ÉCOLOGISTE MOUVEMENT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’écologie politique est née au début des années 1970. Dans de nombreux pays, cette idéologie est restée marginale – notamment dans les pays qui rencontrent le plus de difficultés de « développement » – mais, progressivement, dans d’autres zones (pays développés dits « du Nord »), son influence s’est accrue. Au début du xxie siècle, l’universalisation du modèle productiviste libéral entraîne de profondes modifications économiques et politiques, le « new public management » devient la norme de régulation entre les secteurs publics et privés, et plusieurs secteurs connaissent de profondes mutations : les communications, les biotechnologies (manipulations génétiques ou nanotechnologies) et les échanges internationaux (circulation des matières premières, des produits manufacturés, des services, des personnes…). Dans ce contexte, la situation environnementale internationale continue de se dégrader. Les rapports scientifiques internationaux, notamment ceux du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), de l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN), confirment l’accentuation du dérèglement climatique, l’effondrement de la biodiversité et l’artificialisation des sols, dans un contexte de crises sociales et géopolitiques : pressions démographiques, montées des inégalités, accélération des mouvements migratoires (dus aux guerres, à la pauvreté, au changement climatique…), pressions des systèmes techniques (nucléaire, chimique…), émergence de nouvelles maladies…

Dès l’origine, les partis écologistes ont interrogé et remis en cause la dynamique qui conduit à ces situations écologiques et sociales dégradées, tout en énonçant une interrogation fondamentale : comment concilier une perspective de croissance économique continue dans un monde aux ressources limitées ? Hypothétique lors de son énonciation originelle, confirmée depuis par les faits, la question est désormais confrontée à l’accentuation des contraintes sociales et écologiques qu’elle anticipait.

Face à ces changements, qui ont provoqué et provoquent encore des perturbations majeures dans la vie des personnes et des peuples, les mouvements politiques classiques ne pouvaient apporter de réponses suffisantes. Conservateurs, libéraux, sociaux-démocrates, communistes, réformistes ou révolutionnaires restaient, depuis plus d'un siècle, rivés à des antagonismes classiques : dominants/dominés, possédants/exploités, libéralisme/dirigisme, capitalisme/socialisme, droite/gauche… Désormais, à l'échelle internationale, des partis écologistes élaborent des réponses politiques inédites, articulées autour d'une critique radicale du modèle productiviste – l’accumulation individuelle par la productivité, l’innovation et la croissance continue, destinée à apporter une amélioration du bien-être. Les programmes des mouvements écologistes restent cependant en grande partie façonnés par les contextes nationaux. En conséquence, ils hiérarchisent différemment les questions sociales (croissance des inégalités, urbanisation, guerre…) et les questions environnementales (pollutions, dérèglement climatique, atteintes à la biodiversité, besoins énergétiques…) – hésitant même parfois sur la question nucléaire. La diversité de leurs priorités s'explique aussi par les conditions politiques des pays concernés : la qualité du système représentatif (plus ou moins grande ouverture de l’espace électoral et institutionnel), la qualité du dialogue instauré avec les autres formations politiques (coalitions gouvernementales…), la prise de conscience des populations concernées (modifications des comportements par exemple)…

Au-delà de ces différences entre pays, l'écologie politique est cependant porteuse d’une proposition idéologique originale et inédite. Elle met l’accent sur la question des conséquences (sur l’irréversibilité des situations écologiques) et insiste sur la relation de l’homme avec le non-humain (la biosphère, les animaux, les ressources…). Pour autant, sa réponse est protéiforme, dans la mesure où le corpus idéologique de l'écologie reste encore à stabiliser.

On verra qu’il en va ainsi de l'écologie politique français [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Médias de l’article

Portrait d'Elisée Reclus

Portrait d'Elisée Reclus
Crédits : Nicku/ Shutterstock

photographie

Henry David Thoreau

Henry David Thoreau
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Sabotage du Rainbow Warrior

Sabotage du Rainbow Warrior
Crédits : Sydney Freelance/ Liaison/ 3rd Party - Agents/ Getty Images

photographie

Eva Joly

Eva Joly
Crédits : Frank Perry/ AFP

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de science politique, AgroParis Tech, membre du laboratoire Printemps (professions, institutions, temporalités)

Classification

Autres références

«  ÉCOLOGISTE MOUVEMENT  » est également traité dans :

