il ignore totalement le souci de faire du nouveau. Son aventure se déroule dans les limites étroites d'un milieu et d'un style définis pour l'essentiel dès les débuts, et il accepte ces limites avec un plaisir ascétique. On devine chez lui une tension constante entre une sensibilité voluptueuse et la volonté qui en réprime les impulsions. Mais cette tension ne se manifeste jamais de façon spectaculaire (qu'on pense à Braque, passant du fauvisme à la discipline cubiste). Pour apprécier la saveur de cet art, saveur morale autant qu'esthétique, il faut, en plein xxe siècle, garder le goût d'une figure démodée et délectable : la litote.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VUILLARD ÉDOUARD (1868-1940)  » est également traité dans :

ÉDOUARD VUILLARD, PEINTRE DÉCORATEUR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 729 mots

1892 Vuillard exécute sa première commande de panneaux décoratifs à Paris, six dessus-de-porte pour Paul Desmarais, un cousin de Thadée Natanson, directeur de la Revue blanche. L'année suivante, il réalise, pour le même commanditaire, un paravent, Les Couturières, où il emploie pour la première fois la peinture à la colle, qui va dev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-vuillard-peintre-decorateur-reperes-chronologiques/#i_23546

JARDINS PUBLICS (É. Vuillard)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 213 mots

La série de neuf panneaux qu'Édouard Vuillard (1868-1940) exécute en 1894 sur le thème des Jardins publics est son premier grand ensemble décoratif. Vuillard y met en pratique l'expérience accumulée tant dans son activité liée au théâtre (décors pour le théâtre de l'Œuvre fondé par Lugné-Poe) que dans ses recherches picturales (s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jardins-publics/#i_23546

NABIS

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 3 178 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Rencontres, échanges, activités »  : […] C'est par Aurélien Lugné-Poe, son ancien camarade du lycée Condorcet, que Maurice Denis avait été mis en rapport avec les milieux littéraires symbolistes. Il rencontra ainsi Jean Jullien, directeur de la revue Art et Critique , puis le poète Adolphe Retté, qui le présenta à son tour à Verlaine et à Jean Moréas. Gauguin, de son côté, avait été présenté par Émile Bernard à Albert Aurier. Il allait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nabis/#i_23546

PONT-AVEN ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 1 004 mots
  •  • 1 média

En mai 1886, à Paris, eut lieu la huitième et dernière exposition des impressionnistes : douze années s'étaient écoulées depuis leur première manifestation chez Nadar. Au sein du groupe, des divisions s'étaient opérées. Les uns, comme Monet, demeuraient attachés à une analyse fidèle de la nature ; d'autres, à la suite de Manet (dont la disparition en 1883 avait été durement ressentie) et de Cézann […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-pont-aven/#i_23546

ROUSSEL KERR-XAVIER (1867-1944)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 322 mots

Au moment où il faisait ses études à Paris au lycée Condorcet, Roussel a connu Vuillard, Maurice Denis et Lugné-Poe. Après un passage à l'école des Beaux-Arts, il fréquente l'académie Julian où il retrouve les futurs nabis. Il participe tout naturellement à leur première exposition chez Le Barc de Boutteville, en 1891. Son œuvre se distingue alors assez peu de celle de ses amis Seguin, Bonnard, ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kerr-xavier-roussel/#i_23546

Pour citer l’article

Pierre GEORGEL, « VUILLARD ÉDOUARD - (1868-1940) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-vuillard/