VUILLARD ÉDOUARD (1868-1940)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La charnière des deux siècles

Enrichi par son incursion dans l'univers irréaliste des nabis, rompu à toutes les difficultés techniques, Vuillard peut enfin retourner à sa vocation de « peintre de la réalité ». Des changements importants interviennent dans sa vie. Les amis de La Revue blanche se dispersent (elle cesse d'exister en 1903) ; les anciens nabis travaillent désormais chacun pour soi. Sous l'influence de Mme Hessel, la femme d'un marchand de tableaux, qu'il a rencontrée en 1900, Vuillard pénètre dans un milieu riche et matérialiste. Le clair-obscur évocateur des brumes symbolistes fait place, dans ses tableaux, à un monde bien réel, où l'espace s'approfondit, où la lumière pénètre franchement. Le chatoiement des touches évoque l'impressionnisme (Femme en bleu à son secrétaire, coll. Grandjean-Hessel). Vuillard s'inspirait déjà du Monet des Femmes au jardin dans les Jardins publics de 1894, mais alors il prenait soin d'éteindre les reflets, de synthétiser les effets de nature. Après 1900, il assimile pleinement les leçons de l'impressionnisme : celles de Monet, mais aussi celles de Renoir, peintre de L'Après-midi des enfants à Wargemont (cf. Mesdames Bernheim-Jeune et leurs fils, 1905).

Désormais, Vuillard poursuit sa recherche du réel, élargissant le cercle étroit de ses premières intimités. Il peint des gens de théâtre, des gens du monde. Les préoccupations décoratives de la période précédente ne dirigent plus autant l'organisation du tableau : le réalisme l'emporte.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VUILLARD ÉDOUARD (1868-1940)  » est également traité dans :

ÉDOUARD VUILLARD, PEINTRE DÉCORATEUR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 729 mots

1892 Vuillard exécute sa première commande de panneaux décoratifs à Paris, six dessus-de-porte pour Paul Desmarais, un cousin de Thadée Natanson, directeur de la Revue blanche. L'année suivante, il réalise, pour le même commanditaire, un paravent, Les Couturières, où il emploie pour la première fois la peinture à la colle, qui va dev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-vuillard-peintre-decorateur-reperes-chronologiques/#i_23546

JARDINS PUBLICS (É. Vuillard)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 213 mots

La série de neuf panneaux qu'Édouard Vuillard (1868-1940) exécute en 1894 sur le thème des Jardins publics est son premier grand ensemble décoratif. Vuillard y met en pratique l'expérience accumulée tant dans son activité liée au théâtre (décors pour le théâtre de l'Œuvre fondé par Lugné-Poe) que dans ses recherches picturales (s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jardins-publics/#i_23546

NABIS

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 3 178 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Rencontres, échanges, activités »  : […] C'est par Aurélien Lugné-Poe, son ancien camarade du lycée Condorcet, que Maurice Denis avait été mis en rapport avec les milieux littéraires symbolistes. Il rencontra ainsi Jean Jullien, directeur de la revue Art et Critique , puis le poète Adolphe Retté, qui le présenta à son tour à Verlaine et à Jean Moréas. Gauguin, de son côté, avait été présenté par Émile Bernard à Albert Aurier. Il allait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nabis/#i_23546

PONT-AVEN ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 1 004 mots
  •  • 1 média

En mai 1886, à Paris, eut lieu la huitième et dernière exposition des impressionnistes : douze années s'étaient écoulées depuis leur première manifestation chez Nadar. Au sein du groupe, des divisions s'étaient opérées. Les uns, comme Monet, demeuraient attachés à une analyse fidèle de la nature ; d'autres, à la suite de Manet (dont la disparition en 1883 avait été durement ressentie) et de Cézann […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-pont-aven/#i_23546

ROUSSEL KERR-XAVIER (1867-1944)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 322 mots

Au moment où il faisait ses études à Paris au lycée Condorcet, Roussel a connu Vuillard, Maurice Denis et Lugné-Poe. Après un passage à l'école des Beaux-Arts, il fréquente l'académie Julian où il retrouve les futurs nabis. Il participe tout naturellement à leur première exposition chez Le Barc de Boutteville, en 1891. Son œuvre se distingue alors assez peu de celle de ses amis Seguin, Bonnard, ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kerr-xavier-roussel/#i_23546

Pour citer l’article

Pierre GEORGEL, « VUILLARD ÉDOUARD - (1868-1940) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-vuillard/