DEUXIÈME RÉPUBLIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le conflit du président et de l'Assemblée

Louis Napoléon, depuis la crise de juin 1849, mène une politique plus personnelle. Il multiplie les voyages en province, regroupe son propre parti qui, outre les fidèles bonapartistes rassemblés autour de Persigny, comprend des libéraux restés à l'écart du parti de l'Ordre (T. Ducos, Billault), des représentants des milieux d'affaires soucieux d'efficacité (le banquier Fould, les avocats Rouher et Baroche, Morny, demi-frère du prince-président ; il a ses journaux, Le Pays, Le 10-Décembre, et, à partir de janvier 1850, Le Napoléon. Le prestige napoléonien, diverses mesures (par exemple, l'augmentation de la solde des sous-officiers) et la multiplication des grandes revues favorisèrent les relations entre l'armée et celui qu'on commence à appeler le « prince Louis Napoléon ».

La Société du 10-Décembre, présidée par le général Piat, apparaît comme le noyau d'un grand parti napoléonien comptant à Paris des boutiquiers, des petits rentiers et des ouvriers, elle apporte un soutien un peu trop ostensible à des manifestations en faveur du président. Une fraction importante du parti de l'Ordre suit Louis Napoléon, notamment les catholiques non légitimistes, Montalembert aussi bien que Louis Veuillot.

Le parti de l'Ordre est affaibli après le vote des lois réactionnaires qui ont mis en place un programme de défense sociale et politique ; la fusion des deux branches, Bourbons et Orléans, était un préalable indispensable à toute restauration monarchique. Or la mort, le 26 août, en Angleterre, de Louis-Philippe, qui s'était convaincu de la nécessité de la fusion, n'avait pas résolu les difficultés. Des efforts sont tentés à la fois par des légitimistes (comme le duc de Noailles) et par des orléanistes comme Salvandy, Molé, le duc de Broglie, Guizot (mais celui-ci est mis de plus en plus à l'écart de la vie active). Pendant l'été 1850, Salvandy alla à Wiesbaden s'entretenir avec le comte de Chambord. Cette fusion est cependant rendue impossible d'une part à cause des oppositions de principes (une circulaire de Barthélemy du 30 août 1850, au nom du comte de Chambord, désavoue « l'appel au peuple comme impliquant la négation du grand principe national de l'hérédité monarchique »), d'autre part en raison des rivalités de personnes ; la reconnaissance du comte de Chambord, petit-fils de Charles X, serait acceptée par les fils de Louis-Philippe, mais la duchesse d'Orléans, soutenue par Thiers, Jules de Lasteyrie, Charles de Rémusat et Roger du Nord, ne veut pas que son fils, le comte de Paris, s'efface. La situation est d'autant plus complexe qu'il est question de la candidature à la présidence de la République du prince de Joinville, fils de Louis-Philippe, auquel la prise de Mogador avait donné un certain prestige.

L'impossibilité de solution politique résultait des divergences au sein du parti de l'Ordre et du désaccord entre le parti et le président de la République ; elle était compliquée par l'absence de solution constitutionnelle, due au fait que le mandat de Louis Napoléon ne pouvait être renouvelé en 1852 en raison de l'interdiction qu'en faisait la Constitution. En outre, la majorité issue d'un suffrage universel tronqué ne pouvait être que favorable au parti de l'Ordre.

Louis Napoléon prévint les mesures qu'annonçait ouvertement contre lui le général Changarnier, qui était à la fois commandant de l'armée de Paris et de la garde nationale et député ; un discours provocant du général à la Chambre, sans l'autorisation réglementaire du ministre de la Guerre, entraîna sa destitution le 3 janvier 1851. À cette occasion, Thiers exhorta les députés à protester en déclarant : « Si l'Assemblée cède, il n'y aura plus qu'un pouvoir [...] Le mot viendra plus tard : l'Empire est fait. » L'Assemblée législative riposta par un ordre du jour de défiance voté par 415 voix contre 286 ; un nouveau ministère fut mis en place, mais l'Assemblée le mit aussi en minorité en refusant une augmentation de la dotation présidentielle.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DEUXIÈME RÉPUBLIQUE  » est également traité dans :

1848 ET L'ART (expositions)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 1 190 mots

Deux expositions qui se sont déroulées respectivement à Paris du 24 février au 31 mai 1998 au musée d'Orsay, 1848, La République et l'art vivant , et du 4 février au 30 mars 1998 à l'Assemblée nationale, Les Révolutions de 1848, l'Europe des images ont proposé une réflexion remarquable sur un épisode important des rapports entre art et politique. Contrairement à la révolution de 1830 à laquelle […] Lire la suite

ABOLITION DE L'ESCLAVAGE DANS LES COLONIES FRANÇAISES

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 195 mots
  •  • 1 média

La lutte pour l'abolition de l'esclavage commence au xviii e  siècle, menée par les Britanniques Granville Sharp et William Wilberforce, les Américains Anthony Benezet et John Wesley ou le Français Guillaume Raynal. En France, en dépit de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, la Constitution de 1791 refuse l'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises, au motif que […] Lire la suite

AGULHON MAURICE (1926-2014)

  • Écrit par 
  • Quentin DELUERMOZ
  •  • 1 329 mots
  •  • 1 média

Historien, professeur au Collège de France, spécialiste d’histoire de la France des xix e et xx e  siècles. Né à Uzès (Gard) en 1926 dans une famille d’instituteurs républicains, Maurice Agulhon effectue ses études à Avignon puis à Lyon, avant d’être reçu à l’École normale supérieure en 1946. Agrégé en 1950, professeur d’histoire en lycée et en khâgne, il devient en 1954 attaché de recherche au […] Lire la suite

BARROT ODILON (1791-1873)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 282 mots

