DÉCROISSANCE (CRITIQUE DE LA)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une crise écologique majeure est aujourd'hui avérée : pollutions, épuisement des ressources, réchauffement du climat, les menaces sont globales mais visent en premier lieu les populations les plus pauvres. La simultanéité de cette crise écologique avec une crise sociale renforce le caractère inédit de la situation : chômage, précarisation de la force de travail, mise en concurrence des systèmes sociaux par la libéralisation des services publics et de la protection sociale et difficulté à faire face à la crise écologique semblent bien résulter du nouveau régime d'accumulation à dominante financière qu'impulse le capitalisme mondialisé.

Ainsi, la croissance économique infinie est-elle tout d'abord mise en cause pour son productivisme dévastateur, mais, au-delà, les promesses du développement dont pourraient profiter tous les êtres humains n'ayant pas été tenues, elle en vient à son tour à être mise en question. Se saisissant de la problématique de la conciliation entre les objectifs de développement et ceux de préservation de l'environnement, l'O.N.U. a fait adopter par tous les États l'objectif de « développement durable » (ou sustainable development) défini en 1987 par la Commission mondiale sur l'environnement et le développement, dans le rapport Brundtland. Équité intra-générationnelle et équité inter-générationnelle sont au cœur de cette définition : « répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ».

Cependant la notion de « soutenabilité » se prête à deux interprétations diamétralement opposées. L'une, dite faible, postule la substituabilité continue entre les facteurs de production, qui sera permise par le progrès technique, à condition que l'on internalise les effets externes, soit par le biais d'une tarification, soit par celui de l'instauration de droits de propriété sur les biens naturels pour en permettre ensuite l'échange libre sur un marché ad hoc. La maximisation de la satisfaction de toutes les générations peut alors être identifiée à une croissance perpétuelle de la consommation par tête. L'autre conception, dite forte, suppose la complémentarité des facteurs, renonce à l'hypothèse de rationalité d'individus isolés et autonomes et envisage une régulation politique à la place de celle du marché. La première conception étant largement dominante, aussi bien parmi les économistes de l'environnement que parmi les décideurs politiques et économiques, le développement durable est récusé par ceux qui pensent qu'il ne sert que de paravent à la poursuite d'une croissance économique sans fin, d'autant que le rapport Brundtland la déclare nécessaire.

Cela explique l'émergence ou la réémergence de critiques du développement allant bien au-delà de la vision du développement durable, devenue au fil des ans largement consensuelle. Parmi elles, figure la décroissance, qui au sens strict signifie la baisse de la production, alliée le plus souvent au refus du développement. D'où vient cette thèse qui a renouvelé une problématique ancienne, que propose-t-elle et quelles en sont les limites ?

Les trois sources de la décroissance

L'économie politique pessimiste sur l'avenir du capitalisme

Dès sa naissance, l'économie politique avait attiré l'attention sur le risque d'« état stationnaire » qui guettait le capitalisme. En particulier, Ricardo pronostiquait que, en raison de la diminution des rendements agricoles consécutive à la mise en culture de terres de moins en moins fertiles pour répondre aux besoins d'une population croissante, les rentes versées aux propriétaires fonciers augmenteraient, les prix agricoles et les salaires ouvriers également, et les profits capitalistes seraient finalement entraînés à la baisse : les capacités d'investissement se raréfiant, le capitalisme était condamné à l'état stationnaire.

David Ricardo

Photographie : David Ricardo

David Ricardo (1772-1823). Économiste anglais, éminent représentant de l'école classique, auteur des Principes de l'économie politique et de l'impôt (1817). Son adhésion au principe de population de Robert Malthus et son analyse du salaire naturel (salaire de subsistance des travailleurs)... 

Crédits : AKG

Afficher

Malthus aboutit à une conclusion identique, en partie pour la même raison que Ricardo, mais, loin de représenter une menace, la limite qu'engendre la hausse de la rente est salutaire car un frein est mis à la tendance à la croissance démographique exponentielle. De plus, selon lui, l'insuffisance de la demande de consom [...]

Thomas Malthus

Photographie : Thomas Malthus

Après avoir publié, en 1798, son Essai sur le principe de population, le pasteur anglican allait bientôt faire place au professeur d'économie politique qui devait donner son nom à une doctrine des plus célèbres, et des plus controversées aussi, le malthusianisme. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

David Ricardo

David Ricardo
Crédits : AKG

photographie

Thomas Malthus

Thomas Malthus
Crédits : Hulton Getty

photographie

John Stuart Mill

John Stuart Mill
Crédits : London Stereoscopic Company/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Karl Marx

Karl Marx
Crédits : Courtesy of the trustees of the British Museum

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences d'économie à l'université de Bordeaux-VI, président de l'association Attac France

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

3-15 juillet 2020 France. Démission du gouvernement d'Édouard Philippe et nomination de Jean Castex.

Au sujet de l’écologie, il affirme croire « en la croissance écologique, pas à la décroissance verte ». Il confirme l’importance du plan de relance de « plus de 100 milliards » d’euros annoncé par le président Emmanuel Macron la veille, dont la « priorité absolue » sera la lutte contre le chômage, notamment celui des jeunes. Jean Castex obtient la confiance de l’Assemblée, avec 345 voix pour, 177 contre et 43 absentions. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marie HARRIBEY, « DÉCROISSANCE (CRITIQUE DE LA) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/decroissance-critique-de-la/