Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DELHI

Inde : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Inde : carte administrative

Métropole de plus de 16 millions d'habitants (lors du recensement de 2011), capitale de l'Union indienne, Delhi possède tous les attributs du pouvoir politique. Elle est le cœur décisionnel d'un immense État fédéral rassemblant plus d'un milliard de personnes. Delhi est également une puissante place économique et un pôle culturel dynamique. Cette cité tertiaire émerge depuis le début des années 1990 comme un grand centre industriel grâce à l'intégration dans son aire métropolitaine de villes satellites, agglomérations historiques ou villes nouvelles, dans lesquelles s'implantent de nombreuses activités de production et de services.

L'histoire de Delhi se confond avec le pouvoir politique

La capitale actuelle de l'Inde est construite sur les emplacements de cités plus anciennes. Au-delà des mythes, son origine semble remonter au ier siècle avant notre ère. De somptueux vestiges laissés par les cités précédentes, intégrés dans la vaste agglomération d'aujourd'hui, constituent un des attraits touristiques de la ville. Des fouilles témoignent d'ailleurs de la présence d'un peuplement très ancien sur les rives de la Yamuna, permettant de faire remonter l'origine de Delhi aux temps mythiques du Mahabaratha. Il faut toutefois attendre le viiie siècle après J.-C., pour voir en ce lieu la fondation d'une grande ville par un souverain hindou, membre d'un des clans rajput qui rivalisent alors pour le pouvoir dans la plaine indo-gangétique, déjà riche par son agriculture et ses routes commerciales. Contrôlée par les Turcs vers la fin du xiie siècle, elle devient une des places principales du sultanat de Delhi, créé en 1206, et connaîtra pendant trois siècles des fortunes diverses, jusqu'en 1526, où le sultanat s'effondre et où elle passe sous le contrôle des Moghols. Ceux-ci vont bâtir un puissant empire musulman dont Delhi sera la capitale de 1530 à 1564, puis de 1648 à 1857. À partir de 1803, ce sont toutefois les Britanniques qui contrôlent la ville. Les colons ne perdront ce contrôle que durant une brève période (1857-1858) pendant laquelle des troubles interviennent dans l'Inde coloniale, qui scellent la chute de l'Empire moghol agonisant sous les diktats du pouvoir colonial. En 1911, désireux d'affirmer leur présence au cœur du sous-continent, les Britanniques, qui gouvernaient jusqu'alors l'Inde à partir du port de Calcutta, restaurent Delhi dans son rôle de capitale. Inaugurée en 1931 d'après les plans de l'architecte anglais Edwin Lutyens, New Delhi est créée au sud de la vieille ville afin d'abriter l'administration du vice-roi, représentant la couronne britannique. La croissance de l'agglomération est rapide au début du xxe siècle puisque Delhi qui n'avait que 238 000 d'habitants en 1900 rassemble 742 000 habitants en 1940, quelques années avant l'Indépendance.

En 1947, les dirigeants du parti du Congrès, fondateurs de l'Inde indépendante, conservent à la ville son statut de capitale alors que l'Empire se divise en deux États immédiatement rivaux, l'Union indienne et le Pakistan. Cette partition des Indes britanniques joue un rôle essentiel dans la dynamique urbaine. Delhi grossit brutalement sous l'afflux des réfugiés venus du Pakistan. Sa population passe à 1 429 000 habitants en 1950. L'immigration ne cesse pas au cours des décennies suivantes. S'ils viennent surtout des États du nord-ouest du pays (Pendjab, Haryana et Uttar Pradesh), les migrants affluent aussi de l'Inde entière, notamment en raison de l'importance des institutions publiques et des établissements d'enseignement supérieur. Enfin, la présence des ambassades et autres représentations étrangères fait de Delhi une cité internationale. S'étirant sans cesse le long des réseaux de communication,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Philippe CADÈNE. DELHI [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 27/04/2021

Médias

Inde : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Inde : carte administrative

Dômes de la mosquée Jama Masjid, Delhi - crédits : Tristan Savatier/ Moment Open/ Getty Images

Dômes de la mosquée Jama Masjid, Delhi

Autres références

  • ART COLONIAL

    • Écrit par et
    • 8 370 mots
    • 2 médias
    ...1947, lord Mountbatten, dernier vice-roi des Indes, déclare l'indépendance de l'Inde et du Pakistan, si bien que l'ambition de faire de New Delhi un écrin pour le joyau de la couronne britannique n'aura été que de courte durée. Officiellement inaugurée en février 1931 en tant que capitale...
  • INDE (Le territoire et les hommes) - Géographie

    • Écrit par , et
    • 16 437 mots
    • 10 médias
    ...ne se limite donc pas à reproduire les divisions anciennes du territoire. Le phénomène le plus remarquable est certainement la montée en puissance de Delhi et de sa région, dès les années 1960, montée qui s'accentue très fortement à partir du milieu de la décennie 1980. La ville tire profit, en effet,...
  • SHĀH JAHĀN (1592-1666) grand moghol de l'Inde (1592-1658)

    • Écrit par
    • 575 mots

    Empereur moghol de l’Inde (1628-1658), né le 5 janvier 1592 à Lahore, mort le 22 janvier 1666 à Agra.

    Le prince Khurram est le troisième fils de l’empereur moghol Jahangir et de la princesse rajput Manmati. Il épouse en 1612 Arjumand Banu Begam, plus connue sous le surnom de Mumtaz Mahal....

  • URDŪ ou OURDOU LANGUE & LITTÉRATURE

    • Écrit par
    • 2 713 mots
    ...de la constitution de pouvoirs régionaux. Cet empire affaibli fut en outre confronté aux ravages causés par les armées afghanes de Nādir Šāh, qui mit Delhi à feu et à sang en 1739, puis d'Aḥmad Šāh Durrānī, qui ravagea la cité en 1757. Delhi perdit ainsi la stabilité qui lui avait permis de devenir le...