DIODORE CRONOS (mort en 296 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe de l'école de Mégare, sur l'enseignement duquel nous ne possédons que des témoignages fragmentaires. Comme les autres mégariques, Diodore se situe dans la tradition éléate et cherche, comme Zénon d'Élée, à nier dialectiquement l'existence du mouvement (cf. Sextus Empiricus, Adversus mathematicos, X, 85) : si l'on admet l'existence d'atomes (indivisibles), ces atomes se trouveront en des lieux eux-mêmes indivisibles et ne pourront se mouvoir ni dans le lieu où ils se trouvent (puisqu'ils le remplissent), ni dans un lieu différent (puisqu'ils n'y seront pas encore). Il n'y a donc pas de mouvement, mais mutation brusque, succession d'instantanés (c'est la théorie qu'Aristote critique dans sa Physique, VI, ii, 231 b 18). Le même refus de la notion de virtualité ou de possibilité se retrouve dans le fameux argument imaginé par Diodore, que l'on appelle argument du « dominateur ». Cet argument veut prouver qu'il n'y a que du nécessaire ou de l'impossible. Si je dis : il y aura une bataille navale demain, cette proposition doit être vraie ou fausse. Si elle est vraie, il est nécessaire que cette bataille ait lieu ; si elle est fausse, il est impossible que cette bataille se réalise. Autrement dit, ce qui demain sera vrai ou sera faux doit déjà être vrai ou faux aujourd'hui. C'est encore ce refus de la notion de potentialité que l'on voit s'exercer dans la critique à laquelle Diodore soumet la notion d'ambiguïté. Un mot ne peut pas avoir deux sens en même temps (c'est-à-dire deux sens potentiels). Celui qui le prononce ne lui donne effectivement qu'un sens, celui qui l'entend en fait de même : si locuteur et auditeur ne donnent pas le même sens au mot, il y a obscurité, non ambiguïté.

—  Pierre HADOT

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DIODORE CRONOS (mort en 296 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 115 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La philosophie à Athènes aux Ve et IVe siècles avant J.-C. »  : […] L'exemple d'Anaxagore, bientôt suivi de celui, plus tragique, de Socrate, montre quelles difficultés dut surmonter la philosophie pour s'implanter à Athènes. La tradition proprement athénienne était en effet tout autre et rien moins que spéculative. L'intérêt exclusif que les Athéniens accordaient à la parole comme lieu privilégié des relations humaines les condamnait à se désintéresser du spectac […] Lire la suite

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 995 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Mégariques et stoïciens »  : […] Aristote avait eu à affronter les critiques des dialecticiens de l'école de Mégare. L'un d'eux, Eubulide, avait imaginé, entre autres paradoxes, celui du menteur. Fidèles à l'enseignement éléatique, posant une alternative entre l'être et le non-être, ils rejetaient l'être en puissance et, plus généralement, s'efforçaient de ramener les notions modales sur le plan de l'assertion pure. Philon défin […] Lire la suite

MÉGARIQUE ÉCOLE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 768 mots

Du chef de l'école de Mégare, Euclide, aucun texte ne nous est parvenu ; l'enseignement du maître et celui de ses successeurs à la tête de l'école, Eubulide, Alexinus, Diodore Cronos, nous sont seulement connus par des allusions et des critiques de Platon, d'Aristote, de Diogène Laërce et d'Aristoclès. On sait de façon certaine qu'Euclide défendait certains principes de l'éléatisme ; mais, d'autre […] Lire la suite

MODALITÉS, logique

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 599 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Nécessité, contingence et plénitude »  : […] L'histoire des conceptions philosophiques de la modalité est étroitement liée à celle des doctrines qui soutiennent la nécessité de ce qui est et de nos actions, dans leur opposition aux doctrines qui admettent qu'il y a, dans la nature ou en nous, une forme de contingence, c'est-à-dire au conflit philosophique traditionnel entre déterminisme et libre arbitre. On peut en retracer l'origine chez l […] Lire la suite

STOÏCISME

  • Écrit par 
  • Jacques BRUNSCHWIG, 
  • Urs EGLI
  •  • 7 430 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les sémantèmes »  : […] Les sémantèmes sont désignés par des expressions empruntées à un grec normalisé. Aussi les stoïciens peuvent-ils à bon droit parler d'une syntaxe des sémantèmes. Si l'on compare leurs sémantèmes aux expressions d'un système logique moderne, on peut traduire « syntaxe des sémantèmes » par « règles de formation ». Voici un exemple de règle : un sujet au nominatif et un prédicat forment une propositi […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre HADOT, « DIODORE CRONOS (mort en 296 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/diodore-cronos/