ÉCLIPSES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Éclipses

Éclipses
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Éclipses de Lune

Éclipses de Lune
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Éclipse lunaire

Éclipse lunaire
Crédits : M. S. Jurgielewicz/ Shutterstock

photographie

Éclipses de Soleil du 11 juillet 1991

Éclipses de Soleil du 11 juillet 1991
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Tous les médias


Éclipses de Soleil

Supposons que le cône d'ombre proprement dit, c'est-à-dire en en excluant la partie au-delà de son sommet, rencontre la surface de la Terre. Il y découpe un petit ovale d'environ 200 kilomètres de diamètre à l'intérieur duquel l'éclipse est totale. Du fait du mouvement de la Lune par rapport à la Terre et de la rotation de la Terre autour de son axe, cet ovale balaye la surface de la Terre en engendrant une bande, dite de totalité, de quelques milliers de kilomètres de longueur ; dans cette bande, on observera une éclipse totale (fig. 2). À l'intérieur de la bande de totalité se trouve la ligne de centralité, lieu de l'intersection de l'axe du cône d'ombre avec la Terre (il se peut, au voisinage de l'un des pôles, qu'une éclipse soit totale sans que l'axe du cône d'ombre rencontre la Terre, autrement dit sans que l'éclipse soit centrale ; il s'agit d'un phénomène rare). Bien entendu, en un point de la bande de totalité, l'éclipse est d'abord vue comme partielle, la Lune cachant le bord ouest du Soleil ; elle devient totale puis de nouveau partielle, la Lune quittant le Soleil au bord est de celui-ci.

Éclipses de Soleil du 11 juillet 1991

Éclipses de Soleil du 11 juillet 1991

Dessin

L'éclipse de Soleil du 11 juillet 1991. Carte des éphémérides montrant les limites et les zones caractéristiques, en particulier les régions où l'éclipse est totale ou partielle (d'après « Éphémérides astronomiques 1991 »). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La figure 3 illustre les différents types d'éclipses de Soleil. En (1), il y a éclipse totale ; en (3), il y a éclipse partielle. Si, tout en étant centrale, l'éclipse est telle que ce soit la portion du cône d'ombre située au-delà du sommet qui coupe la surface de la Terre, l'éclipse est dite annulaire (région 2) ; la Lune ne masque alors jamais complètement le disque du Soleil qui, au maximum de l'éclipse, est limité à un anneau brillant autour du disque sombre de la Lune.

Éclipses de Soleil

Éclipses de Soleil

Dessin

Les différents types d'éclipses de Soleil. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Enfin, il se peut qu'une éclipse ne soit totale en aucun point de la Terre, tout en étant partielle en certains endroits.

On appelle grandeur de l'éclipse la fraction éclipsée du diamètre solaire au maximum de l'éclipse. Si l'éclipse est totale, la grandeur peut être supérieure à 1.

La durée d'une éclipse de Soleil est variable mais ne dépasse guère sept minutes. On a pu observer des éclipses de Soleil plus longuement à bord d'avions – supersoniques, notamment –, l'observateur s'effo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : docteur ès sciences, astronome au Bureau des longitudes

Classification


Autres références

«  ÉCLIPSES  » est également traité dans :

ÉCLIPSE SOLAIRE DU 11 AOÛT 1999

  • Écrit par 
  • Jean Claude FALQUE
  •  • 347 mots

L'étude du halo de gaz ionisé – la couronne – qui entoure notre étoile n'a longtemps été possible que durant une occultation totale de l'astre du jour par la Lune, phénomène qui est improprement qualifié d'éclipse totale de Soleil. Mais, depuis l'invention du coronographe par le Français […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eclipse-solaire-du-11-aout-1999/#i_26431

ÉCLIPSE SOLAIRE DU 29 MAI 1919

  • Écrit par 
  • Pierre LÉNA
  •  • 1 334 mots
  •  • 2 médias

L’éclipse solaire totale du 29 mai 1919 est restée célèbre, en astronomie comme en physique, car elle a permis de montrer, par l’observation et pour la première fois, que les rayons lumineux sont déviés lorsqu’en se propageant dans l’Univers ils passent à proximité d’astres de masse importante – ici le Soleil. L’angl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eclipse-solaire-du-29-mai-1919/#i_26431

ASTROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques HALBRONN
  •  • 13 309 mots

Dans le chapitre « De l'astrologie aux nombres »  : […] L'astrologie a souvent plus été menacée par des formes plus accessibles de divination qui se substituèrent à elles ou lui portèrent ombrage que par le seul rationalisme. C'est ainsi que la kabbale, avec ses sefirot abstraites, nous apparaît comme une variante métaphysique de l'astrologie. Elle joue également le rôle subtil de lien entre Dieu et les hommes, entre le spirituel et le matériel. Parmi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astrologie/#i_26431