ÉCOLOGISTE MOUVEMENT

  • Écrit par 
  • Yves FRÉMION, 
  • Bruno VILLALBA
  •  • 10 798 mots
  •  • 3 médias

De la situation marginale qu'ils connaissaient dans les années 1970 à la présence médiatique et politique, y compris au sein de plusieurs gouvernements, qui est la leur au début du xxie siècle, les militants de l'écologie politique ont effectué une percée laborieuse mais inégale sur tous les continents. Cette p […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

  • Écrit par 
  • Alfred GROSSER, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 16 229 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La contestation »  : […] En dehors de la presse et des forces patronales, syndicales et religieuses, la république fédérale d'Allemagne a vu s'affirmer, dès la fin des années soixante, la contestation des étudiants, dont une minorité choisit la violence comme forme d'expression politique pour condamner la dépendance allemande vis-à-vis des États-Unis d'Amérique engagés au Vietnam et rompre avec la société capitaliste. Ap […] Lire la suite

AUSTRALIE

  • Écrit par 
  • Benoît ANTHEAUME, 
  • Jean BOISSIÈRE, 
  • Bastien BOSA, 
  • Vanessa CASTEJON, 
  • Harold James FRITH, 
  • Yves FUCHS, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE, 
  • Xavier PONS
  •  • 27 374 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « L'environnement : perception locale et réalité mondiale »  : […] Le mode de vie et la faiblesse du peuplement aborigène ont toujours laissé une empreinte écologique faible sur un écosystème très fragile. L'arrivée des Européens, depuis plus de deux siècles, et d'un mode de production capitaliste qui fait appel à une énergie mécanique et nécessite un prélèvement et une transformation des ressources naturelles ont bouleversé la relation homme-nature originelle. D […] Lire la suite

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 064 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les années Kreisky, une Autriche heureuse ?  »  : […] La pratique du partenariat social et la politique de la neutralité active assurent à l'Autriche un sentiment de prospérité et de stabilité. En 1966, l'Ö.V.P. remporte les élections et instaure un « gouvernement monocolore », sous la direction du chancelier Josef Klaus. Exclu du pouvoir, le Parti social-démocrate porte, en février 1967, Bruno Kreisky à sa présidence. Ce dernier s'attache alors à […] Lire la suite

BULGARIE

  • Écrit par 
  • Roger BERNARD, 
  • André BLANC, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Nadia CHRISTOPHOROV, 
  • Jack FEUILLET, 
  • Vladimir KOSTOV, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Robert PHILIPPOT
  •  • 26 979 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La lente érosion du communisme »  : […] De tous les pays de l'Est, la Bulgarie aura été le seul à ne pas connaître de dissidence massive et active. Pas de schisme nationaliste comme en Yougoslavie, en Albanie et en Roumanie, pas de révolte ouvrière comme à Berlin ou en Pologne et pas de Printemps de Prague. À cela, il y a deux raisons : d'une part, depuis l'indépendance de 1878, les Bulgares sont particulièrement russophiles, quel que s […] Lire la suite

COHN-BENDIT DANIEL (1945- )

  • Écrit par 
  • Michel SOUDAIS
  •  • 1 165 mots

Ancien leader de la révolte étudiante de Mai-68 à Paris, Daniel Cohn-Bendit a fait son retour sur la scène politique française en conduisant la liste des Verts aux élections européennes de juin 1999. Ardent défenseur de l'Europe fédérale et de l'euro, plus réformiste que révolutionnaire, encore libertaire mais aussi libéral, « Dany le Vert » aurait bien fait oublier « Dany le Rouge », n'était un f […] Lire la suite

DÉCROISSANCE

  • Écrit par 
  • Fabrice FLIPO
  •  • 5 443 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sources théoriques de la décroissance »  : […] À rebours de la thèse dominante, les « objecteurs de croissance », qui goûtent peu d'être qualifiés de « décroissants », s'accordent sur le fait que la crise écologique et sociale actuelle ne peut pas trouver sa solution dans un surcroît de croissance économique. À partir de là, on peut repérer cinq grandes sources idéologiques à l'origine de ce diagnostic. La première est la source écologiste. L […] Lire la suite

DÉCROISSANCE (CRITIQUE DE LA)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie HARRIBEY
  •  • 5 100 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La décroissance au fondement de l'écologie politique »  : […] Les théories actuelles de la décroissance trouvent également leur source chez quelques ancêtres de l'écologie politique et, pour une part, sont plus ou moins influencées par le courant de l'« écologie profonde » ( deep ecology ). Sur le plan philosophique, l'auteur majeur est sans conteste Hans Jonas, qui a théorisé en 1979 le « principe de responsabilité » à l'égard des générations futures. Refo […] Lire la suite

