VICE-ROI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le vice-roi (virrey) succède, au xvie siècle, au personnage encombrant qu'était le conquistador ; les velléités d'indépendance de ces grands aventuriers, les revendications de leurs fils, les guerres civiles du Pérou, le complot des fils de conquérants pour proclamer l'indépendance du Mexique, tout cela rendit nécessaire la création de la vice-royauté. Cette fonction devait permettre le contrôle des nouvelles et immenses possessions américaines.

Le vice-roi, représentant du roi d'Espagne, exerce des pouvoirs administratifs, judiciaires, économiques et militaires, pour assurer l'ordre et la défense des Indes de Castille. Omnipotent en théorie, il est étroitement surveillé par Madrid et limité par les pouvoirs locaux de ses administrés. Fonctionnaire, il est dépendant du pouvoir qui le nomme. Cette dépendance est une garantie contre les ambitieux. Le vice-roi est toujours étranger à la province qu'il gouverne et il est fréquemment muté ; on évite ainsi qu'il ne s'enracine et n'en vienne à défendre les intérêts locaux contre ceux de la Couronne. Contrôlé par les assemblées locales, par l'audiencia en particulier, il est soumis à la visite d'agents royaux et, avant d'abandonner son poste, il doit rester sur place en attendant les résultats d'un examen judiciaire, enquête approfondie sur la gestion de son vice-royaume.

De toute manière, son autorité s'exerce sur des territoires trop vastes et il doit la déléguer à des gouverneurs et à des corregidores jusqu'au milieu du xviiie siècle, à des intendants ensuite. Jusqu'au début du xviiie siècle, il n'y avait que deux vice-rois, un à Mexico depuis 1535 (royaume de Nouvelle-Espagne), un autre à Lima (royaume du Pérou) depuis 1543. Entre 1717 et 1739 furent créées la vice-royauté de Terre-Ferme et celle de Nouvelle-Grenade, en 1776 celle du Río de la Plata. Espagnols d'Espagne dans une majorité écrasante, les vice-rois parcouraient tout l'empire au cours de leur carrière, débutant, par exemple, aux Philippines, passant par Lima et Mexico pour finir leur carrière à Naples. Mis à la retraite, ils rejoignaient le Conseil des Indes.

—  Jean MEYER

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Rennes

Classification

Les derniers événements

14-15 juillet 2022 Belgique. Démission de la ministre des Affaires étrangères Sophie Wilmès.

Le 14, Sophie Wilmès remet au roi Philippe sa démission de ses fonctions de vice-Première ministre, ministre des Affaires étrangères, des Affaires européennes et du Commerce extérieur, et des Institutions culturelles fédérales. En avril, l’ancienne Première ministre s’était mise en congé pour se consacrer à son époux atteint d’une maladie grave. Le 15, le président du Mouvement réformateur (MR), Georges-Louis Bouchez annonce le remplacement de Sophie Wilmès par la journaliste Hadja Lahbib dans ses fonctions de ministre et par David Clarinval dans celles de vice-Premier ministre, en plus des fonctions de ministre des Classes moyennes, des Indépendants, des PME et de l’Agriculture, des Réformes institutionnelles et du Renouveau démocratique que celui-ci occupe depuis octobre 2020. […] Lire la suite

21-7 janvier 2022 Honduras. Crise politique lors de l'entrée en fonction de la présidente Xiomara Castro.

Le 27, Xiomara Castro prête serment devant Luis Redondo, en présence, notamment, de la vice-présidente américaine Kamala Harris et du roi d’Espagne Felipe VI. Le 7 février, Xiomara Castro conclut un accord avec les dissidents, qu’elle accepte de réintégrer dans le parti Libre en échange de la reconnaissance par ceux-ci de la légitimité de Luis Redondo. […] Lire la suite

6 mars 2020 Arabie Saoudite. Purge au sein de la dynastie royale.

Parmi eux figurent Mohammed ben Nayef, ancien vice-Premier ministre et ancien prince héritier du roi Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, ainsi qu’Ahmed ben Abdelaziz al-Saoud, frère du souverain. En novembre 2017, Mohammed ben Salman avait fait arrêter quelque deux cents personnalités accusées de corruption, qui avaient été libérées en échange du paiement de lourdes amendes et de leur renoncement à tout rôle public. […] Lire la suite

24 février - 1er mars 2020 Malaisie. Démission du Premier ministre Mahathir Mohamad.

Le 1er mars, à la suite de l’incapacité de Mahathir Mohamad et d’Anwar Ibrahim de former un gouvernement, le roi Abdullah Shah nomme Premier ministre l’ancien ministre de l’Intérieur Muhyiddin Yassin.  […] Lire la suite

14-19 février 2020 Belgique. Fin de la mission de Koen Geens.

Le 14, le vice-Premier ministre Koen Geens (Chrétiens-démocrates et flamands, CD&V) demande au roi Philippe d’être déchargé de sa mission visant à mettre en place un gouvernement, qui lui avait été confiée fin janvier. Il estime que le refus du Parti socialiste de former une coalition avec l’Alliance néoflamande (N-VA) rend inutile la poursuite des discussions. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean MEYER, « VICE-ROI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vice-roi/