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'école ionienne »  : […] Le premier grand nom de la science grecque est celui de Thalès (env. 625-547 av. J.-C.), fondateur de l'école ionienne, qui fleurit à Milet, en Asie Mineure, et dans l'île de Samos. Pour lui, la Terre est un disque circulaire flottant comme un morceau de bois sur une sorte d'océan dont la substance est source de tout et dont l'évaporation donne l'air. Anaximandre (env. 610-540 av. J.-C.), discipl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astronomie/#i_26431

CALENDRIERS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul PARISOT
  •  • 9 872 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Calendriers chinois »  : […] Nos connaissances sur l'astronomie et le calendrier chinois sont dues au travail monumental réalisé entre 1723 et 1759 par le jésuite français Antoine Gaubil. Pendant les trente-six années qu'il passe à Pékin, sa fonction de traducteur et d'interprète lui permet d'être en contact permanent avec la cour et il a accès à tous les documents historiques. Il a publié plusieurs traités de chronologie (p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calendriers/#i_26431

CONJONCTION, astronomie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc BRISSAUD
  •  • 224 mots
  •  • 1 média

Position de deux astres dont les longitudes célestes géocentriques ou héliocentriques sont égales. La conjonction est dite conjonction vraie lorsque les deux astres ont également même latitude et se trouvent donc sur un même rayon visuel. L'astre médian provoque alors, le plus souvent, une éclipse . À chaque nouvelle Lune, l'astre est en conjonction avec le Soleil. La Lune invisible nous présente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conjonction-astronomie/#i_26431

OBSERVATOIRE DE PARIS

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 1 395 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L’observatoire des Cassini »  : […] Dès la fondation de l’Observatoire et pendant près de deux siècles, la mesure de la Terre fait partie des attributions des astronomes . La découverte par Galilée des satellites de Jupiter laisse penser que l’on pourrait utiliser leurs éclipses dans l’ombre de la planète pour fournir une référence de temps pour toute la Terre, et ainsi déterminer les longitudes par rapport au méridien de Paris, al […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/observatoire-de-paris/#i_26431

LUNE

  • Écrit par 
  • Pierre THOMAS
  •  • 8 406 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre «  Caractéristiques physiques et astronomiques »  : […] La Lune a un rayon moyen de 1 738 kilomètres, une masse de 7,35 . 10 22  kilogrammes et une densité moyenne de 3,34. Elle parcourt une orbite elliptique autour de la Terre, de rayon moyen égal à 384 402 kilomètres, d'excentricité voisine de 0,055, et inclinée en moyenne de 5 0  9’ par rapport à l'écliptique. L'axe des pôles est incliné de 83 0  3’ sur le plan orbital. La période de révolution aut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lune/#i_26431

RÖMER OLE (1644-1710)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 469 mots

L' astronome danois Ole Römer démontra en 1676 que la vitesse de la lumière n'était pas infinie. Ole Christensen Römer (ou Rømer, ou Roemer) naît le 25 septembre 1644 à Århus, dans le Jutland. En 1672, il s'établit à Paris, où il va passer neuf ans à l'Observatoire royal. Le directeur de cette institution, l'astronome franco-italien Jean-Dominique Cassini, cherche à cette époque à utiliser les éc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ole-romer/#i_26431

SOLEIL

  • Écrit par 
  • Pierre LANTOS
  •  • 5 471 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Couronne »  : […] L'étude de la couronne s'est faite, pendant de nombreuses années, lors d'éclipses ou à l'aide d'un instrument, le coronographe, créant une éclipse artificielle de la photosphère. Pourtant, en 1973, les images en rayons  X obtenues à partir de la station orbitale habitée Skylab ont profondément modifié l'approche que l'on pouvait avoir de la physique coronale, car, contrairement aux observations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soleil/#i_26431

STEINBERG JEAN-LOUIS (1922-2016)

  • Écrit par 
  • Michel COMBES, 
  • James LEQUEUX
  •  • 974 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la Résistance à la radioastronomie »  : […] Né le 7 juin 1922 à Paris, Jean-Louis Steinberg mène des études d’ingénieur puis obtient en 1943 un diplôme de docteur-ingénieur. Ses parents, juifs non pratiquants, et les deux aînés de leurs trois fils (dont Jean-Louis) sont dénoncés et arrêtés en juin 1944. Ils sont déportés à Auschwitz-Birkenau, où Jean-Louis est actif dans la résistance à l’intérieur du camp. Il est le seul survivant des quat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-louis-steinberg/#i_26431

TRAPPIST-1, système planétaire

  • Écrit par 
  • Franck SELSIS
  •  • 1 773 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « … autour de naines ultrafroides »  : […] Le transit d’une exoterre devant une étoile similaire au Soleil produit une diminution de la luminosité apparente de 0,008 p. 100, variation très difficile à mesurer. Les transits sont bien plus accessibles autour d’astres plus petits et plus froids appelés naines ultrafroides. Ce terme regroupe les étoiles et naines brunes – nom donné aux astres dont la masse, inférieure à 0,07 masse du Soleil,  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trappist-1-systeme-planetaire/#i_26431

Pour citer l’article

Bruno MORANDO, « ÉCLIPSES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eclipses/