DIT, genre littéraire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le dit est-il un genre littéraire au Moyen Âge ? Le mot intervient dans le titre de nombreux poèmes dont il présente pour ainsi dire le thème, surtout lorsqu'il s'agit d'une sorte de parabole ou d'allégorie : Dit de la lampe, Dit de l'unicorne et du serpent, Dit de la panthère d'amour, Dit du vergier, Dit du lion, Dit de la fontaine amoureuse. Les textes ainsi intitulés sont très divers ; encore proches des lais et fabliaux au début du xiiie siècle, ils prennent au siècle suivant l'allure de poèmes à la fois lyriques et narratifs. À ces deux caractères se combinent une allégorie, un dialogue, ou un débat amoureux ou moral : formule complexe qui permet bien des variantes. La prétention à raconter la vérité sous le couvert d'une figure poétique aboutit au Voir dit de Guillaume de Machaut, sorte de chronique rimée d'une aventure amoureuse vécue par le poète. Si l'on cherche la constante sémantique du terme « dit », on peut remarquer qu'il s'oppose parfois au mot « chant ». Il s'agit donc d'une poésie faite pour être lue ou récitée, mais non chantée (on pense à l'opposition decires-cantigas de la poésie hispanique). Dans une chanson, le dit désigne le texte par opposition à la notation musicale. Au total, le terme correspond à la notion moderne et neutre de poème, pour laquelle le Moyen Âge n'a pas d'équivalent exact. En ce sens, il est concurrencé par « dictié » (apparenté à l'allemand Gedicht) : L'Art de dictier d'Eustache Deschamps est un art poétique. Mais le terme « dictié » est lui-même concurrencé par « traictié », comme le prouvent les deux titres donnés par les manuscrits de Froissart à l'un de ses poèmes : Li plaisans traitié... Explicit le dittier de l'espinette amoureuse. Notons que le mot disparaît quand le titre se réfère à un type allégorique déjà bien défini comme le Jugement, le Confort ou le Remède. Il insiste donc sur le sujet de cette poésie qu'on dit formelle.

—  Daniel POIRION

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  DIT, genre littéraire  » est également traité dans :

LAI

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 469 mots

Il s'agit originellement d'un genre poétique et musical, dérivant de chansons en latin vulgaire, mais surtout exploité par les harpeurs bretons, le texte étant alors soutenu par une mélodie syllabique. Dès le xii e  siècle, le genre se dédouble. D'un côté il connaît une évolution narrative à partir de Marie de France, qui assemble et rime les chants bretons pour en faire de brefs récits romanesque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lai/#i_15712

MOYEN ÂGE - La poésie lyrique

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 5 698 mots

Dans le chapitre « Chroniques, satires et ballades »  : […] Encore musical chez Machaut, le lyrisme devient romanesque avec Froissart, le chroniqueur, qui rima des dits et de courts poèmes pour les cours d'Angleterre et du nord de la France. Le plus souvent, la convention courtoise l'amène à présenter l'amour de très jeunes gens, qu'il fait s'exprimer avec une grâce un peu mignarde. Cependant, il demande aux personnages des pastourelles de se faire l'écho […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-poesie-lyrique/#i_15712

ŒUVRES POÉTIQUES, Christine de Pizan - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 815 mots

Dans le chapitre « Défense de l'amour »  : […] Les pièces retenues dans le tome 2 sont d'inspiration et de formes très diverses. L' Epistre au Dieu d'amours (1399), en vers octosyllabiques, est consacrée comme Le Dit de la Rose (1401) à la défense des femmes, défense que poursuivra Christine lors du débat sur le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris et Jean de Meun. D'autres « débats » ( Le Débat de deux amans ), « jugements » ( Le Livre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvres-poetiques-christine-de-pizan/#i_15712

ROMAN DE LA ROSE (G. de Lorris et J. de Meun) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 1 009 mots

Dans le chapitre « Dits et contredits »  : […] Jean de Meun reprend à son prédécesseur le motif de la quête et le grand ballet des allégories. Mais à l'écriture très ornée de Guillaume, il substitue un style où domine le débat d'idées – sur le modèle des pratiques universitaires – et inscrit dans la trame narrative des digressions qui forment finalement l'essentiel de l'œuvre. Condamnant le discours précieux et les conduites contraintes de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-de-la-rose-g-de-lorris-et-j-de-meun/#i_15712

RUTEBEUF (1230?-? 1280)

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 2 025 mots

Dans le chapitre « Système de la satire »  : […] Le genre de la complainte satirique met de toute façon en rapport la vie privée et la vie publique, faisant appel à l'opinion, et visant à l'action, morale, politique ou économique, les problèmes d'argent restant une préoccupation constante et réaliste de cette littérature. Cette participation à l'activité historique est évidente dans la querelle de l'université de Paris. Mais la qualité littérai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rutebeuf/#i_15712

Pour citer l’article

Daniel POIRION, « DIT, genre littéraire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dit-genre-litteraire/