DÉCROISSANCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les risques de la décroissance

Sur la forme, se réclamer de la décroissance entraîne le risque que le mot soit tellement choquant que les oreilles du destinataire se ferment, au lieu de s'ouvrir. On l'a dit, la décroissance induit de la radicalité dans le questionnement et dans les revendications, c'est sa vertu ; mais c'est aussi son défaut, car c'est à ce titre qu'elle peut être écartée. Se revendiquer de l'objection de croissance devient alors synonyme d'utopisme, d'irréalisme – ce qui permet d'écarter la problématique au profit de questions réputées « plus sérieuses », telles que la « croissance verte » et ses différentes déclinaisons (bio-carburant, éolien, recyclage des déchets, écoresponsabilité, etc.).

Sur la forme, toujours, la capacité du terme à provoquer des débats est un avantage mais aussi une limite. Dans un monde d'experts où l'unanimité est désormais de mise autour de l'objectif de développement durable, la décroissance met le doigt là où ça fait mal, pose des questions que nul autre concept ne parvient à poser. Mais ce « mot-obus », comme le qualifie Paul Ariès, l'un des théoriciens du domaine, peine à faire consensus quant à son contenu positif. De nombreuses mouvances revendiquent le terme, pour des raisons différentes, avec des acceptions différentes. Rien n'indique qu'elles puissent facilement s'entendre et s'unifier.

Sur le fond, entrer dans la problématique de la décroissance, voire se réclamer objecteur de croissance présente plusieurs difficultés, plusieurs risques, dont aucun toutefois n'est spécifique à la thématique. Un des risques est que la critique du capitalisme et de la modernité qui sous-tend l'objection de croissance, qui est largement ancrée à gauche, ne soit récupérée par des tendances politiques situées à l'opposé. Ce risque semble faible, le cas d'Alain de Benoist, auteur d'un Demain la décroissance paru en 2007, est isolé. La droite est ancrée dans le productivisme, quand elle est libérale, et si tel n'est pas le cas, dans le respect de l'autorité et des institutions – afin qu'elles soi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉCROISSANCE  » est également traité dans :

DÉCROISSANCE (CRITIQUE DE LA)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie HARRIBEY
  •  • 5 097 mots
  •  • 7 médias

Une crise écologique majeure est aujourd'hui avérée : pollutions, épuisement des ressources, réchauffement du climat, les menaces sont globales mais visent en premier lieu les populations les plus pauvres. La simultanéité de cette crise écologique avec une crise sociale renforce le caractère inédit de la situation : chômage, précarisation de la force de travail, mise en concurrence des systèmes so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decroissance-critique-de-la/#i_51144

DÉVELOPPEMENT DURABLE

  • Écrit par 
  • Dominique BOURG
  •  • 1 886 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Développement durable et biosphère »  : […] La réponse au second des deux déséquilibres, celui qui menace la biosphère, n'est pas la décroissance en général, comme on l'entend parfois. Cette dernière n'a pas plus de sens que l'impératif de la croissance tous azimuts. En effet, la décroissance économique interdirait la réduction de la pauvreté et n'est guère compatible avec les systèmes démocratiques. Il convient, en revanche, de disjoindre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-durable/#i_51144

Pour citer l’article

Fabrice FLIPO, « DÉCROISSANCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/decroissance/