LÉGITIME DÉFENSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Selon l'article 328 de l'ancien Code pénal français, « il n'y a ni délit ni crime lorsque l'homicide, les blessures et les coups étaient commandés par la nécessité actuelle de la légitime défense de soi-même ou d'autrui ». Les nouvelles dispositions contenues dans les articles 122-5 à 122-8 du nouveau Code pénal, adopté en 1993, sont moins lapidaires, mais ne modifient pas le principe ; elles énoncent que « n'est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d'elle-même ou d'autrui, sauf s'il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l'atteinte ». Ainsi, aux termes de la loi, l'acte d'agression justificatif d'une action de légitime défense peut émaner de n'importe qui et être dirigé vers n'importe qui (ou n'importe quoi), il doit être présent — et non futur ou passé —, inévitable et injuste.

L'acte de défense doit être proportionné à l'attaque. S'il y a disproportion entre le fait justificatif — la provocation — et la riposte, l'auteur de cette dernière verra le tribunal retenir en sa faveur les circonstances atténuantes ou l'homicide par imprudence ; toutefois, en une telle circonstance, le bénéfice de l'excuse de provocation atténue seulement la sanction encourue par l'attaqué, alors que la légitime défense supprime entièrement celle-ci. Il existe enfin deux cas spéciaux dans lesquels la loi présume la légitime défense et libère, au vu des présomptions relatives, l'attaqué des sanctions encourues : cas de défense « contre les auteurs de vols ou de pillages exécutés avec violence » ; cas d'actes destinés à « repousser, de nuit, l'entrée par effraction, violence ou ruse dans un lieu habité » ; il demeure toutefois que ces données édictées par l'article 122-6 ne sauraient justifier un acte commis en dehors d'un cas de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : diplômée d'études supérieures, master of law (L.L.M.), États-Unis

Classification

Autres références

«  LÉGITIME DÉFENSE  » est également traité dans :

VIOLENCE, notion de

  • Écrit par 
  • Philippe BRAUD
  •  • 1 458 mots

Dans le chapitre « Typologie de la violence »  : […] Dans une première conception, très courante aussi bien en philosophie politique que dans le langage commun, la violence est considérée comme l'emploi inacceptable de la force. À ce titre, elle implique automatiquement une condamnation morale. S'il s'agit de violences extrêmes comme les tortures, les exécutions de masse, les traitements humiliants et dégradants, un consensus s'établira aisément su […] Lire la suite

PÉNAL DROIT

  • Écrit par 
  • Luc VILAR
  •  • 7 094 mots

Dans le chapitre « L'intention délictueuse »  : […] L'élément moral désigne la volonté de commettre l'acte matériel. Il est nécessaire pour que l'infraction existe, tant pour les infractions intentionnelles (crimes et majorité des délits) que pour les délits d'imprudence et les contraventions. Dans les premières, l'élément moral est l'intention criminelle (dol pénal) : l'acte et ses conséquences ont été voulus ; dans les seconds, c'est une faute : […] Lire la suite

Les derniers événements

19-22 juillet 2021 Israël. Révélations sur l'usage par plusieurs États d'un logiciel israélien d'espionnage de téléphones.

légitime » de son logiciel qui n’est vendu qu’à des États et qu’il présente comme un outil de lutte contre le terrorisme et le crime organisé. Le consortium affirme que la vente de Pegasus, qui est validée par le ministère de la Défense israélien, constitue un outil de la politique d’influence de l’État hébreu et explique en partie les rapprochements […] Lire la suite

13 mai - 16 juin 2021 Canada. Présentation du projet de loi québécois sur la langue française.

défense du français sa « toute première priorité ». Le texte vise notamment à imposer la « nette prédominance du français » dans l’affichage commercial, ainsi que le droit d’être servi et informé en français dans les relations commerciales ; à contingenter le nombre d’étudiants anglophones admis dans les établissements d’études supérieures et à imposer […] Lire la suite

1er-23 septembre 2020 États-Unis. Suite des affaires de violences policières.

légitime défense. Cette décision entraîne des manifestations dans la ville.  […] Lire la suite

13 septembre 2019 France. Publication du rapport de l'IGA sur les incidents de la fête de la musique à Nantes.

légitime défense. Il estime toutefois que le chef du dispositif policier, le commissaire divisionnaire Grégoire Chassaing, a « manqué de discernement » dans sa riposte en laissant les policiers user de gaz lacrymogènes, de grenades de désencerclement et de lanceurs de balles de défense (LBD). Le rapport dégage la responsabilité de la préfecture et  […] Lire la suite

4-30 janvier 2019 Venezuela. Autoproclamation de Juan Guaidó comme président par intérim.

légitime. Ce vote est symbolique, la Cour suprême ayant déclaré nulles les décisions de l’Assemblée en janvier 2016 – une Assemblée constituante entièrement chaviste, élue en juillet 2017, s’est arrogé les pouvoirs législatifs. Juan Guaidó s’engage à « mettre en place les conditions nécessaires à un gouvernement de transition et à convoquer des élections […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacqueline BARBIN, « LÉGITIME DÉFENSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/legitime-defense/