HUME DAVID (1711-1776)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La critique de la causalité

Parmi les études que Hume a laissées sur les diverses relations, la plus célèbre est sa critique de la causalité. La causalité devait, à vrai dire, le préoccuper particulièrement, comme semblant, dès le départ, mettre en échec son empirisme. Car cette relation ne se borne pas à lier deux termes présents en notre expérience : elle amène la pensée à passer d'une cause donnée à un effet encore non donné, mais seulement attendu. Si je vois du feu, je suis convaincu, par exemple, avant même de m'être brûlé, que, si j'y mets la main, le feu causera une brûlure. Faut-il donc croire qu'en ceci l'esprit, par ses seules ressources, soit capable de dépasser l'impression ? Tout au contraire, Hume va rechercher l'impression particulière dont naît l'idée de causalité.

Qu'avons-nous dans l'esprit quand nous parlons de causalité ? Tout d'abord un rapport spatio-temporel de contiguïté et de succession immédiate. Même quand la cause et l'effet semblent lointains et séparés, nous supposons des chaînons qui les relient : la véritable cause est donc toujours tenue pour contiguë à l'effet. Mais contiguïté n'est pas causalité : souvent un fait en précède un autre sans que nous le tenions pour sa cause. L'idée de cause est celle d'une connexion nécessaire.

Selon le rationalisme classique, l'idée de connexion nécessaire est ramenée à celle d'un rapport logique entre deux termes : la cause contient la raison suffisante de l'effet. Hume montre au contraire que, le phénomène cause étant seul donné, il serait impossible d'en déduire a priori l'effet : de l'idée du refroidissement de l'eau, je ne tirerai jamais l'idée de sa solidité, de sa transformation en glace. En fait, c'est entre des phénomènes hétérogènes et intellectuellement séparables que nous affirmons le lien de causalité.

L'idée de cause viendrait-elle donc d'une impression objective ? Apercevrions-nous dans les choses une énergie se déployant, une force passant d'un terme à l'autre ? Il n'en est rien : jamais, dans l'objet, nous n'apercevons une telle force. Et cela est également vrai de la causalité volontaire : lorsque je veux lever mon bras, je constate ma volition, puis le fait que mon bras se lève, mais je ne saisis aucun pouvoir efficace qui, parti de ma volonté, soulèverait mon bras. À vrai dire, j'ignore tout à fait comment je puis mouvoir mes membres, et même changer le cours de mes pensées.

Notre croyance en la causalité ne peut donc être expliquée qu'à partir de la tendance que nous avons à passer d'un terme à l'autre. Cette tendance elle-même naît en nous de la répétition. L'expérience nous montre la constance de certaines successions, et l'habitude, qui est un principe de la nature humaine, nous détermine à attendre dans l'avenir les mêmes successions que dans le passé. Certes, la répétition des successions ne nous offre rien de nouveau sur le plan objectif, car chaque conjonction nouvelle ne diffère en rien de la précédente et ne nous révèle, entre ses termes, aucun lien jusque-là inaperçu. Mais la répétition fait naître en l'esprit une habitude, qui engendre à son tour notre attente du second terme lorsque le premier est donné.

Il est clair, en ceci, que la causalité trouve son fondement dans le sujet : sans un sujet, et un sujet ayant une nature, la répétition n'engendrerait rien. La nature humaine devient ainsi le principe d'explication dernière des relations qui semblaient d'abord objectives. Il est à peine besoin de remarquer que, par cette théorie, la philosophie abandonne la voie de la métaphysique, qui cherchait dans l'être la source de la causalité, et s'engage dans celle qui conduira au criticisme kantien.

Mais, chez Kant, le sujet qui fondera la causalité sera le sujet transcendantal. Chez Hume, c'est un sujet-nature. Non, cependant, qu'à ce niveau Hume aboutisse vraiment au scepticisme. Il remarque au contraire que sa critique ne peut ébranler notre croyance en la causalité. Car la critique ne dissout pas l'instinct : elle se contente de l'isoler, de faire évanouir l'apparence de raison qui l'entoure. L'intellectualisme une fois rejeté, un système complet de croyances peut être fondé sur le sentiment.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Institut (Académie des sciences morales et politiques)

Classification

Autres références

«  HUME DAVID (1711-1776)  » est également traité dans :

ENQUÊTE SUR L'ENTENDEMENT HUMAIN, David Hume - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 806 mots
  •  • 1 média

D'abord intitulée Essais philosophiques sur l'entendement humain, l'Enquête sur l'entendement humain (1748) se veut une reprise corrigée et rendue plus accessible de la première partie du volumineux Traité de la nature humaine paru en 1739-1740. « Newton du monde moral » (Kant), […] Lire la suite

