DEUXIÈME RÉPUBLIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le gouvernement des républicains modérés

Le général Cavaignac a composé son ministère de républicains « authentiques » (on disait « républicains de la veille »), tandis que Marrast préside la Constituante. Mais une réaction profonde suivit les journées de Juin, creusant un fossé entre les républicains et les masses populaires parisiennes au profit des éléments les plus conservateurs ; plus de trois mille insurgés furent emprisonnés ou transportés en Algérie ; des lois limitèrent la liberté des clubs (loi du 28 juill. 1848) et de la presse (la loi du 11 août 1848 rétablit le cautionnement), ce qui provoque la disparition du Peuple constituant de Lamennais.

Dans ce contexte, les élections municipales (fin juillet) et les élections des conseils généraux (fin août) donnent aux conservateurs une majorité d'autant plus ample que légitimistes et orléanistes se sont unis contre les républicains, pour la défense de l'ordre social ; ainsi commence à s'organiser le «  parti de l'Ordre », ou parti de la rue de Poitiers (du nom de son adresse à Paris), au moment où s'élabore la Constitution, qui fut adoptée le 4 novembre 1848 par 733 voix contre 42, et qui donne le pouvoir exécutif à un président de la République, élu au suffrage universel pour quatre ans, et le pouvoir législatif à une assemblée unique élue au scrutin de liste pour trois ans ; le droit au travail, initialement prévu, est remplacé par le droit à l'assistance.

La campagne pour l'élection présidentielle, fixée aux 10 et 11 décembre, fait ressortir d'abord la division des républicains entre les candidatures du général Cavaignac (1 448 000 voix, 19,5 p. 100 des votants), de Ledru-Rollin (soutenu par les démocrates ; 371 431 voix, 4,8 p. 100 des suffrages), de Raspail (socialiste ; 36 964 voix) et de Lamartine (qui a perdu toute sa popularité et n'obtient que 17 914 voix). Le courant populaire, d'abord inorganisé, est exploité par des éléments conservateurs (le parti de l'Ordre, sur le conseil de Thiers, ne désigne pas de candidat) en faveur de Louis Napoléon Bonaparte. Le triomphe électoral de ce dernier (5,5 million [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DEUXIÈME RÉPUBLIQUE  » est également traité dans :

1848 ET L'ART (expositions)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 1 190 mots

Deux expositions qui se sont déroulées respectivement à Paris du 24 février au 31 mai 1998 au musée d'Orsay, 1848, La République et l'art vivant , et du 4 février au 30 mars 1998 à l'Assemblée nationale, Les Révolutions de 1848, l'Europe des images ont proposé une réflexion remarquable sur un épisode important des rapports entre art et politique. Contrairement à la révolution de 1830 à laquelle […] Lire la suite

ABOLITION DE L'ESCLAVAGE DANS LES COLONIES FRANÇAISES

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 195 mots
  •  • 1 média

La lutte pour l'abolition de l'esclavage commence au xviii e  siècle, menée par les Britanniques Granville Sharp et William Wilberforce, les Américains Anthony Benezet et John Wesley ou le Français Guillaume Raynal. En France, en dépit de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, la Constitution de 1791 refuse l'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises, au motif que […] Lire la suite

AGULHON MAURICE (1926-2014)

  • Écrit par 
  • Quentin DELUERMOZ
  •  • 1 328 mots
  •  • 1 média

Historien, professeur au Collège de France, spécialiste d’histoire de la France des xix e et xx e  siècles. Né à Uzès (Gard) en 1926 dans une famille d’instituteurs républicains, Maurice Agulhon effectue ses études à Avignon puis à Lyon, avant d’être reçu à l’École normale supérieure en 1946. Agrégé en 1950, professeur d’histoire en lycée et en khâgne, il devient en 1954 attaché de recherche au […] Lire la suite

BARROT ODILON (1791-1873)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 282 mots

Homme politique français, né le 19 juillet 1791 à Villefort (Lozère), mort le 6 août 1873 à Bougival. Monarchiste libéral, Camille Hyacinthe Odilon Barrot commence sa carrière en 1814 comme avocat à la Cour de cassation. Sa notoriété de défenseur des libéraux lui vaut d'être élu président de la société Aide-toi, le ciel t'aidera, qui promeut la résistance, par voies légales, au gouvernement réact […] Lire la suite

BAUDIN JEAN-BAPTISTE (1811-1851)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 480 mots

Fils d'un médecin, Jean-Baptiste Baudin fait ses études de médecine à Lyon, puis à Paris au Val-de-Grâce. En 1832, il est nommé chirurgien sous-aide major de l'hôpital militaire de Toulon ; il passe sa thèse à Paris en 1837, puis, en qualité de chirurgien militaire, il sert de 1837 à 1839 en Algérie où il connaît Eugène Cavaignac. Il quitte l'armée et se fixe à Paris où il devient le médecin des p […] Lire la suite

BLANC LOUIS (1811-1882)