Homme politique français, né le 19 juillet 1791 à Villefort (Lozère), mort le 6 août 1873 à Bougival. Monarchiste libéral, Camille Hyacinthe Odilon Barrot commence sa carrière en 1814 comme avocat à la Cour de cassation. Sa notoriété de défenseur des libéraux lui vaut d'être élu président de la société Aide-toi, le ciel t'aidera, qui promeut la résistance, par voies légales, au gouvernement réact […] Lire la suite

BAUDIN JEAN-BAPTISTE (1811-1851)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 480 mots

Fils d'un médecin, Jean-Baptiste Baudin fait ses études de médecine à Lyon, puis à Paris au Val-de-Grâce. En 1832, il est nommé chirurgien sous-aide major de l'hôpital militaire de Toulon ; il passe sa thèse à Paris en 1837, puis, en qualité de chirurgien militaire, il sert de 1837 à 1839 en Algérie où il connaît Eugène Cavaignac. Il quitte l'armée et se fixe à Paris où il devient le médecin des p […] Lire la suite

BLANC LOUIS (1811-1882)

  • Écrit par 
  • Élisabeth CAZENAVE
  •  • 794 mots

Né à Madrid, où son père est inspecteur général des Finances du roi Joseph Bonaparte, Louis Blanc se rend à Paris peu après la révolution de 1830, qui ruine sa famille. À Paris, un ami de son père lui donne des cours de droit. Contraint de gagner sa vie, il est précepteur pendant deux ans à Arras où il collabore au Progrès du Pas-de-Calais . Revenu à Paris, il travaille au National et au Bon Sen […] Lire la suite

BUGEAUD THOMAS ROBERT, marquis de la Piconnerie (1784-1849) duc d'Isly et maréchal de France

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 665 mots

Issu d'une famille irlandaise qui avait émigré en France, Bugeaud s'engage dans l'armée en 1804, comme vélite, dans les grenadiers à pied de la garde impériale. Il est promu caporal à Austerlitz et blessé à Pultusk ; il combat ensuite en Espagne, où il devient capitaine sous les ordres du général Lamarque. Il met en déroute un régiment anglais, ce qui lui vaut le grade de lieutenant-colonel, et il […] Lire la suite

CAVAIGNAC LOUIS EUGÈNE (1802-1857)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 374 mots

Général et homme politique français, né le 15 octobre 1802 à Paris, mort le 28 octobre 1857 au château d'Ourne, dans la Sarthe. Jean-Baptiste Cavaignac, Jacobin du Comité de sûreté générale mis en place par la Convention en 1791, a transmis à son fils Louis Eugène de forts sentiments républicains. À l'inverse, l'oncle de Louis Eugène, Jacques-Marie, a servi la maison de Bourbon et la monarchie de […] Lire la suite

LES CHÂTIMENTS, Victor Hugo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 088 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Et j'ajoute à ma Lyre une corde d'airain » (Les Feuilles d'automne). »  : […] Député conservateur depuis juin 1848, Hugo s'est peu à peu rapproché de la gauche républicaine, lorsque Louis-Napoléon Bonaparte est élu à la présidence de la République. D'abord favorable au programme social du « prince-président », il ne tarde pas à réprouver la dérive autoritaire du régime, et s'oppose farouchement au coup d'État du 2 décembre 1851. Le 11, il quitte Paris pour Bruxelles. Là, il […] Lire la suite

CONSTITUTIONS FRANÇAISES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 1 668 mots

Constitution de 1791 Adoptée le 3 septembre par l'Assemblée nationale constituante, deux années après la Déclaration de 1789 qui forme son Préambule, suspendue d'application le 10 août 1792, la première Constitution française ne dura pas un an. Essai de monarchie parlementaire, elle exacerbait en fait l'opposition entre exécutif et législatif : initiative des lois réservée à l'Assemblée unique (él […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-31 juillet 2020 France. Nouvelles mesures contre la Covid-19.

 100 au deuxième semestre, après une baisse de 5,9 p. 100 au premier. […] Lire la suite

2-30 avril 2020 France. Annonce du plan de déconfinement.

Le plan du gouvernement est adopté par 368 voix contre 100 et 103 abstentions, principalement grâce à l’accord quasi unanime des élus de La République en marche (LRM) et du MoDem. Le 30, l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) annonce une contraction de 5,8 p. 100 du PIB au premier trimestre. La baisse du PIB ayant déjà été de 0,1 p. […] Lire la suite

5-31 décembre 2019 France. Mouvement de contestation de la réforme des retraites.

Une partie des députés de La République en marche (LRM) déplore la perte du soutien de la CFDT, qui est favorable à un régime de retraite universel, mais hostile à la fixation d’un âge pivot à soixante-quatre ans. Le 13, Jean-Paul Delevoye remet à la HATVP une déclaration rectifiée dans laquelle il fait état de treize mandats – contre trois précédemment indiqués – et révise à la hausse ses revenus déclarés. […] Lire la suite

14-15 novembre 2019 France. Débat autour d'un amendement sur la fiscalité de l'huile de palme.

La mesure est contestée par l’opposition, ainsi que par plusieurs députés de La République en marche. Le 15, à la demande du président Emmanuel Macron, l’amendement est soumis à un deuxième examen devant l’Assemblée qui le rejette massivement, en dépit du soutien réitéré du gouvernement. […] Lire la suite

12-13 juin 2019 France. Discours de politique générale du Premier ministre Édouard Philippe.

C’est la première fois sous la Ve République qu’une déclaration de politique générale est soumise à un vote dans une Chambre haute tenue par l’opposition. […] Lire la suite

Pour citer l’article

André Jean TUDESQ, « DEUXIÈME RÉPUBLIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/deuxieme-republique/