CULTURELe choc des cultures

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La culture philosophique

S'il faut revenir à ce qu'a été la culture, depuis sa prise de conscience antique, même quand le mot n'était pas encore utilisé, c'est, d'une part, parce qu'elle continue d'être présente dans l'usage que nous faisons d'elle, serait-ce sous une forme posthume ; c'est, d'autre part, parce qu'elle permet de distinguer les formes concurrentielles de culture qui, en lui empruntant le mot, croient modifier la chose tout en continuant à se définir vis-à-vis d'elle. Peut-être la meilleure définition de la culture est-elle celle de Thoreau quand il posait la question dans Walden : « Pourquoi, précisément, les objets que nous contemplons font-ils un monde ? » La leçon des grandes œuvres de la culture enseigne en effet qu'un monde possède trois caractères : il est ordonné, chacun de ses éléments prenant sa signification dans son intégration au Tout ; aussi les Grecs parlaient-ils de kosmos pour rendre manifeste, avec sa beauté, l'ordre de l'univers. Il est séparé de ce qui n'est pas lui en s'inscrivant dans ses limites ontologiques : il en est ainsi de ces personnages littéraires, Swann, Odette et Charlus, qui forment le monde de Proust, ou de ces fictions cinématographiques, Kane, Amberson et Quinlan, qui forment le monde d'Orson Welles. Il est enfin autonome, reposant en lui-même, dans le calme de la pure présence à soi. Or telle est précisément la marque de l'œuvre de culture, la thing of beauty célébrée par Keats : un épanouissement de la vie en monde, une « cosmicisation » qui ne renvoie à rien d'autre qu'à sa manifestation. La culture fait monde dès qu'elle fait sens en ordonnant l'esprit vers une plénitude de vie enchâssée dans ses propres limites.

Henry David Thoreau

Photographie : Henry David Thoreau

Walden (1854), de Henry David Thoreau, joue un rôle central dans la description du paysage américain et dans la définition de la place qu'y occupe l'homme. La pensée de la dissidence écologique lui doit beaucoup. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Ce sens initial de la culture – déployer un monde – ne répond pas plus à une détermination économique qu'à un comportement sociologique. Il évoque bien plutôt le travail intérieur de l'esprit humain dans son effort pour donner un sens au matériau qu'il travaille. Chez les Grecs, la paideia joue ce rôle, comme on le voit chez Platon lorsqu'il décrit l'effort de tirer l'âme de son « bourbier barbare » pour la faire accéder à ce qu'il y a de plus haut (République, VII, 533 d.). Celui qui n'est pas cultivé, le barbare donc, c'est celui qui résiste à l'assomption de l'Idée du fait d'une inertie de l'âme qui la fait s'affaisser sur elle-même au lieu de s'élever vers ce qui la dépasse. Cicéron s'inscrit dans cette tradition quand, passant de la paideia grecque à la cultura romaine, il donne la première définition de la culture qui deviendra canonique. À l'origine, le mot cultura, du verbe colere dont le supin est cultum, renvoie seulement à l'agricultura, c'est-à-dire au travail de la terre. En transposant ce qui relève du labor, et donc de la peine, en ce qui atteste de l'otium, et donc du loisir, pour une pensée dégagée des nécessités de la vie quotidienne, Cicéron utilise plusieurs termes pour définir cette liberté de l'esprit : humanitas, doctrina, litterae. Mais il innove en parlant pour la première fois de la cultura animi. En jouant sur le verbe colere – « cultiver », « soigner », mais aussi « habiter » –, Cicéron risque l'expression excolere animos doctrina, « cultiver les esprits par l'instruction ».

Buste de Cicéron, Ier siècle avant J.-C.

Photographie : Buste de Cicéron, Ier siècle avant J.-C.

Cicéron, le plus grand orateur romain, s'est illustré en déjouant, lors de son consulat de 63 avant J.-C., la conjuration de Catilina en prononçant contre celui-ci quatre discours, les Catilinaires. Buste de Cicéron. Ier siècle avant J.-C. Marbre. Palais ducal, Mantoue,... 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Il ne s'agit pas de fabriquer un objet extérieur, comme le fait l'artisan, mais de prendre soin de son âme comme l'agriculteur prend soin de son champ. Avec cette transposition de la culture de la terre dans le domaine de l'âme, ce que Cicéron appelle humanitas dont nous avons tiré l'humus des humanités et de l'humanisme, le souci de la fécondité de l'esprit s'exprime dans le langage du soin de l'âme. L'homme cultivé sera dorénavant à Rome, puis en Europe, celui qui a le souci de son âme et lui rend un culte, en parallèle au souci qu'il prend de son corps. Par un tel culte, l'homme parvient à habiter le monde d'une manière proprement humaine et non à la façon d'une bête fauve. On voit que, dès son apparition, la culture évoque naturellement le culte de l'âme de sorte que l'œuvre culturelle, telle que l'a pensée l'Europe, n'est pas un objet d'usage destiné à être détruit ou un produit commercial diffusé à l'aventure, mais un miroir cultuel dans lequel l'esprit se reconnaît dans le regard qu'il croise. Quand, dans le labour de la spéculation, l'œuvre naît comme un fruit nourrissant, cultura animi philosophia est, « la philosophie est la culture de l'âme » (Cicéron, Tusculanes, II, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Claude Lévi-Strauss

Claude Lévi-Strauss
Crédits : Marc Gantier/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Henry David Thoreau

Henry David Thoreau
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Buste de Cicéron, Ier siècle avant J.-C.

Buste de Cicéron, Ier siècle avant J.-C.
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Nietzsche

Nietzsche
Crédits : Ullstein Bild/ Ullstein Bild/ Getty Images

photographie

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

  • : membre de l'Institut universitaire de France, professeur à l'université de Nice-Sophia-Antipolis

Classification

Autres références

«  CULTURE  » est également traité dans :

CULTURE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Gisèle SAPIRO
  •  • 1 086 mots

Si elles supposent toutes un système symbolique de représentations et de pratiques, les définitions de la notion de culture s'inscrivent dans une double tension : entre une acception universelle qui l'oppose globalement à la nature et un sens relativiste désignant les mœurs et coutumes des peuples ; entre un usage restreint aux œuvres d'art reconnues comme telles et une approche anthropologique pl […] Lire la suite

CULTURE - Nature et culture

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 881 mots
  •  • 2 médias

« Étant donné que la culture s'acquiert par apprentissage, les gens ne naissent pas Américains, Chinois ou Hottentots, paysans, soldats ou aristocrates, savants, musiciens ou artistes, saints, chenapans ou moyennement vertueux : ils apprennent à l'être. » Ce propos de T. Dobzhansky (1966) caractérise assez complètement la conception moderne de la culture : elle est acquise, mais d'abord par imprég […] Lire la suite

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 334 mots
  •  • 2 médias

En septembre 1914, accordant au ton de la propagande de guerre l'anathème jeté par Luther sur l'universalisme romain et renouvelé par Herder sur la philosophie des Lumières, Thomas Mann posait en principe, dans la […] Lire la suite

CULTURE - