HUME DAVID (1711-1776)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La critique de la causalité

Parmi les études que Hume a laissées sur les diverses relations, la plus célèbre est sa critique de la causalité. La causalité devait, à vrai dire, le préoccuper particulièrement, comme semblant, dès le départ, mettre en échec son empirisme. Car cette relation ne se borne pas à lier deux termes présents en notre expérience : elle amène la pensée à passer d'une cause donnée à un effet encore non donné, mais seulement attendu. Si je vois du feu, je suis convaincu, par exemple, avant même de m'être brûlé, que, si j'y mets la main, le feu causera une brûlure. Faut-il donc croire qu'en ceci l'esprit, par ses seules ressources, soit capable de dépasser l'impression ? Tout au contraire, Hume va rechercher l'impression particulière dont naît l'idée de causalité.

Qu'avons-nous dans l'esprit quand nous parlons de causalité ? Tout d'abord un rapport spatio-temporel de contiguïté et de succession immédiate. Même quand la cause et l'effet semblent lointains et séparés, nous supposons des chaînons qui les relient : la véritable cause est donc toujours tenue pour contiguë à l'effet. Mais contiguïté n'est pas causalité : souvent un fait en précède un autre sans que nous le tenions pour sa cause. L'idée de cause est celle d'une connexion nécessaire.

Selon le rationalisme classique, l'idée de connexion nécessaire est ramenée à celle d'un rapport logique entre deux termes : la cause contient la raison suffisante de l'effet. Hume montre au contraire que, le phénomène cause étant seul donné, il serait impossible d'en déduire a priori l'effet : de l'idée du refroidissement de l'eau, je ne tirerai jamais l'idée de sa solidité, de sa transformation en glace. En fait, c'est entre des phénomènes hétérogènes et intellectuellement séparables que nous affirmons le lien de causalité.

L'idée de cause viendrait-elle donc d'une impression objective ? Apercevrions-nous dans les choses une énergie se déployant, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Institut (Académie des sciences morales et politiques)

Classification


Autres références

«  HUME DAVID (1711-1776)  » est également traité dans :

ENQUÊTE SUR L'ENTENDEMENT HUMAIN, David Hume - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 806 mots
  •  • 1 média

D'abord intitulée Essais philosophiques sur l'entendement humain, l'Enquête sur l'entendement humain (1748) se veut une reprise corrigée et rendue plus accessible de la première partie du volumineux Traité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enquete-sur-l-entendement-humain/#i_25860

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 12 999 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le discrédit de l'analyse causale »  : […] La concurrence faite à l'idée de cause par le fonctionnalisme, par la méthode « compréhensive » ou par l'explication à partir des raisons, la répulsion de certains sociologues à accepter l'idée wébérienne d'une complémentarité entre « explication » et « compréhension », bien que guidées par la spécificité du social, sont sans doute liées au discrédit philosophique de la causalité qui a suivi le dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/causalite/#i_25860

CHANGE - Les théories du change

  • Écrit par 
  • Hélène RAYMOND-FEINGOLD
  •  • 9 061 mots

Dans le chapitre « Les premières approches réelles du taux de change »  : […] Les deux principales théories traditionnelles de la détermination du taux de change sont la parité des pouvoirs d'achats et l'approche du taux de change par la balance des paiements. Elles ont en commun, outre leur développement déjà ancien, de reposer sur une approche réelle du taux de change, dans laquelle le marché des biens et services joue un rôle essentiel. La théorie selon laquelle le taux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/change-les-theories-du-change/#i_25860

COMMERCE INTERNATIONAL - Avantages comparatifs

  • Écrit par 
  • Matthieu CROZET
  •  • 5 799 mots

Dans le chapitre «  Le principe  »  : […] En s'appuyant sur l'analyse de David Hume (1711-1776), qui décrit en 1752 ( Political Discourses ) un mécanisme d'ajustement automatique des balances des échanges internationaux, Adam Smith (1723-1790) investit le champ de l'économie internationale et développe dans La Richesse des nations (1776) une critique sévère des thèses protectionnistes soutenues […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commerce-international-avantages-comparatifs/#i_25860

