Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL Développement des pays du Sud

La question du développement des pays du Sud trouve ses origines entre le xive et le xixe siècle, avec la colonisation du monde par les États européens occidentaux, et plus particulièrement au moment de la révolution industrielle observée en Europe à la fin du xviiie siècle. La révolution industrielle décupla la puissance économique et militaire de l'Europe, l'entraîna à la conquête de l'Asie et de l'Afrique, et lui assura un règne sans partage sur le monde, au moins jusqu'à la Première Guerre mondiale. Différents auteurs, tels que Fernand Braudel (La Dynamique du capitalisme, 1985) ou plus récemment Daron Acemoglu, Simon Johnson et James Robinson (dans un article intitulé « The Rise of Europe : Atlantic Trade, Institutional Change and Economic Growth », in American EconomicReview) considèrent que le décollage des pays de l'Europe de l'Ouest doit beaucoup au « commerce au loin » colonial, si bien que les premières phases de la colonisation, la révolution industrielle et la phase impérialiste du capitalisme européen sont liées.

L'expression Tiers Monde, inventée par Alfred Sauvy en 1952 et inspirée du tiers état de la Révolution française, évoqua longtemps la communauté de destins et d'intérêts des jeunes nations d'Amérique latine, d'Afrique et d'Asie, libérées du joug colonial et situées hors du monde communiste. Cette communauté trouva un temps son expression dans le mouvement des « non-alignés » (vis-à-vis des privilégiés de l'Occident capitaliste et du monde soviétique) créé en 1961 dans le prolongement de la conférence afro-asiatique de Bandung (1955) et de la conférence de Brioni (1956). Dans l'après-guerre, la réussite du plan Marshall pour la reconstruction de l'Europe occidentale dévastée et les succès économiques affichés par les pays de l'Est laissaient espérer un développement accéléré du Tiers Monde, en suivant les mêmes modèles d'économie planifiée, quelles que soient leurs variantes capitaliste ou socialiste. Pendant les années 1950-1970, de nombreux pays du Tiers Monde connurent d'ailleurs une croissance économique forte, ainsi que de très larges progrès en matière de scolarisation et de conditions de santé. Ce mouvement de rattrapage commença toutefois de s'épuiser à la fin des années 1970 pour les pays d'Amérique latine et d'Afrique.

Dans les années 1990, en même temps qu'il n'y eut plus de bloc communiste, il n'y eut plus de Tiers Monde. Mais, dès la décennie de 1980, il s'était révélé que le Tiers Monde ne constituait pas une communauté homogène. Les nations en développement différaient à la fois par leurs conditions initiales et par leurs trajectoires. En fait, il n'y avait jamais eu grand-chose de commun entre les grands pays d'Amérique latine comme l'Argentine, le Brésil ou le Mexique, dont les crises pouvaient faire trembler le système financier international, les petits pays africains déconnectés du commerce international, et les pays émergents d'Asie de l'Est ou du Sud-Est. Les sous-continents indiens et chinois constituaient, par ailleurs, deux mondes à part, dont les ouvertures progressives sur le monde étaient capables de modifier l'équilibre économique planétaire. Aujourd'hui, même si certaines coalitions plus restreintes et temporaires peuvent se former, notamment dans les négociations à l'Organisation mondiale du commerce (O.M.C.) comme avec l’éphémère G21 à Cancún en 2003, l'expression Tiers Monde a largement perdu de son efficacité symbolique et pratique.

En réalité, l'émergence de l'Asie et la régression de l'Afrique révèlent la force de l'histoire longue : les anciennes civilisations d'Asie ont mieux résisté à l'intrusion coloniale et se font leur place dans la mondialisation des échanges et des flux[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chargé de recherche à l'Institut de recherche pour le développement et à D.I.A.L. (Développement, institutions et analyses à long terme), docteur en sciences économiques de l'École des hautes études en sciences sociales
  • : professeur à l'université Paris-Dauphine, directeur de l'unité mixte de recherche DIAL
  • : chargée de recherche de première classe, Institut national de la recherche agronomique

Classification

Pour citer cet article

Denis COGNEAU, Philippe DE VREYER et Sylvie LAMBERT. DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Développement des pays du Sud [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 08/04/2015

Médias

Taux de croissance moyens annuels du P.I.B. par habitant depuis 1500 et écarts de revenu en 2010 - crédits : Encyclopædia Universalis France

Taux de croissance moyens annuels du P.I.B. par habitant depuis 1500 et écarts de revenu en 2010

Population vivant avec moins de 1,25 dollar par jour (aux prix de 2005) - crédits : Encyclopædia Universalis France

Population vivant avec moins de 1,25 dollar par jour (aux prix de 2005)

Espérance de vie à la naissance et taux d’alphabétisation - crédits : Encyclopædia Universalis France

Espérance de vie à la naissance et taux d’alphabétisation

Autres références

  • DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE, notion de

    • Écrit par
    • 1 648 mots

    La notion de développement économique a pris de l'importance au tournant de la Seconde Guerre mondiale, avec l'émergence de nouvelles nations issues de la décolonisation et la mise en place d'institutions multilatérales, comme l'O.N.U. et ses agences, le Fonds monétaire international...

  • AGRICULTURE - Histoire des agricultures depuis le XXe siècle

    • Écrit par et
    • 9 998 mots
    • 2 médias
    ...hydraulique, à passer à deux, trois ou même quatre récoltes par an. La productivité de la terre (production à l'hectare) a ainsi été décuplée en certains lieux. Les techniques de la révolution verte étant intensives en travail, les emplois et les revenus agricoles ont beaucoup augmenté, créant un pouvoir d'achat...
  • AMÉRIQUE LATINE, économie et société

    • Écrit par
    • 13 724 mots
    • 22 médias
    ...comme Douglass North (Prix Nobel en 1993) d'expliquer l'évolution divergente de l'Amérique latine et de l'Amérique anglo-saxonne depuis leur découverte. Pourquoi ces deux parties du continent qui ont une histoire proche, découvertes et peuplées par des Européens à partir de 1492, sont-elles si différentes,...
  • ANDES CORDILLÈRE DES

    • Écrit par et
    • 10 963 mots
    • 5 médias
    ...andins étant parmi les plus inégalitaires du monde, la comparaison des quotients annuels du P.I.B. par habitant n'est qu'un indicateur relatif du degré de développement global des pays. Pour la période 2000-2005, ce quotient moyen, en dollars, varie pratiquement de un à cinq : Bolivie (2 540), Équateur (3 380),...
  • ANTHROPOLOGIE ÉCONOMIQUE

    • Écrit par
    • 5 153 mots
    Cependant, à un niveau pratique immédiat, l'anthropologie économique, en mettant en évidence la logique originale des structures et comportements économiques au sein de nombreuses sociétés d'Afrique, d'Asie, d'Amérique et d'Océanie, pourrait contribuer au développement économique et social de ces régions...
  • Afficher les 81 références