DETTE, anthropologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Créanciers et débiteurs : le régime de la dette

De ces textes normatifs et narratifs, des commentaires et digestes qui n'ont pas cessé de développer, à l'époque médiévale, la matière des traités, des allusions qu'on peut trouver dans les œuvres littéraires et des enseignements que fournit l'épigraphie, il ressort que les règles particulières du régime de la dette ont évidemment varié au cours des siècles et suivant les régions : la tendance générale de l'évolution, avec le développement des transactions de tout ordre, du commerce maritime et caravanier, de l'économie monétaire, est que le créancier exige des taux d'intérêt de plus en plus élevés, mais surtout de plus en plus diversifiés suivant la nature du bien qui fait l'objet de la dette et le délai de remboursement. Des conditions toujours plus rigoureuses, et surtout plus précises sont formulées quant aux garanties que doit fournir l'emprunteur. Sont définies aussi les modalités de la transmission d'une dette, ou d'une créance, d'une génération à l'autre, et les peines encourues par le débiteur insolvable. Bien qu'on ne puisse donc parler d'un code unique de la dette qui serait valide pour toute l'histoire de l'Inde ancienne, quelques grands principes posés dans les premiers dharma-sūtra semblent informer de façon durable sinon la législation et la pratique effective, du moins l'idéologie. Tentons de les mettre en lumière, en portant notre attention sur des vocables essentiels.

1. Prêter à intérêt est un des sept moyens légitimes d'accroître ses biens, les six autres étant : hériter, trouver un trésor ou un objet précieux, acheter, gagner par conquête, recevoir le salaire d'un travail, accepter des dons de la part d'hommes vertueux. Bien entendu, ces sept moyens n'ont pas même dignité, et tous les hommes ne peuvent y recourir de la même manière. Si les trois premiers moyens sont accessibles aux membres de toutes les « classes » (varṇa) de la société brahmanique, le quatrième est réservé au varṇa des « guerriers » (kṣatriya), et le septième aux brahmanes. Le prêt à intérêt est une activité normale pour le varṇa des vaiśya, commerçants, agriculteurs, mais n'est permis aux brahmanes et aux kṣatriya qu'en période de détresse, comme, du reste, le travail manuel. La transgression commise par le brahmane prêteur est pardonnable (c'est-à-dire qu'elle n'entraîne pas perte de prestige, ni, a fortiori, exclusion de la caste) si l'intérêt qu'il perçoit est faible, s'il agit « en vue du dharma », pour avoir les moyens d'accomplir ses tâches religieuses, si l'emprunteur est de bas statut... Bref, le champ est ouvert à la casuistique, comme toujours lorsqu'il est question d'āpad-dharma, « conduite à tenir en période de détresse ».

2. Les intérêts ne peuvent excéder le principal. C'est la règle dite du dvaiguṇya, « doublement » (terme dont l'équivalent, dans les langues indo-aryennes modernes, est dāmdupat). L'action fécondante du temps s'arrête lorsque les intérêts sont devenus aussi importants que le capital. Cette règle a toujours été considérée comme une sorte de référence utopique. Elle n'est effectivement présente, dans les textes les plus anciens, qui sont aussi les plus favorables au débiteur, que pour les prêts d'argent. Dans la mesure où elle est respectée, elle a pour effet de ne laisser place qu'à des prêts à très court terme. Dès qu'ils s'écartent de cette norme idéale, les textes prescrivent des taux qui varient, comme on l'a vu, en fonction de la nature des biens en cause, mais aussi du varṇa des partenaires. Comme toutes les transactions, comme toutes les relations de la vie sociale, la dette est l'occasion, dans les textes de dharma, de réaffirmer la hiérarchie des varṇa. Ainsi Manu, VIII, 142 : « Prendre deux, trois, quatre et cinq pour cent d'intérêt par mois, pas davantage, selon l'ordre des varṇa. » Les textes s'accordent à proscrire ou tout au moins à blâmer la cakra-vr̥ddhi, « intérêt en forme de roue », c'est-à-dire les intérêts composés.

Comme on peut s'y attendre, la poésie précieuse et savante joue volontiers avec les termes et les notions qui ont trait à la dette. Voici par exemple, tirée du Naiṣadhacarita de Śrīharṣa, cette strophe qui compare, très classiquement, les beaux yeux de l'héroïne à ceux des gazelles : « Avaient-elles donc emprunté à Damayantī la beauté de ses deux yeux ? Sans doute, car maintenant qu'elle a forcé ces c [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section)

Classification

Autres références

«  DETTE, anthropologie  » est également traité dans :

DERRIDA JACQUES (1930-2004)

  • Écrit par 
  • Catherine MALABOU
  •  • 3 354 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « L'éthique du don » »  : […] Il n'est pas possible de distinguer, dans l'œuvre de Derrida, ce que l'on appelle communément des « tournants » ni même une « évolution », chaque livre étant toujours un événement qui frappe par sa singularité. Il n'en demeure pas moins que les textes écrits à partir des années 1990 insistent de manière remarquable sur la question du don. Cette interrogation s'inscrit dans le droit-fil du travail […] Lire la suite

DON

  • Écrit par 
  • François POUILLON
  •  • 3 517 mots
  •  • 1 média

Donner est une opération des plus familières qui ne semble pas appeler de définition sociologique particulièrement précise : un bien change d'attributaire par la décision de son propriétaire qui manifeste à un tiers une disposition bienveillante puisqu'il n'exige rien en retour. Définition satisfaisante en première approximation, mais partielle, puisqu'elle en reste aux apparences, sinon aux conve […] Lire la suite

OCÉANIE - Ethnographie

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET, 
  • Jean-Paul LATOUCHE
  •  • 9 551 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le pouvoir politique et les échanges cérémoniels »  : […] L'organisation du pouvoir politique dans les sociétés mélanésiennes est un trait culturel tout à fait original qui connaît une extension quasi générale, à la seule exception des îles Fidji. En effet, le pouvoir n'est pas défini formellement, il n'est pas exprimé par des institutions particulières ; le pouvoir mélanésien s'exprime tout entier par le jeu des individus qui, à partir des relations soc […] Lire la suite

POTLATCH

  • Écrit par 
  • Claude MEILLASSOUX
  •  • 2 928 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie du prêt à intérêt »  : […] La plus ancienne interprétation, remontant à 1897, est celle de Franz Boas qui fournit les premières observations ethnographiques du phénomène et d'abondants matériaux réunis surtout par l'intermédiaire de G. Hunt, un Indien Kwakiutl formé par Boas aux techniques ethnographiques de l'époque (Boas et Hunt, 1921). Boas, ayant constaté qu'afin de faire face aux obligations du potlatch l'organisateu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles MALAMOUD, « DETTE, anthropologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dette-anthropologie/