BARROT ODILON (1791-1873)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique français, né le 19 juillet 1791 à Villefort (Lozère), mort le 6 août 1873 à Bougival.

Monarchiste libéral, Camille Hyacinthe Odilon Barrot commence sa carrière en 1814 comme avocat à la Cour de cassation. Sa notoriété de défenseur des libéraux lui vaut d'être élu président de la société Aide-toi, le ciel t'aidera, qui promeut la résistance, par voies légales, au gouvernement réactionnaire de la Restauration. Pendant la révolution de Juillet (1830), il approuve la proclamation du roi Louis-Philippe et fait partie des trois commissaires choisis par le nouveau gouvernement pour accompagner Charles X, déchu, vers Cherbourg et la route de l'exil.

Député de l'Eure pendant la monarchie de Juillet (1830-1848), Odilon Barrot est un membre très actif de l'opposition libérale à la Chambre des députés. En 1846-1847, il codirige la campagne des « banquets », destinée à faire pression sur le gouvernement pour élargir le corps électoral. Favorable à une baisse du cens, il se démarque cependant de Ledru-Rollin, lequel défend rapidement le suffrage universel.

Faute de réformes, c'est une révolution républicaine qui éclate, en 1848. Louis-Philippe abdique et Barrot rallie les républicains modérés. En décembre de cette même année, Louis-Napoléon Bonaparte le nomme chef du gouvernement et ministre de la Justice. Évincé du gouvernement en octobre 1849, Odilon Barrot est brièvement emprisonné après le coup d'État du 2 décembre 1851 et se retire alors de la vie politique. En 1871, il devient vice-président du nouveau Conseil d'État.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  BARROT ODILON (1791-1873)  » est également traité dans :

DEUXIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 4 291 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'élimination des républicains »  : […] La victoire électorale de Louis Napoléon Bonaparte fut un désaveu implicite de la politique menée par les républicains depuis février. L'élection de l'Assemblée législative le 13 mai 1849 montre un partage de l'opinion en deux grandes tendances. Le parti de l'Ordre, regroupant les légitimistes, les orléanistes, des républicains modérés et des bonapartistes, eut 53 p. 100 des voix et un peu moins d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deuxieme-republique/#i_13614

JUILLET MONARCHIE DE

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 8 485 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les partis dynastiques »  : […] Les partis dynastiques regroupent ceux qui ont appuyé le nouveau souverain ; ils sont très vite divisés sur l'interprétation de la révolution de Juillet et sur le choix des méthodes de gouvernement. Le Parti du mouvement (mouvement vers la démocratie) voit dans la révolution de Juillet un point de départ pour de nouvelles réformes annoncées dans l'article 69 de la Charte révisée ; il souhaite une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monarchie-de-juillet/#i_13614

Pour citer l’article

« BARROT ODILON - (1791-1873) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/odilon-barrot/