DUMONT RENÉ (1904-2001)

  • Écrit par 
  • Alain LIPIETZ
  •  • 791 mots

Agronome, grand connaisseur des paysanneries de la planète et l'un des fondateurs de l'écologie politique française, René Dumont a été le premier candidat écologiste à se présenter à l'élection présidentielle, en 1974. Son livre L'Afrique noire est mal partie (1962) l'avait fait connaître du grand public. Fils d'un professeur d'agriculture, René Dumont n'est pourtant pas devenu écologiste en un j […] Lire la suite

ÉCOLOGIE ET SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 7 806 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'écologie : science subversive ? »  : […] Dans son ouvrage sur l'histoire de l'écologie en Amérique, publié en 2005, Sharon E. Kingsland s'interroge sur l'écologie et son statut éventuel de science subversive. Elle évoque les implications sociétales des recherches sur les écosystèmes, qu'il s'agisse des orientations « énergie et société », portées notamment par les frères Odum ( Environnement, Power and Society , de Howard Odum paru en 19 […] Lire la suite

ENVIRONNEMENT - Droit de l'environnement

  • Écrit par 
  • Raphaël ROMI
  •  • 4 417 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Protection de la diversité biologique des espèces et des espaces  »  : […] Si le droit de l'environnement n'a jamais été un droit de la protection axé exclusivement sur la nature, son noyau dur porte sur la protection de la diversité biologique, c'est-à-dire sur la protection et la gestion d'espèces en danger et des espaces présentant un intérêt écologique. Le droit de l'environnement stricto sensu attache, dans l'immédiat, la plus grande importance aux espèces animales […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

11 avril 2021 Équateur. Élection à la présidence de Guillermo Lasso.

Le vote est obligatoire, mais 17,9 % des votants votent blanc ou nul, comme le préconisait Yaku Pérez, candidat du mouvement Pachakutik (indigéniste et écologiste). Arrivé en troisième position au premier tour, celui-ci dénonçait des fraudes. Guillermo Lasso ne dispose pas de majorité à l’Assemblée nationale. […] Lire la suite

7 février 2021 Équateur. Premier tour de l'élection présidentielle.

Avec 19,7 % des voix, l’ancien ministre et ancien banquier Guillermo Lasso, candidat d’une coalition dirigée par son parti CREO (Creando Oportunidades, centre droit), qui se présente pour la troisième fois à l’élection présidentielle, conquiert de justesse sa place au second tour devant l’avocat Yaku Pérez, candidat du mouvement Pachakutik (indigéniste et écologiste) qui recueille 19,4 % des suffrages. […] Lire la suite

7 février 2021 Liechtenstein. Élections législatives.

La Liste libre (écologiste) conserve ses 3 élus avec 12,9 % des voix. Le mouvement Les Indépendants (droite) n’est plus représenté. Les Démocrates pour le Liechtenstein, qui en sont issus, obtiennent 11,1 % des suffrages et 2 députés. Le taux de participation est de 78 %.  […] Lire la suite

2-30 juin 2020 Belgique. Mouvement de protestation contre le racisme

Le 17 également, l’eurodéputée écologiste allemande Pierrette Herzberger-Fofana, qui est noire, dépose une plainte auprès du parquet de Bruxelles, affirmant avoir été brutalisée par des policiers belges à la gare de Bruxelles, la veille. Le 18, la coprésidente d’Ecolo Rajae Maouane annonce son intention de déposer plainte à la suite des injures racistes diffusées récemment à son encontre sur les réseaux sociaux, au nom de « toutes les personnes qui vivent la même chose au quotidien ». […] Lire la suite

23 juillet 2019 France. Discours de Greta Thunberg au Palais-Bourbon.

Dans le cadre d’une tournée européenne, la jeune écologiste suédoise Greta Thunberg, qui est à l’initiative des grèves scolaires contre l’inaction des gouvernements en matière climatique, est invitée par le député non-inscrit Matthieu Orphelin, au nom du collectif transpartisan « Accélérons la transition écologique et solidaire », à prononcer un discours au Palais-Bourbon. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bruno VILLALBA, « ÉCOLOGISTE MOUVEMENT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-ecologiste/