DÉCROISSANCE

En ces temps de crises mondiales, l'apparition ou la réapparition de certains mots dans le débat public prend valeur de symbole. Au côté de nationalisation, de relocalisation, de démondialisation, ou encore de protectionnisme et d'oligarchie, le terme décroissance fait partie de ces mots « nouveaux », imprononçables et inaudibles – sinon impensables – il y a quelques années. Mais le temps n'est plus où les dogmes de la finance régnaient sans partage sur le débat économique. Qu'une idée aussi peu orthodoxe que celle de décroissance sorte du cadre confidentiel où elle était confinée signifie qu'une fraction croissante de citoyens ne croit plus au modèle économique dominant dans nos sociétés. Certes la messe continue, mais les articles de foi sont désormais questionnés avec de plus en plus d'insistance.

On fait souvent remonter l'idée de décroissance à un fameux rapport de chercheurs du M.I.T. commandité par le Club de Rome en 1971, intitulé The Limits to Growth. Ce n'est pas tout à fait exact, ce rapport ayant été précédé de plusieurs travaux analogues qui mettent directement ou indirectement en cause la croissance. On peut notamment citer deux essais publiés en 1948, Road to Survival de William Vogt et Our Plundered Planet de Fairfield Osborn, et bien sûr The Population Bomb d'Ann et Paul Ehrlich, paru vingt ans plus tard. Mais le rapport Meadows (du nom de deux de ses quatre auteurs) est un bon repère, car, dans sa forme, il a provoqué de nombreuses réactions, qui posaient bien déjà les termes du débat, dans le contexte de la première crise du pétrole et de l'apparition timide des préoccupations écologiques.

Les thèses en présence

Le rapport Meadows est pour l'essentiel constitué d'une compilation de données mondiales sur les ressources naturelles, la population, les pollutions, la qualité de vie et l'investissement en capital, des variables qui sont pour la première fois mises en relation par simulation informatique. En faisant varier les hypothèses, différents ave [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉCROISSANCE  » est également traité dans :

DÉCROISSANCE (CRITIQUE DE LA)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie HARRIBEY
  •  • 5 099 mots
  •  • 7 médias

Une crise écologique majeure est aujourd'hui avérée : pollutions, épuisement des ressources, réchauffement du climat, les menaces sont globales mais visent en premier lieu les populations les plus pauvres. La simultanéité de cette crise écologique avec une crise sociale renforce le caractère inédit de la situation : chômage, précarisation de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decroissance-critique-de-la/#i_51144

DÉVELOPPEMENT DURABLE

  • Écrit par 
  • Dominique BOURG
  •  • 1 886 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Développement durable et biosphère »  : […] La réponse au second des deux déséquilibres, celui qui menace la biosphère, n'est pas la décroissance en général, comme on l'entend parfois. Cette dernière n'a pas plus de sens que l'impératif de la croissance tous azimuts. En effet, la décroissance économique interdirait la réduction de la pauvreté et n'est guère compatible […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-durable/#i_51144

Voir aussi

Pour citer l’article

Fabrice FLIPO, « DÉCROISSANCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/decroissance/