  • Écrit par 
  • Élisabeth CAZENAVE
  •  • 794 mots

Né à Madrid, où son père est inspecteur général des Finances du roi Joseph Bonaparte, Louis Blanc se rend à Paris peu après la révolution de 1830, qui ruine sa famille. À Paris, un ami de son père lui donne des cours de droit. Contraint de gagner sa vie, il est précepteur pendant deux ans à Arras où il collabore au Progrès du Pas-de-Calais . Revenu à Paris, il travaille au National et au Bon Sen […] Lire la suite

BUGEAUD THOMAS ROBERT, marquis de la Piconnerie (1784-1849) duc d'Isly et maréchal de France

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 665 mots

Issu d'une famille irlandaise qui avait émigré en France, Bugeaud s'engage dans l'armée en 1804, comme vélite, dans les grenadiers à pied de la garde impériale. Il est promu caporal à Austerlitz et blessé à Pultusk ; il combat ensuite en Espagne, où il devient capitaine sous les ordres du général Lamarque. Il met en déroute un régiment anglais, ce qui lui vaut le grade de lieutenant-colonel, et il […] Lire la suite

CAVAIGNAC LOUIS EUGÈNE (1802-1857)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 374 mots

Général et homme politique français, né le 15 octobre 1802 à Paris, mort le 28 octobre 1857 au château d'Ourne, dans la Sarthe. Jean-Baptiste Cavaignac, Jacobin du Comité de sûreté générale mis en place par la Convention en 1791, a transmis à son fils Louis Eugène de forts sentiments républicains. À l'inverse, l'oncle de Louis Eugène, Jacques-Marie, a servi la maison de Bourbon et la monarchie de […] Lire la suite

LES CHÂTIMENTS, Victor Hugo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 087 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Et j'ajoute à ma Lyre une corde d'airain » (Les Feuilles d'automne). »  : […] Député conservateur depuis juin 1848, Hugo s'est peu à peu rapproché de la gauche républicaine, lorsque Louis-Napoléon Bonaparte est élu à la présidence de la République. D'abord favorable au programme social du « prince-président », il ne tarde pas à réprouver la dérive autoritaire du régime, et s'oppose farouchement au coup d'État du 2 décembre 1851. Le 11, il quitte Paris pour Bruxelles. Là, il […] Lire la suite

CONSTITUTIONS FRANÇAISES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 1 668 mots

Constitution de 1791 Adoptée le 3 septembre par l'Assemblée nationale constituante, deux années après la Déclaration de 1789 qui forme son Préambule, suspendue d'application le 10 août 1792, la première Constitution française ne dura pas un an. Essai de monarchie parlementaire, elle exacerbait en fait l'opposition entre exécutif et législatif : initiative des lois réservée à l'Assemblée unique (él […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. Nouvelles mesures contre la Covid-19. 2-31 juillet 2020

de justice de la République (CJR), à l’encontre du Premier ministre sortant Édouard Philippe et de deux ministres des Solidarités et de la Santé successifs, Agnès Buzyn et Olivier Véran. Cette enquête s’ajoute à celle ouverte en juin par le parquet de Paris au sujet de la gestion de la pandémie […] Lire la suite

France. Annonce du plan de déconfinement. 2-30 avril 2020

très médiatisée, le traitement qu’il préconise ne faisant pas l’unanimité au sein du corps médical. Le 9, la Convention citoyenne pour le climat remet au président de la République et au gouvernement une « contribution à la sortie de crise » liée à la Covid-19 sous forme d’une lettre d’intention […] Lire la suite

France. Mouvement de contestation de la réforme des retraites. 5-31 décembre 2019

syndicats. Une partie des députés de La République en marche (LRM) déplore la perte du soutien de la CFDT, qui est favorable à un régime de retraite universel, mais hostile à la fixation d’un âge pivot à soixante-quatre ans. Le 13, Jean-Paul Delevoye remet à la HATVP une déclaration rectifiée dans laquelle […] Lire la suite

France. Débat autour d’un amendement sur la fiscalité de l’huile de palme. 14-15 novembre 2019

-du-Rhône, département où se situe la raffinerie de biocarburants de La Mède exploitée par le groupe Total. La mesure est contestée par l’opposition, ainsi que par plusieurs députés de La République en marche. Le 15, à la demande du président Emmanuel Macron, l’amendement est soumis à un deuxième examen devant l’Assemblée qui le rejette massivement, en dépit du soutien réitéré du gouvernement. […] Lire la suite

France. Discours de politique générale du Premier ministre Édouard Philippe. 12-13 juin 2019

venir, sans toutefois fixer de nouveaux objectifs. La « justice sociale » constitue la deuxième priorité affichée par le gouvernement, avec des mesures comme la réforme de l’assurance-chômage, la baisse de l’impôt sur le revenu pour les classes moyennes, l’aide aux familles monoparentales ou la prise […] Lire la suite

Pour citer l’article

André Jean TUDESQ, « DEUXIÈME RÉPUBLIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/deuxieme-republique/