ÉCHEC

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La fonction de l'échec

Toute immobilisation signifie pour l'homme une mort insidieuse. Le Talmud a particulièrement souligné que celui qui n'avance pas recule. Les « hommes arrivés » ont souvent trouvé sous leur façade quelque Panthéon anticipé. Janet soulignait à juste titre que la « réaction de triomphe » constitue un arrêt identique et définitif de l'action, très comparable à la réaction de l'échec. Le Capitole, rappelle-t-il, est près de la roche Tarpéienne, et l'acte essentiel du triomphe est le même que celui de la retraite. Il en résulte que l'homme qui se veut vivant, l'homme qui s'accepte comme homme – en hébreu Ben Adam, c'est-à-dire fils de l'Homme, et l'on sait toutes les résonances qu'a ce mot pour la conscience occidentale –, l'homme donc est acculé au changement, c'est-à-dire à l'insécurité. Toute création est angoisse. Toute option qui brise ou fragilise des structures qui ont fait leur temps est à la fois promesse de survie et menace de mort.

L'acte du changement, comme le souligne encore Janet, est une conduite à la fois remarquable et coûteuse, qui implique effort, vigilance, choix périlleux, régulation difficile de l'action. C'est dans cette perspective que la réaction de l'échec trouve son sens. Certes, l'arrêt complet serait passage à la limite et forme définitivement négative de la réaction de l'échec, mais celle-ci peut se comprendre, dans une perspective fonctionnelle, si elle est référée à l'acte du changement. Celui-ci, par la dépense qu'il implique, par la fatigue qu'il cause, amène une disposition à la fuite et au recul que l'on pourrait comparer à un dispositif de freinage. On se replie alors sur des positions antérieures en adoptant des réactions proches de l'acte primaire.

« La réaction de l'échec, écrit Janet, survient quand les réactions de l'effort, alternant avec celles de la fatigue, n'arrivent pas à corriger les troubles de l'action. » On arriverait à mettre en lumière un jeu de vecteurs contradictoires, un prin [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉCHEC  » est également traité dans :

ANGOISSE

  • Écrit par 
  • Jean BRUN
  •  • 2 547 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'angoisse de l'être »  : […] Ce qui nous angoisse, c'est donc l'environnement du monde dans son ensemble et, en même temps, l'absolue inconsistance de celui-ci. Telle est l'idée essentielle sur laquelle a insisté Heidegger en précisant que « ce qui angoisse l'angoisse est l'être-au-monde comme tel ». Il est bien remarquable, note-t-il, que, lorsque l'angoisse est passée, nous disons volontiers : Ce n'était rien du tout, car […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/angoisse/#i_38703

ASPIRATION NIVEAU D', psychologie

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 157 mots

Notion utilisée par Kurt Lewin pour l'analyse de l'influence du succès et de l'échec sur les conduites. On ne peut parler de succès et d'échec pour un individu que par rapport à un but qu'il s'est fixé, par rapport à un niveau de performance qu'il s'est donné comme objectif à atteindre : on appelle « niveau d'aspiration » ce but momentané par rapport auquel l'individu apprécie sa performance. On […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/niveau-d-aspiration-psychologie/#i_38703

Voir aussi

Pour citer l’article

Eliane AMADO LEVY-VALENSI, « ÉCHEC », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/echec/