CONTRAT SOCIAL

  • Écrit par 
  • Michel TROPER
  •  • 4 442 mots

Dans le chapitre « Rousseau »  : […] Comme le pacte de Hobbes, le contrat social de Rousseau fonde à la fois la société et l'État et institue un pouvoir sans limites. Mais là s'arrêtent les analogies. Rousseau ne cherche pas comme Hobbes et les autres théoriciens du contrat social à trouver le fondement logique de l'autorité politique, quelle qu'elle soit, mais seulement d'une autorité telle qu'elle rende les individus aussi libres d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contrat-social/#i_25860

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Croyance, probabilité, scepticisme »  : […] On peut dire que c'est la grandeur de la philosophie du belief , chez Hume, d'avoir aperçu cette unité profonde de la créance, par-delà l'opposition que les philosophies platoniciennes (et Descartes encore une fois est un platonicien à cet égard) avaient instituée entre l'opinion et la vérité. Le belief humien, c'est d'abord la créance prise dans son se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croyance/#i_25860

DÉMOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Hervé LE BRAS
  •  • 8 952 mots

La définition de la démographie, simple et universellement admise, est l'étude scientifique des populations. Cette définition entraîne immédiatement les quatre questions qui vont être abordées dans cet article : qu'est-ce qu'une population ? en quoi consiste l'étude « scientifique » des populations ? dans quelle mesure l'évolution des populations est-elle la cause et dans quelle mesure est-elle la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/demographie/#i_25860

DESCRIPTION ET EXPLICATION

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 337 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les théories de l'explication »  : […] En théorie de l'explication, on pourrait opposer deux grands paradigmes, qu'on appellera respectivement substantialiste et relationnel. Anciens et médiévaux expliquent en termes de substances et de causes : ils admettent des atomes, des agents (causes efficaces et transitives), des supports d'actions causales (fluides propagateurs, vertus sympathiques, espèces sensibles émanées ou reçues, etc.), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/description-et-explication/#i_25860

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La politique monétaire »  : […] Sur la monnaie, les économistes classiques se partagent en deux camps. Tous sont hostiles au mercantilisme et développent l'idée selon laquelle la monnaie doit échapper au prince et obéir à des mécanismes de marché. Cependant les uns se méfient du pouvoir de création monétaire des banques, veulent soit l'interdire, soit le soumettre à des règles strictes, et développent la théorie quantitative de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-les-grands-courants/#i_25860

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 313 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Croyance et connaissance »  : […] Dans l'introduction de Human Knowkledge (1948), Russell écrivait : « Toujours depuis Kant, et il serait plus juste de dire depuis Berkeley, a existé parmi les philosophes une tendance que je considère comme illusoire, la tendance à admettre que la description du monde est influencée outre mesure par des considérations dérivées de la nature de la connaissance humaine » (p.  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empirisme/#i_25860

ÉPISTÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 13 082 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'épistémologie « post-cartésienne » »  : […] On ne peut ignorer que certains thèmes de la pensée de Descartes se sont trouvés placés par lui, et pendant quelque temps après lui, au centre d'une philosophie de la science. C'est d'abord l'idée d'une rationalité de l' étendue . Nous avons de l'étendue des idées claires et distinctes, qu'il est possible d'enchaîner pas à pas en conservant toujours l'é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epistemologie/#i_25860

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le défi empiriste »  : […] L'empirisme a ceci de commun avec la conception « cartésienne » de l'esprit qu'il conçoit les expériences comme des épisodes mentaux conscients (des « idées »), qui nous représentent le monde d'une certaine façon. Comme le cartésianisme, il est une tentative pour fonder la connaissance. Mais, sous ses formes classiques, il s'en distingue à la fois par ses moyens et par ses résultats. D'une part, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/experience/#i_25860

HOMO ŒCONOMICUS (P. Demeulenaere) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 459 mots

L' Homo hierarchicus et l' Homo aequalis ont fourni, au cours des précédentes décennies, leur thème et leur titre aux ouvrages classiques de Louis Dumont. Parallèlement, l' Homo ideologicus a été mis en scène par Jean Baechler, notamment dans la préface qu'il a donnée à L'Esprit du jacobinisme d'Augustin Co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homo-oeconomicus/#i_25860

