ÉCHEC

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pièges des succès sécurisants

On peut comprendre alors toutes les dimensions individuelles et sociales de l'échec, et de la peur de l'échec, et toutes les caricatures du succès qui tentent d'en masquer les profondeurs. La vocation de l'homme se réalise dans le changement, dans la créativité sans cesse mise en péril, dans l'effort qui fragilise à tout moment le sujet lui-même. Et l'homme cherche la stabilité, la sécurité. Il cherche à croire en lui-même et à devenir pour l'autre une « idole », alors qu'il ne peut être que le relais d'un sens. Les plus subtils de ses échecs s'inscrivent dans ses succès. L'idée même de progrès s'embourgeoise, et les grandes théories qui éclairent les sciences humaines deviennent des idoles dès qu'elles cessent d'être effort et mouvement.

Le marxisme, la psychanalyse portent la marque de ces tentatives et des tentations qui leur sont inhérentes. Le révolutionnaire lui-même est naïvement en quête d'une panacée. Comme l'homme moyen qui se marie, il cherche un remède « définitif » à ses maux, se sclérose, redevient, sous une autre étiquette, le vieil homme de toujours. L'amour est histoire comme l'histoire devrait être amour. Les échecs de l'un et de l'autre proviennent de ce qu'ils trahissent leur vocation de devenir et d'élan, de quête insécurisante du sens, plus sûre toutefois que le renoncement au sens. La « société de consommation », si fortement dénoncée en France dans les années 1968, est un renoncement au sens, mais ni plus ni moins que les idéologies révolutionnaires qui, sous les étiquettes néo-, anti- ou para-marxistes, s'aliènent à ce qu'il y a de fermé dans les concepts d'une philosophie ouverte, vieille d'environ un siècle, et qui aurait dû nous mettre en garde une fois pour toutes contre les choses qui ont fait leur temps. La « révolution psychanalytique » a cessé aussi d'être révolutionnaire dans l'aliénation aux chapelles, aux vases clos de relations faussées. Ces remises en cause fondamentales que sont marxisme et freudisme cessent d'être démystifiantes dès qu'elles arrêtent à leur propre démarche leur tentative de remise en question. En fait, elles le redeviennent dès qu'elles retrouvent, en marge de leur bonne conscience dogmatique, le point aigu de leur inquiétude première, comme l'écrit Élie Wiesel dans Le Chant des morts : « L'homme se définit par ce qui l'inquiète, non par ce qui le rassure. » La peur du changement fait que celui qui a gagné une partie croit les avoir toutes gagnées et aménage le temps de sa conquête, nécropole de son propre message.

À l'inverse, l'homme ne doit pas « vivre dangereusement » pour le plaisir – autre forme de complaisance et d'autodestruction à travers laquelle il tend à choisir le danger le plus flatteur, au lieu de faire face à celui qui lui échoit, énigmatique, quotidien, original et sans cesse reporté. Chaque individu doit traverser la double tentation de la peur du changement et de l'installation dans le changement, révolution érigée en système ou vie bohème d'un temps sans amarres. Il n'est de vigilance que toujours en alerte. Ainsi le prophète interpelle-t-il Dieu : « Toi qui ne dors ni ne sommeilles » ; ainsi la tradition juive rappelle-t-elle en passant qu'il n'est pas de repos pour les justes « même dans le monde à venir ». Phénoménologie de l'insécurité à la fois cosmique et personnelle. L'échec inassumé dans ses dimensions positives – condition même de l'espérance – trouve au niveau social ses dimensions sataniques. Qu'est la guerre, sinon l'échec de la négociation et du dialogue ; qu'est la victoire, sinon le risque que court la conscience à pavoiser ? Aucune référence à l'échec – de l'échec aux examens à celui de l'amour, à celui de l'économie – ne peut se comprendre sans une relation à cette « création risquée » dans laquelle s'est inscrite l'aventure humaine. C'est pourquoi tout échec à un niveau quelconque retentit sur tous les autres. Entre le social et l'individuel se joue un jeu subtil et jusqu'ici insuffisamment analysé. Lorsque le social se déstructure, l'individuel peut prendre le pas sur lui – projection sur le Père, révolte contre lui ou démission entre ses mains – ou, au contraire, s'effacer. Le lieu de l'échec ressenti et vécu comme tel reste la conscience. Microcosme où, dans ses notes les plus sensibles, résonne la symphonie du monde. Lieu e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉCHEC  » est également traité dans :

