DETTE, anthropologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Créanciers et débiteurs : le régime de la dette

De ces textes normatifs et narratifs, des commentaires et digestes qui n'ont pas cessé de développer, à l'époque médiévale, la matière des traités, des allusions qu'on peut trouver dans les œuvres littéraires et des enseignements que fournit l'épigraphie, il ressort que les règles particulières du régime de la dette ont évidemment varié au cours des siècles et suivant les régions : la tendance générale de l'évolution, avec le développement des transactions de tout ordre, du commerce maritime et caravanier, de l'économie monétaire, est que le créancier exige des taux d'intérêt de plus en plus élevés, mais surtout de plus en plus diversifiés suivant la nature du bien qui fait l'objet de la dette et le délai de remboursement. Des conditions toujours plus rigoureuses, et surtout plus précises sont formulées quant aux garanties que doit fournir l'emprunteur. Sont définies aussi les modalités de la transmission d'une dette, ou d'une créance, d'une génération à l'autre, et les peines encourues par le débiteur insolvable. Bien qu'on ne puisse donc parler d'un code unique de la dette qui serait valide pour toute l'histoire de l'Inde ancienne, quelques grands principes posés dans les premiers dharma-sūtra semblent informer de façon durable sinon la législation et la pratique effective, du moins l'idéologie. Tentons de les mettre en lumière, en portant notre attention sur des vocables essentiels.

1. Prêter à intérêt est un des sept moyens légitimes d'accroître ses biens, les six autres étant : hériter, trouver un trésor ou un objet précieux, acheter, gagner par conquête, recevoir le salaire d'un travail, accepter des dons de la part d'hommes vertueux. Bien entendu, ces sept moyens n'ont pas même dignité, et tous les hommes ne peuvent y recourir de la même manière. Si les trois premiers moyens sont accessibles aux membres de toutes les « classes » (varṇa) de la société brahmanique, le quatrième est réservé au varṇa des « guerriers » (kṣatriya), e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section)

Classification


Autres références

«  DETTE, anthropologie  » est également traité dans :

DERRIDA JACQUES (1930-2004)

  • Écrit par 
  • Catherine MALABOU
  •  • 3 353 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « L'éthique du don » »  : […] Il n'est pas possible de distinguer, dans l'œuvre de Derrida, ce que l'on appelle communément des « tournants » ni même une « évolution », chaque livre étant toujours un événement qui frappe par sa singularité. Il n'en demeure pas moins que les textes écrits à partir des années 1990 insistent de manière remarquable sur la question du don. Cette interrogation s'inscrit dans le droit-fil du travail […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-derrida/#i_94887

DON

  • Écrit par 
  • François POUILLON
  •  • 3 517 mots
  •  • 1 média

Donner est une opération des plus familières qui ne semble pas appeler de définition sociologique particulièrement précise : un bien change d'attributaire par la décision de son propriétaire qui manifeste à un tiers une disposition bienveillante puisqu'il n'exige rien en retour. Définition satisfaisante en première approximation, mais partielle, puisqu'elle en reste aux apparences, sinon aux conve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/don/#i_94887

OCÉANIE - Ethnographie

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET, 
  • Jean-Paul LATOUCHE
  •  • 9 551 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le pouvoir politique et les échanges cérémoniels »  : […] L'organisation du pouvoir politique dans les sociétés mélanésiennes est un trait culturel tout à fait original qui connaît une extension quasi générale, à la seule exception des îles Fidji. En effet, le pouvoir n'est pas défini formellement, il n'est pas exprimé par des institutions particulières ; le pouvoir mélanésien s'exprime tout entier par le jeu des individus qui, à partir des relations soc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanie-ethnographie/#i_94887

POTLATCH

  • Écrit par 
  • Claude MEILLASSOUX
  •  • 2 927 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie du prêt à intérêt »  : […] La plus ancienne interprétation, remontant à 1897, est celle de Franz Boas qui fournit les premières observations ethnographiques du phénomène et d'abondants matériaux réunis surtout par l'intermédiaire de G. Hunt, un Indien Kwakiutl formé par Boas aux techniques ethnographiques de l'époque (Boas et Hunt, 1921). Boas, ayant constaté qu'afin de faire face aux obligations du potlatch l'organisateu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/potlatch/#i_94887

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles MALAMOUD, « DETTE, anthropologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dette-anthropologie/