DETTE, anthropologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La dette fondamentale et les dettes partielles

L'homme, en effet, dès qu'il naît, naît à l'état de dette : r̥ṇaṃ ha vai jāyate yo'sti. Le simple fait de naître charge l'homme d'un fardeau, tout comme le simple fait de naître entache le feu d'une souillure, dénote une souillure. Pour l'homme, la vie est un bien qu'il n'a pas sollicité et dont il se trouve encombré malgré lui comme d'un dépôt. Le même mouvement qui lui donne la vie l'en dépossède. On comprend que la dette originaire, constitutive, ne soit pas quelque chose qui affecte l'homme : elle est l'homme, comme il est dit dans Athrarva-Saṃhitā, VI, 117, 1 : « Ce que je suis d'emprunté, de non restitué, le tribut à Yama avec lequel je vais et viens... » Le créancier de cette dette, le propriétaire de ce dépôt, le roi qui réclame l'impôt non payé, c'est, en effet, Yama, le roi des morts, ou mr̥tyu, la mort elle-même. Être endetté d'emblée, sans rien avoir rien demandé, n'être que (par) sa dette : on comprend que cette situation porte l'homme à s'interroger sur les péchés inconscients ou semi-conscients qu'il a pu commettre quand il n'était qu'un petit enfant lascif sur les genoux de ses parents, ou même quand il n'était qu'un embryon dans le ventre de sa mère. Tel est le sens, en effet, des prières insérées dans les kūśmāṇḍamantra que le Taittirīya Āraṇyaka, avec une remarquable clairvoyance, fait dire au récitant. Cette culpabilité vague que l'on reconnaît et que l'on cherche à préciser par des conjectures anxieuses, ces fautes que l'on admet tout en s'efforçant de les présenter comme excusables ne rendent pas compte cependant de la dette fondamentale, initiale. (Que l'homme, selon le brahmanisme, naisse « en tant que dette », que cette dette soit la marque de sa condition de mortel ne signifie pas que la nature de l'homme soit déterminée par un péché originel. Comme le mot sanscrit r̥ṇa, « dette », peut parfois se colorer en « faute », les philologues allemands du xixe siècle, influencés peut-être par l'ambiguïté du mot Schuld, à la fois « dette » et « faute », on [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section)

Classification


Autres références

«  DETTE, anthropologie  » est également traité dans :

DERRIDA JACQUES (1930-2004)

  • Écrit par 
  • Catherine MALABOU
  •  • 3 353 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « L'éthique du don » »  : […] Il n'est pas possible de distinguer, dans l'œuvre de Derrida, ce que l'on appelle communément des « tournants » ni même une « évolution », chaque livre étant toujours un événement qui frappe par sa singularité. Il n'en demeure pas moins que les textes écrits à partir des années 1990 insistent de manière remarquable sur la question du don. Cette interrogation s'inscrit dans le droit-fil du travail […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-derrida/#i_94887

DON

  • Écrit par 
  • François POUILLON
  •  • 3 517 mots
  •  • 1 média

Donner est une opération des plus familières qui ne semble pas appeler de définition sociologique particulièrement précise : un bien change d'attributaire par la décision de son propriétaire qui manifeste à un tiers une disposition bienveillante puisqu'il n'exige rien en retour. Définition satisfaisante en première approximation, mais partielle, puisqu'elle en reste aux apparences, sinon aux conve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/don/#i_94887

OCÉANIE - Ethnographie

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET, 
  • Jean-Paul LATOUCHE
  •  • 9 551 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le pouvoir politique et les échanges cérémoniels »  : […] L'organisation du pouvoir politique dans les sociétés mélanésiennes est un trait culturel tout à fait original qui connaît une extension quasi générale, à la seule exception des îles Fidji. En effet, le pouvoir n'est pas défini formellement, il n'est pas exprimé par des institutions particulières ; le pouvoir mélanésien s'exprime tout entier par le jeu des individus qui, à partir des relations soc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanie-ethnographie/#i_94887

POTLATCH

  • Écrit par 
  • Claude MEILLASSOUX
  •  • 2 927 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie du prêt à intérêt »  : […] La plus ancienne interprétation, remontant à 1897, est celle de Franz Boas qui fournit les premières observations ethnographiques du phénomène et d'abondants matériaux réunis surtout par l'intermédiaire de G. Hunt, un Indien Kwakiutl formé par Boas aux techniques ethnographiques de l'époque (Boas et Hunt, 1921). Boas, ayant constaté qu'afin de faire face aux obligations du potlatch l'organisateu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/potlatch/#i_94887

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles MALAMOUD, « DETTE, anthropologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dette-anthropologie/