ART (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 279 mots

Dans le chapitre « Plaisir et jugement esthétique »  : […] L’individu-artiste a précédé l’individu-spectateur, auquel la philosophie ne s’intéressera qu’à partir du xviii e  siècle. Il appartiendra à David Hume (1711-1776) de se pencher le premier sur la difficile question du goût . S’interrogeant sur les raisons qui nous amènent à juger belle une œuvre que d’autres jugeront médiocre, Hume est le premier à prendre à bras-le-corps la dimension subjective p […] Lire la suite

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 13 000 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le discrédit de l'analyse causale »  : […] La concurrence faite à l'idée de cause par le fonctionnalisme, par la méthode « compréhensive » ou par l'explication à partir des raisons, la répulsion de certains sociologues à accepter l'idée wébérienne d'une complémentarité entre « explication » et « compréhension », bien que guidées par la spécificité du social, sont sans doute liées au discrédit philosophique de la causalité qui a suivi le dé […] Lire la suite

CHANGE - Les théories du change

  • Écrit par 
  • Hélène RAYMOND-FEINGOLD
  •  • 9 061 mots

Dans le chapitre « Les premières approches réelles du taux de change »  : […] Les deux principales théories traditionnelles de la détermination du taux de change sont la parité des pouvoirs d'achats et l'approche du taux de change par la balance des paiements. Elles ont en commun, outre leur développement déjà ancien, de reposer sur une approche réelle du taux de change, dans laquelle le marché des biens et services joue un rôle essentiel. La théorie selon laquelle le taux […] Lire la suite

COMMERCE INTERNATIONAL - Avantages comparatifs

  • Écrit par 
  • Matthieu CROZET
  •  • 5 799 mots

Dans le chapitre «  Le principe  »  : […] En s'appuyant sur l'analyse de David Hume (1711-1776), qui décrit en 1752 ( Political Discourses ) un mécanisme d'ajustement automatique des balances des échanges internationaux, Adam Smith (1723-1790) investit le champ de l'économie internationale et développe dans La Richesse des nations (1776) une critique sévère des thèses protectionnistes soutenues par les mercantilistes. Il défend l'idée qu […] Lire la suite

CONTRAT SOCIAL

  • Écrit par 
  • Michel TROPER
  •  • 4 442 mots

Dans le chapitre « Rousseau »  : […] Comme le pacte de Hobbes, le contrat social de Rousseau fonde à la fois la société et l'État et institue un pouvoir sans limites. Mais là s'arrêtent les analogies. Rousseau ne cherche pas comme Hobbes et les autres théoriciens du contrat social à trouver le fondement logique de l'autorité politique, quelle qu'elle soit, mais seulement d'une autorité telle qu'elle rende les individus aussi libres d […] Lire la suite

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Croyance, probabilité, scepticisme »  : […] On peut dire que c'est la grandeur de la philosophie du belief , chez Hume, d'avoir aperçu cette unité profonde de la créance, par-delà l'opposition que les philosophies platoniciennes (et Descartes encore une fois est un platonicien à cet égard) avaient instituée entre l'opinion et la vérité. Le belief humien, c'est d'abord la créance prise dans son sens indivis, comme lorsque, dans le langage o […] Lire la suite

DÉMOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Hervé LE BRAS
  •  • 8 952 mots

La définition de la démographie, simple et universellement admise, est l'étude scientifique des populations. Cette définition entraîne immédiatement les quatre questions qui vont être abordées dans cet article : qu'est-ce qu'une population ? en quoi consiste l'étude « scientifique » des populations ? dans quelle mesure l'évolution des populations est-elle la cause et dans quelle mesure est-elle la […] Lire la suite

DESCRIPTION ET EXPLICATION

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 338 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les théories de l'explication »  : […] En théorie de l'explication, on pourrait opposer deux grands paradigmes, qu'on appellera respectivement substantialiste et relationnel. Anciens et médiévaux expliquent en termes de substances et de causes : ils admettent des atomes, des agents (causes efficaces et transitives), des supports d'actions causales (fluides propagateurs, vertus sympathiques, espèces sensibles émanées ou reçues, etc.), […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 720 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La politique monétaire »  : […] Sur la monnaie, les économistes classiques se partagent en deux camps. Tous sont hostiles au mercantilisme et développent l'idée selon laquelle la monnaie doit échapper au prince et obéir à des mécanismes de marché. Cependant les uns se méfient du pouvoir de création monétaire des banques, veulent soit l'interdire, soit le soumettre à des règles strictes, et développent la théorie quantitative de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Ferdinand ALQUIÉ, « HUME DAVID - (1711-1776) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/david-hume/