IDENTITÉ

  • Écrit par 
  • Annie COLLOVALD, 
  • Fernando GIL, 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • Pierre TAP
  •  • 13 233 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Signification de l'identité »  : […] À quelle expérience, demande Hume, se réfère l'idée d'identité, étant entendu qu'à toute « idée » une « impression » empirique doit correspondre ? La singularité de chaque objet nous procure l'idée d'unité (au sens d'unicité), non celle d'identité. Et la pluralité des objets nous fournit celle de multiplicité, mais on ne pourra pas non plus en déduire l'identité, car, si grandes que soient les re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/identite/#i_25860

LOI, épistémologie

  • Écrit par 
  • Pierre JACOB
  •  • 6 839 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Lois, causalité, régularités et contrefactuels »  : […] Par aversion pour la nécessité dans les choses (ou nécessité de re ), un empiriste adopte une conception épistémique des lois causales (cf.  supra , Les buts de la démarche scientifique ), dont le prototype est l'analyse humienne, qui procède par une double réduction : – La causalité, qui n'existe pas dans la réalité, n'est qu'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi-epistemologie/#i_25860

MÉTAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 9 360 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'empirisme »  : […] Le discrédit de la métaphysique au xviii e  siècle a revêtu bien des aspects. Il prend parfois celui du scepticisme ou de l'agnosticisme : les problèmes posés par la métaphysique sont alors tenus pour insolubles et, en tout cas, comme étant au-dessus des pouvoirs de la raison humaine. Un certain esprit scientiste se développe d'autre part : on att […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaphysique/#i_25860

MÉTASTABILITÉ

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 077 mots

«  Ce qui se manifeste , c'est aussi, en premier et le plus souvent, l'apparente stabilité des choses visibles, leur extraordinaire entêtement à demeurer en leur état » (J. T. Desanti, Natura Rerum : ordre ou désordre ? ). La stabilité désigne la condition de possibilité de la réalité phénoménale. Mais signifie-t-elle pour autant la propriété essentielle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metastabilite/#i_25860

MODALITÉS, logique

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 599 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le statut philosophique des concepts modaux »  : […] Les difficultés qu'on rencontre pour représenter dans un formalisme cohérent les diverses notions modales expliquent que les logiciens les aient rejetées aux frontières de la logique classique du vrai et du faux, et que, quand ils les ont prises en compte, ils se soient heurtés au fait qu'elles semblent indissociables de leurs contenus particuliers. Il y a en effet une ambiguïté fondamentale dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modalites-logique/#i_25860

MORALE

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 15 730 mots

Dans le chapitre « La liberté »  : […] Ce nouveau principe ne se distingue pas de l'ancien par un refus de la recherche du bonheur : il promet, au contraire, au fidèle la félicité éternelle. Ce n'est pas, non plus, qu'il abandonne le concept d'un monde ordonné, sensé, capable d'assigner à l'homme sa place. Mais cette félicité n'est plus de ce monde et ne saurait y être cherchée, et le cosmos ne se montre pas comme objet de connaissance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morale/#i_25860

PAIEMENTS BALANCE DES

  • Écrit par 
  • Marc RAFFINOT
  •  • 4 024 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des forces de rappel ? »  : […] Les économistes classiques, et David Hume en particulier ( De la balance du commerce , 1752), ont cherché à montrer que cette politique n'était pas soutenable, en ce sens que les balances des paiements ont tendance à se rééquilibrer spontanément. Pour eux, un déficit de balance des paiements entraîne une sortie d'or (dans un régime d'étalon or intégral) qui a tendance à faire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/balance-des-paiements/#i_25860

POPPER KARL RAIMUND (1902-1994)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 2 090 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La logique de la découverte scientifique »  : […] Comment distinguer, plus précisément comment « démarquer » la science véritable des pseudo-sciences : mythologies, gnoses, idéologies, métaphysiques ? Telle est l'une des questions initiales auxquelles Popper se trouva très jeune confronté, lorsqu'il rencontra la psychanalyse, puis le marxisme, enfin – rencontre décisive – les théories d'Einstein. Le bilan de ses réponses, multiples, mesurées et c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-raimund-popper/#i_25860

RÉALITÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 4 964 mots

Dans le chapitre « Réalité et croyance »  : […] On n'a pas, en cet exposé, à se prononcer sur l'essence dernière de l'Être, mais à analyser la notion de réalité, à découvrir ce que signifie le mot réalité pour une conscience humaine. Or, il paraît incontestable que les précédentes analyses n'épuisent pas cette notion. Ici apparaît déjà la force du réalisme. C'est en vain que certains philosophes nous veulent persuader que la vérité scientifique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realite/#i_25860

SCEPTICISME

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DUMONT
  •  • 7 740 mots

Dans le chapitre « Rationalisme et scepticisme »  : […] Le rationalisme ne peut que repousser comme stérile et erroné le scepticisme académique. L'expression d'un savoir qui se résumerait à la proposition « je ne sais rien », qu'il s'agisse du non-savoir de Métrodore, de la vérité insaisissable de Démocrite ou du nihil scire d'Arcésilas, est traditionnellement dénoncée comme se détruisant elle-même. Déjà Socrate, dans l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scepticisme/#i_25860

SIGNE ET SENS

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 769 mots

Dans le chapitre « Le XVIIe siècle et l'empirisme des Modernes »  : […] L'irruption des mathématiques et la réorganisation de la méthode philosophique sur le modèle mathématique produisent au xvii e  siècle une rupture avec le conceptualisme trop lié à une vision du monde dominé par la physique d'Aristote. Une nouvelle ère est ouverte pour la philosophie des idées. Le choix du terme n'est pas fortuit : les concepts no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/signe-et-sens/#i_25860

TEMPS / MÉMOIRE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 720 mots

Dans le chapitre « L’énigme du temps »  : […] Il est si peu d’exemples, dans toute l’histoire de la philosophie, d’un penseur ayant marqué à ce point une notion que ne pas commencer par lui paraîtrait inconsidéré : tel est le cas d’Augustin d’Hippone (354-430) quand on aborde la question du temps. « Qu’est-ce donc que le temps ? Quand personne ne me le demande, je le sais ; dès qu’il s’agit de l’expliquer, je ne sais plus » ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temps-memoire-notions-de-base/#i_25860

UTILITÉ PRINCIPE D'

  • Écrit par 
  • Francisco VERGARA
  •  • 2 292 mots

Dans le chapitre « Une doctrine ancienne aux appellations diverses »  : […] Comme la plupart des notions fondamentales, le principe d'utilité a reçu divers noms à travers l'histoire. À l'époque romaine, on parlait du principe de l' utilitas publica ou utilitas communis . L'habitude de se servir du mot « utilité » pour désigner le bonheur et le bien-être vient ainsi du latin et de la philosophie du droit des Romains. Des philoso […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/principe-d-utilite/#i_25860

VALEURS, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre LIVET
  •  • 10 285 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'hypothèse empiriste : une théorie de la relation »  : […] Hume voulait montrer que la raison, en portant sur des relations entre les faits, ne suffisait pas à nous donner de motivation. On peut aussi penser qu'il voulait critiquer une faute logique : si notre conclusion est que nous devons agir alors que nos prémisses ne comportent que des faits, d'où sort l'obligation ? Il n'y a faute logique, cependant, que si l'on présuppose que le devoir est un opéra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeurs-philosophie/#i_25860

WHITEHEAD ALFRED NORTH (1861-1947)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY, 
  • Jean WAHL
  •  • 2 204 mots

Dans le chapitre « La négation de la bifurcation cartésienne »  : […] Né à Ramsgate (Kent), Alfred North Whitehead se forma à Cambridge, où il devint fellow de Trinity College, puis fut professeur de physique mathématique à l'université de Londres, collaborant alors avec Russell pour la rédaction des Principia mathematica (1910-1913) et publiant lui-même, en 1920, The Concept of Nature . À Cambridge […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-north-whitehead/#i_25860

Voir aussi

Pour citer l’article

Ferdinand ALQUIÉ, « HUME DAVID - (1711-1776) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-hume/