DOT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vulgarisation du vocabulaire juridique conduit parfois à grouper sous le même terme des institutions d'une similitude très approximative et à créer ainsi un rapport artificiel difficile à maintenir. La précision des termes du droit s'accommode difficilement d'une confusion et d'une incohérence qu'explique, sans doute, l'emploi quasi général d'une terminologie occidentale inapte, dans bien des cas, à exprimer la signification profonde d'institutions particulières dont on ne trouve pas l'équivalent exact : l'abus naît de la volonté de rapprochement ou de l'impuissance à forger des expressions plus adéquates. Ainsi, sous le vocable « dot », place-t-on un ensemble d'institutions dont ni la nature ni les buts ne sont identiques, et qui n'ont pour point commun que de naître à l'occasion d'un mariage. L'institution du mariage est le seul trait d'union que l'on observe entre ces « dots » dont la spécificité doit être signalée par des formules plus complexes : dos ex marito, contre-dot, prix de la fiancée, etc.

Au sens juridique et restreint du terme, la dot doit être entendue comme un ensemble de biens apportés généralement par l'épouse pour contribuer aux charges du ménage (telle était la conception du droit occidental moderne, héritée du droit romain). Mais, au sens large de l'expression, elle se rapproche du douaire ou gain de survie de l'épouse (mahr des musulmans, dos propter nuptias des Romains), ou s'identifie au « prix de la fiancée » (pratique babylonienne, hébraïque, africaine, etc.), terme dont tous les ethnologues déplorent l'emploi malheureux, encore qu'ils le maintiennent par habitude.

Quoi qu'il en soit, le terme paraît impliquer constamment la fourniture de prestations faites en vue d'un mariage, ce qui permet d'établir une théorie générale de l'institution.

Notion

La notion de dot est liée à celle de mariage ; elle intéresse soit les rapports pécuniaires, soit les rapports personnels qui s'établissent entre les époux.

La dot et les ra [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté de droit et des sciences économiques de l'université de Madagascar

Classification


Autres références

«  DOT  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Le droit antique

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 11 962 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La famille »  : […] La place importante faite au droit familial dans le code d'Hammourabi (paragr. 127 à 195, soit près du quart du code) permet d'avoir une connaissance assez complète de l'organisation de la famille à l'époque de la I re  dynastie babylonienne. La rencontre de traditions sumériennes et sémitiques explique le caractère parfois composite de ces dispositions. La famille repose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-le-droit-antique/#i_18689

ASSYRIE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 9 702 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La famille »  : […] La famille est de type patriarcal. Son chef possède sur la femme et les enfants une forte autorité ; il exerce même sur eux une véritable juridiction domestique pour les méfaits qui le lèsent dans son honneur ou ses biens (adultère de la femme, inconduite de la fille, vol commis par l'épouse). On ignore si les fils sont soumis à la puissance paternelle durant toute la vie du père ; il semble qu'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/assyrie/#i_18689

BABYLONE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 7 315 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La famille et le droit privé »  : […] La famille babylonienne est fondée sur un mariage qui n'est pas rigoureusement monogamique. En principe, l'homme n'a qu'une épouse en titre, procréatrice de fils qui assureront le culte des ancêtres et continueront l'exploitation du domaine familial. Néanmoins, non seulement les rapports sexuels du maître avec les concubines esclaves sont licites, mais encore les enfants issus de ces relations so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/babylone/#i_18689

BÉTÉ

  • Écrit par 
  • Alain MOREL
  •  • 973 mots

Établis en Côte-d'Ivoire et appartenant au groupe des Krou, les Bété représentent, dans les années 1990, 18 p. 100 de la population ivoirienne, soit 2 millions de personnes environ. Le pays bété, qui s'étend sur la forêt et sur la savane, entre Gagnoa et Daloa, a pour capitale cette dernière ville, distante de 400 kilomètres d'Abidjan. Autrefois situés à proximité des cours d'eau, les villages se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bete/#i_18689

FAMILLE - Les sociétés humaines et la famille

  • Écrit par 
  • Françoise HÉRITIER
  •  • 7 468 mots

Dans le chapitre « Le mariage entre femmes »  : […] Dans certaines populations africaines, il existe un mariage légal entre femmes. C'est le cas des Nuer soudanais, qui sont patrilinéaires (la reconnaissance de la filiation passe exclusivement par les hommes) et chez lesquels la fille n'est même pas considérée comme appartenant à part entière au groupe de son père, sauf si elle est stérile : dans ce cas – la preuve de la stérilité étant donnée ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/famille-les-societes-humaines-et-la-famille/#i_18689

KUBA

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 1 574 mots

Dans le chapitre « Organisation sociale »  : […] Le matrilignage, groupe exogamique d'une profondeur de trois à six générations, détermine le statut social de chacun, et règle les héritages ; il joue aussi un rôle dans la répartition des biens, chacun étant obligé de céder la moitié de son surplus à son lignage qui, en compensation, l'aidera à payer ses dettes et lui épargnera ainsi l'esclavage. Les biens des lignages servaient souvent à l'achat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kuba/#i_18689

TURKMÈNES

  • Écrit par 
  • Bernard DUPAIGNE
  •  • 1 785 mots

Dans le chapitre « Organisation sociale traditionnelle »  : […] Autrefois, chaque concentration de yourtes nomades ne comprenait qu'un seul sous-groupe. La solidarité était fondée sur les liens de parenté ; chaque chef de famille était, en principe, sur un plan d'égalité avec les autres. L'autorité reposait sur la loi écrite musulmane ( shariat ) et sur la loi orale ( adat ) représentant la tradition et que les vieux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turkmenes/#i_18689

Voir aussi

Pour citer l’article

Annie ROUHETTE, « DOT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dot/