PONT-AVEN ÉCOLE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En mai 1886, à Paris, eut lieu la huitième et dernière exposition des impressionnistes : douze années s'étaient écoulées depuis leur première manifestation chez Nadar. Au sein du groupe, des divisions s'étaient opérées. Les uns, comme Monet, demeuraient attachés à une analyse fidèle de la nature ; d'autres, à la suite de Manet (dont la disparition en 1883 avait été durement ressentie) et de Cézanne, voulaient donner à la peinture une vie plus autonome. À ce dernier surtout allait l'admiration de Gauguin, qui avait participé lui-même à certaines de ces expositions impressionnistes, mais dont le tempérament s'accommodait de plus en plus mal de la seule observation des irisations et des reflets. Il sentait en lui le besoin d'une interprétation plus libre de la nature, d'un art dans lequel la sensation de l'artiste fût plus raisonnée et plus idéalisée à la fois. Il lui fallait revenir à une facture plus simple, plus directe, redonner son rôle à l'imagination, la « reine des facultés » selon Baudelaire, qu'il lisait avidement. Enfin s'ajoutait chez lui au goût du rêve et du fabuleux le désir de retourner aux sources, à la pureté de la terre primitive : celle d'avant l'homme.

Rien d'étonnant que, dans son envie de départ, Gauguin ait choisi la Bretagne dont le charme archaïque venait d'être célébré par Renan. Il y avait à Pont-Aven une auberge aux prix modestes, connue des artistes. C'est là qu'il fit un premier séjour de juin à novembre 1886. Cette terre s'accordait à son sentiment et il y reconnut son but : « Quand mes sabots retombent sur ce sol de granit, j'entends le son sourd, mat et puissant que je cherche en peinture. » La Danse des quatre Bretonnes (musées de Bavière, Munich) et La Nature morte au profil de Laval témoignent déjà de son orientation nouvelle ; mais c'est le second séjour, après le voyage à la Martinique en 1887, « loin de tous les hommes », qui allait être décisif. Gauguin retourne à Pont-Aven en février 1888. Autour de lui, séduits par son ascendant, se groupent notamment Charles Laval (qui l'avait acc [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  PONT-AVEN ÉCOLE DE  » est également traité dans :

BERNARD ÉMILE (1868-1941)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 374 mots

Peintre lillois qui vient à Paris en 1881 et fréquente l'atelier de Cormon où il rencontre Van Gogh et Toulouse-Lautrec. Exclu de l'atelier en 1886, Émile Bernard voyage en Normandie et en Bretagne, fait la connaissance de Schuffenecker, puis, lors de son retour à Pont-Aven en 1888, se lie durablement avec Gauguin. Après des débuts impressionnistes et pointillistes, c'est l'élaboration en commun d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-bernard/#i_13039

GAUGUIN PAUL (1848-1903)

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 3 177 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La solitude et les dieux »  : […] Avec l'échec de la tentative de vie commune avec Van Gogh à Arles (1888), le projet d'un atelier dans le Midi avait été abandonné. L' école de Pont-Aven, rassemblement de peintres en villégiature autour de Gauguin et Bernard, apportait une doctrine. Mais les conditions n'étaient pas réunies pour jeter les bases d'un grand atelier anti-académique et d'un credo symboliste qui aurait groupé les arti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-gauguin/#i_13039

GAUGUIN ET LE "PRIMITIVISME" - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 895 mots

1886 Gauguin vient s'établir en Bretagne, à Pont-Aven, où il séjourne de juillet à octobre, en quête d'un contact avec une civilisation encore peu marquée par le monde moderne, dans laquelle il veut refonder sa peinture et sa sculpture. Lors de son second séjour breton en 1888, il écrira : « J'aime la Bretagne : j'y retrouve le sauvage, le primitif. Quand mes sabots rés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gauguin-et-le-primitivisme-reperes-chronologiques/#i_13039

IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 9 461 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La réaction contre l'impressionnisme »  : […] Le retour à la forme, si net chez Seurat, on l'a vu aussi s'exprimer dans la vieillesse de Renoir. Il s'est tout naturellement imposé à l'inverse d'un art dont la conséquence extrême devait être l'indéfini déroulement circulaire des Nymphéas , paradoxe et merveille par quoi l'art de peindre a pu paraître frôler de si près l'art musical. Mais toute l'époque est polarisée par l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impressionnisme/#i_13039

MAUFRA MAXIME (1861-1918)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 224 mots

Lancé par un article d'Octave Mirbeau après une exposition chez Le Barc de Bouteville (1894), Maufra a d'abord fait partie, avec des peintres comme Moret et Chamaillard, du groupe le moins bien connu de l'école de Pont-Aven, plus lié à Émile Bernard qu'à Gauguin qu'il ne suit d'ailleurs pas au Pouldu. Après avoir ainsi souscrit à l'esthétique de la peinture « symboliste et synthétiste », il l'aban […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maxime-maufra/#i_13039

NABIS

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 3 178 mots
  •  • 4 médias

Nabi ( nebiim au pluriel) signifie prophète en hébreu. À la fin de l'année 1888, quelques très jeunes peintres, entraînés par l'aîné d'entre eux, Paul Sérusier, choisirent de se grouper sous ce terme quelque peu mystérieux, qui leur fut révélé par leur ami Auguste Cazalis. Sérusier, en effet, subjugué par la personnalité et par l'art de Paul Gauguin qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nabis/#i_13039

SÉRUSIER PAUL (1863-1927)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 445 mots
  •  • 2 médias

Sérusier, le « nabi à la barbe rutilante », selon la dénomination des nabis eux-mêmes, est avant tout, avec Maurice Denis, le théoricien et l'« intellectuel » du mouvement. Après des études brillantes il avait été massier à l'académie Julian, où il avait retrouvé Denis, Bonnard, Ranson, Ibels. En 1888, il se rend à Pont-Aven : Gauguin le convertit à la peinture « symboliste et synthétiste » et lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-serusier/#i_13039

LA VISION APRÈS LE SERMON OU LA LUTTE DE JACOB AVEC L'ANGE (P. Gauguin)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 201 mots
  •  • 1 média

La Vision après le sermon (National Gallery of Scotland, Édimbourg), que Paul Gauguin (1848-1903) peignit durant l'été de 1888 lors de son séjour à Pont-Aven, n'est pas à proprement parler une œuvre « primitiviste » : c'est l'influence japonaise qui y prédomine, en particulier celle d'Hirochige dont plusieurs gravures sur bois sont proches de tel ou tel élément du tableau (l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-vision-apres-le-sermon-ou-la-lutte-de-jacob-avec-l-ange/#i_13039

Pour citer l’article

Antoine TERRASSE, « PONT-AVEN ÉCOLE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-pont-aven/