ANGOISSE EXISTENTIELLE

  • Écrit par 
  • Jean BRUN
  •  • 2 548 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'angoisse de l'être »  : […] Ce qui nous angoisse, c'est donc l'environnement du monde dans son ensemble et, en même temps, l'absolue inconsistance de celui-ci. Telle est l'idée essentielle sur laquelle a insisté Heidegger en précisant que « ce qui angoisse l'angoisse est l'être-au-monde comme tel ». Il est bien remarquable, note-t-il, que, lorsque l'angoisse est passée, nous disons volontiers : Ce n'était rien du tout, car […] Lire la suite

ASPIRATION NIVEAU D', psychologie

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 157 mots

Notion utilisée par Kurt Lewin pour l'analyse de l'influence du succès et de l'échec sur les conduites. On ne peut parler de succès et d'échec pour un individu que par rapport à un but qu'il s'est fixé, par rapport à un niveau de performance qu'il s'est donné comme objectif à atteindre : on appelle « niveau d'aspiration » ce but momentané par rapport auquel l'individu apprécie sa performance. On […] Lire la suite

Les derniers événements

14 septembre 2021 États-Unis. Échec de la tentative de révocation du gouverneur démocrate de Californie.

Les électeurs rejettent par référendum la révocation du gouverneur démocrate de Californie Gavin Newsom, par 61,9 % des suffrages. Le taux de participation est de 58,5 %. L’initiative, prévue par la Constitution de l’État, revenait à un groupe de citoyens mécontents, soutenu par le prétendant républicain à la succession de Gavin Newsom, l’animateur radio Larry Elder. […] Lire la suite

11 juillet 2021 Moldavie. Élections législatives.

Des élections législatives anticipées sont organisées à la suite de l’échec de deux candidats successifs au poste de Premier ministre à obtenir la confiance du Parlement, après la démission du gouvernement de Ion Chicu (Parti socialiste) en décembre 2020. Le parti Action et Solidarité (centre droit, pro-européen) de la présidente Maia Sandu, élue en novembre 2020, progresse fortement avec 52,8 % des suffrages et 63 sièges sur 101. […] Lire la suite

27-31 mai 2021 Canada. Découverte de restes humains sur le site d'un ancien pensionnat autochtone.

Le 31, il qualifie les relations entre Ottawa et les communautés autochtones d’« échec épouvantable » et se prononce en faveur d’un débat d’urgence à la Chambre des communes. […] Lire la suite

5-30 mai 2021 Israël. Échec de Benyamin Nétanyahou à former un gouvernement.

Le 5, faute d’être parvenu à réunir une majorité dans le délai imparti, le Premier ministre sortant Benyamin Nétanyahou remet au président Reuven Rivlin le mandat de fonder un gouvernement que celui-ci lui avait confié en avril. Yaïr Lapid, chef du parti Yesh Atid (centre) arrivé en deuxième position aux élections législatives de mars, est chargé de former un gouvernement dans un délai de quatre semaines. […] Lire la suite

3-27 mai 2021 France – Rwanda. Visite du président Emmanuel Macron au Rwanda.

Le rapport de la commission Duclert sur l’implication de la France dans le drame rwandais, paru en mars, avait qualifié l’épisode de Bisesero d’« échec profond pour la France », lié selon lui à des défauts de communication, de renseignement et d’analyse. Le 27, le président Emmanuel Macron se rend à Kigali à l’occasion du vingt-septième anniversaire du début du génocide des Tutsi. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Eliane AMADO LEVY-VALENSI, « ÉCHEC », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/echec/