DÉCROISSANCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sources théoriques de la décroissance

À rebours de la thèse dominante, les « objecteurs de croissance », qui goûtent peu d'être qualifiés de « décroissants », s'accordent sur le fait que la crise écologique et sociale actuelle ne peut pas trouver sa solution dans un surcroît de croissance économique. À partir de là, on peut repérer cinq grandes sources idéologiques à l'origine de ce diagnostic.

La première est la source écologiste. Les réseaux écologistes militants sont d'abord constitués d'associations dont le souci premier est la défense des écosystèmes et des espèces sauvages. Ils constatent que la croissance est l'argument qui est le plus fréquemment opposé à leurs revendications. Ils critiquent l'ignorance des économistes, qui ne connaissent pas ce dont ils justifient la destruction. La pensée écologiste se construit contre la « marchandisation » du vivant. Certaines versions égalitaristes de l'écologisme proposent de limiter l'espace écologique humain sur la base de la population mondiale et des capacités de charge des écosystèmes, ce qui aboutirait à des réductions de l'ordre de 70 à 80 p. 100 des consommations matérielles des zones les plus riches – une baisse incompatible avec la croissance économique. Les écologistes ne se prononcent pas tous pour autant pour la décroissance. Les raisons sont diverses : désintérêt pour les théories économiques au profit des luttes de terrain ; souci de ne pas prendre l'électorat à rebrousse-poil ou foi dans une « croissance verte ».

La seconde source est « bio-économique », elle s'inscrit notamment à la suite des travaux du mathématicien Nicholas Georgescu-Roegen. À l'inverse de Solow et de Nordhaus, il estime que les solutions techniques sont limitées, car le processus économique est soumis à la loi de l'entropie : les sources de « haute entropie », de matière et d'énergie organisées, tendent à décroître, sans se reconstituer. La Terre reçoit certes de l'énergie du soleil mais en quantité limitée. La perspective, à terme, est donc celle d'une d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉCROISSANCE  » est également traité dans :

DÉCROISSANCE (CRITIQUE DE LA)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie HARRIBEY
  •  • 5 097 mots
  •  • 7 médias

Une crise écologique majeure est aujourd'hui avérée : pollutions, épuisement des ressources, réchauffement du climat, les menaces sont globales mais visent en premier lieu les populations les plus pauvres. La simultanéité de cette crise écologique avec une crise sociale renforce le caractère inédit de la situation : chômage, précarisation de la force de travail, mise en concurrence des systèmes so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decroissance-critique-de-la/#i_51144

DÉVELOPPEMENT DURABLE

  • Écrit par 
  • Dominique BOURG
  •  • 1 886 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Développement durable et biosphère »  : […] La réponse au second des deux déséquilibres, celui qui menace la biosphère, n'est pas la décroissance en général, comme on l'entend parfois. Cette dernière n'a pas plus de sens que l'impératif de la croissance tous azimuts. En effet, la décroissance économique interdirait la réduction de la pauvreté et n'est guère compatible avec les systèmes démocratiques. Il convient, en revanche, de disjoindre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-durable/#i_51144

Voir aussi

Pour citer l’article

Fabrice FLIPO, « DÉCROISSANCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/decroissance/