ELLINGTON DUKE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ellington politique

Aventure collective, la musique de Duke Ellington ? Sans doute. Mais cela ne signifie pas que le maître d'œuvre, avide, selon ses propres termes, de « transformer les souvenirs en sons », n'apporte pas, n'impose pas sa propre expérience, sa propre vision du monde. Seulement, cette expérience, cette mémoire, ces images sont celles d'un enfant du ghetto dont l'identité personnelle se trouve sans cesse diluée dans une singularité collective par la discrimination raciale et le regard raciste. Elles répètent celles de la communauté noire qui se reconnaît spontanément en elles. On ne fait pas cavalier seul lorsqu'on appartient à une minorité opprimée. Ainsi le style jungle est-il une illustration musicale transparente d'un moment précis de la lutte idéologique des Noirs : le « nationalisme séparatiste » de Marcus Garvey et la tentation d'un « retour en Afrique ». Jamais Ellington ne cessera de revendiquer dans sa musique ses racines. C'est pourquoi ses prises de position réactionnaires, lors de la guerre du Vietnam notamment, n'ont pas empêché un free-jazzman marxiste comme Archie Shepp de lui écrire : « Votre musique dit parfaitement la vision morale, le courage et l'implacable puissance de ressaisissement qui ont caractérisé la lutte du peuple noir pour la justice dans cette société. »

Ellington fut le premier jazzman à franchir le seuil de la Maison-Blanche comme invité personnel du président des États-Unis, et à recevoir, en France, la Légion d'honneur. Il faut pourtant se garder de faire de lui, représentant fêté d'une musique vouée à l'humiliation, la créature, l'alibi ou l'otage de l'establishment. L'homme, complexe, n'était pas dupe de la comédie qu'il jouait dès qu'il n'était plus en scène. Les desseins réducteurs hésitent devant la personne comme ils échouent devant l'œuvre. Ce qui compte, c'est que celle-ci – au regard de l'éthique comme de l'esthétique – continue à o [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Duke Ellington

Duke Ellington
Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Duke Ellington et Dizzy Gillespie

Duke Ellington et Dizzy Gillespie
Crédits : Gjon Mili/ The LIFE Picture Collection/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en psychologie, membre du Collège de pataphysique et de l'Académie du jazz, romancier

Classification

Autres références

«  ELLINGTON DUKE (1899-1974)  » est également traité dans :

ELLINGTON DUKE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 439 mots

29 avril 1899 Edward Kennedy Ellington naît à Washington (D.C.).1924-1927 Duke Ellington se produit, principalement à New York, avec l'ensemble dont il a pris la direction, The Washingtonians, qui enregistre notamment East St. Louis Toodle-oo (1926), Black and Tan Fanta […] Lire la suite

TAKE THE "A" TRAIN (D. Ellington)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 244 mots
  •  • 1 média

« Je pense que tous les musiciens devraient un jour se rassembler, se mettre à genoux et remercier le Duke » (Miles Davis). Véritable créateur de l'esthétique du grand orchestre, Duke Ellington réussit à mêler dans un langage très personnel le blues et le […] Lire la suite

BASIE WILLIAM dit COUNT (1904-1984)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 867 mots

Dans le chapitre « Sous le signe du swing »  : […] Count Basie laisse en héritage une abondante moisson de thèmes –  One o'Clock Jump , Jumpin' at the Woodside , Topsy , Jive at Five , Shoe Shine Boy , Harvard Blues , Rusty Dusty Blues , The King , The Mad Boogie , Mutton Leg , High Tide , Nails , Kid From Red Bank , Lil'Darlin' , Rat Race , Lester Leaps In ... – qui, pour beaucoup, symbolisent la perfection absolue du swing. Comme celui de Duke E […] Lire la suite

BELLSON LOUIE (1924-2009)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 842 mots
  •  • 1 média

Méconnu en Europe, l'Américain Louie Bellson fait néanmoins partie de la fine fleur des batteurs de sa génération. Partenaire habituel des plus grands solistes, il reste avant tout, au-delà d'un incontestable talent de compositeur et d'arrangeur, l'un des maîtres de la percussion dédiée aux grands orchestres. Dans son autobiographie Music is My Mistress , Duke Ellington ne cache pas son admirati […] Lire la suite

BIGARD BARNEY (1906-1980)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 729 mots

Reine chez les créoles, la clarinette connaît son heure de gloire dans la prime jeunesse du jazz. À cette époque, on joue du black stick et accessoirement du saxophone (bientôt les termes s'inverseront). On trouve donc de nombreuses vedettes de l'instrument chez ces jazzmen que l'on qualifie parfois d'archaïques : Alphonse Picou, George Baquet, Lorenzo Tio Jr. De splendides musiciens comme Jimmie […] Lire la suite

BLANTON JIMMY (1918 ou 1921-1942)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 782 mots

Dans son autobiographie Music is my Mistress , publiée en 1973, Duke Ellington écrit : « Jimmy Blanton a révolutionné le jeu de la contrebasse, qui n'a plus été le même depuis lors. » Dans les années 1930, en effet, malgré les remarquables avancées réalisées par Walter Page ou John Kirby, l'instrument n'assurait guère que les fondations rythmiques et harmoniques de la musique de jazz : un rôle ind […] Lire la suite

CARNEY HARRY (1910-1974)

  • Écrit par 
  • Alain GERBER
  •  • 482 mots

Né à Boston le 1 er  avril 1910, Harry Howell Carney, saxophoniste et clarinettiste américain de jazz, meurt à New York le 8 octobre 1974. La critique internationale a toujours été unanime à saluer en lui le meilleur saxophoniste baryton de style classique, même s'il n'a pas toujours connu la ferveur du public. Il se préoccupait d'ailleurs fort peu de son image de marque. Cet homme modeste, d'une […] Lire la suite

HALL ADELAIDE (1904-1993)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 432 mots
  •  • 1 média

Le jazz ne fut qu'une flamboyante parenthèse dans sa vie. C'est pour avoir un jour de 1927 rencontré un magicien nommé Duke Ellington et enregistré avec lui deux titres qui comptent parmi les premiers coups d'éclat discographiques de l'orchestre qu'elle entre dans l'histoire. Née de la comédie musicale, elle y retournera très vite sans pour autant y laisser la trace d'une personnalité hors du comm […] Lire la suite

HODGES CORNELIUS dit JOHNNY (1906-1970)

  • Écrit par 
  • Alain GERBER
  •  • 226 mots

Si l'on excepte une période de quatre années (1951-1955) où il dirigea ses propres formations, Johnny Hodges fut l'un des principaux solistes de l'orchestre de Duke Ellington chez lequel il entra en 1928 et avec lequel il se produisit jusqu'à sa mort. Avec Benny Carter et Willie Smith, mais les surclassant très nettement, Hodges, surnommé Rabbit (Lapin), est un des maîtres du saxophone alto avant […] Lire la suite

HOLIDAY BILLIE (1915-1959)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 949 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Billie's Blues »  : […] Eleanora (Elinore, Elenoir ou encore Eleanor, selon les documents) Holiday naît le 7 avril 1915 à Philadelphie (Maryland). On sait peu de choses sur sa petite enfance, passée à Baltimore : a-t-elle, comme elle l'affirme dans son autobiographie, Lady Sings the Blues , été violée par un familier à l'âge de dix ans ? Il ne subsiste en tout cas aucune trace de cet événement dans les archives locales. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain GERBER, « ELLINGTON DUKE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/duke-ellington/