MÉGARIQUE ÉCOLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du chef de l'école de Mégare, Euclide, aucun texte ne nous est parvenu ; l'enseignement du maître et celui de ses successeurs à la tête de l'école, Eubulide, Alexinus, Diodore Cronos, nous sont seulement connus par des allusions et des critiques de Platon, d'Aristote, de Diogène Laërce et d'Aristoclès.

On sait de façon certaine qu'Euclide défendait certains principes de l'éléatisme ; mais, d'autre part, il est probable qu'il subit l'influence de Socrate, ainsi qu'en témoignent certains passages du Théétète. Pour lui, le Bien est un, comme la vertu est une ; on lui donne, certes, plusieurs noms : la Sagesse, la Prudence, ou la Pensée (Nous). Cependant, il est unique, et rien hors de lui n'est réel. Il ne semble pas néanmoins, comme le suggère Aristoclès au sujet des mégariques en général, qu'Euclide ait soutenu un éléatisme radical. Ainsi que le remarque Bréhier, l'influence de Socrate sur sa pensée ne se limite pas chez lui à l'affirmation de la nature éthique de l'être : le bien unique est l'être de chaque essence, elle-même unique et immuable, excluant tout autre comme un non-être. L'atomisme des mégariques serait ainsi un atomisme logique, un socratisme éléatisant contre lequel Platon, dans Le Sophiste (246 b, 248 a), se défend : ce seraient eux les véritables « amis des idées », face auxquels le maître de l'Académie soutient la réalité de l'autre et du non-être, leur mélange nécessaire au jugement.

Après la mort d'Euclide, l'école se fait surtout connaître pour sa dialectique redoutable : mais celle-ci se distingue essentiellement de la dialectique éléatique ou socratique ; Diogène Laërce rapporte qu'Euclide reprochait à Socrate d'attaquer, au moyen d'exemples, non les conclusions de ses adversaires, mais leurs prémisses. Les principaux soph [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MÉGARIQUE ÉCOLE  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 115 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La philosophie à Athènes aux Ve et IVe siècles avant J.-C. »  : […] L'exemple d'Anaxagore, bientôt suivi de celui, plus tragique, de Socrate, montre quelles difficultés dut surmonter la philosophie pour s'implanter à Athènes. La tradition proprement athénienne était en effet tout autre et rien moins que spéculative. L'intérêt exclusif que les Athéniens accordaient à la parole comme lieu privilégié des relations humaines les condamnait à se désintéresser du spectac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-naissance-de-la-philosophie/#i_36429

DIODORE CRONOS (mort en 296 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 312 mots

Philosophe de l'école de Mégare, sur l'enseignement duquel nous ne possédons que des témoignages fragmentaires. Comme les autres mégariques, Diodore se situe dans la tradition éléate et cherche, comme Zénon d'Élée, à nier dialectiquement l'existence du mouvement (cf. Sextus Empiricus, Adversus mathematicos , X, 85) : si l'on admet l'existence d'atomes (indivisibles), ces atom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diodore-cronos/#i_36429

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 995 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Mégariques et stoïciens »  : […] Aristote avait eu à affronter les critiques des dialecticiens de l'école de Mégare. L'un d'eux, Eubulide, avait imaginé, entre autres paradoxes, celui du menteur. Fidèles à l'enseignement éléatique, posant une alternative entre l'être et le non-être, ils rejetaient l'être en puissance et, plus généralement, s'efforçaient de ramener les notions modales sur le plan de l'assertion pure. Philon défin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique/#i_36429

MODALITÉS, logique

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 599 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La logique modale traditionnelle »  : […] La logique modale est née de l'intérêt qu'ont manifesté les philosophes, dès l'Antiquité, pour les notions de nécessité et de possibilité, et pour une élucidation de leurs fonctions dans le discours. Le fondateur de la logique modale proprement dite est Aristote, qui l'aborde dans le De interpretatione (paragr. 12 et 13) et dans les Premiers Analytiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modalites-logique/#i_36429

SOCRATE (469-399 av. J.-C.) ET ÉCOLES SOCRATIQUES

  • Écrit par 
  • Jacques BRUNSCHWIG
  •  • 2 725 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les écoles socratiques »  : […] Les amis de Socrate n'ont pas tous été des philosophes de carrière ; et de ceux qui ont écrit, nous ne connaissons par leurs œuvres que Platon et Xénophon. Sur ceux que l'on appelle un peu injustement les « petits socratiques », nous n'avons que des informations misérables, des anecdotes suspectes, quelques titres d'ouvrages d'une authenticité parfois peu vraisemblable, au mieux quelques fragments […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/socrate-et-ecoles-socratiques/#i_36429

STILPON (IVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 376 mots

Chef de l'école philosophique de Mégare vers ~ 330, Stilpon donne à celle-ci, par son habileté dialectique et la puissance de sa personnalité, un rayonnement considérable : il a notamment pour disciple Zénon de Cittium, le futur fondateur du stoïcisme, dont la dialectique reprendra souvent la problématique de l'école de Mégare (voir : P. M. Schuhl, Le Dominateur et les possibles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stilpon/#i_36429

Pour citer l’article

Olivier JUILLIARD, « MÉGARIQUE ÉCOLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-megarique/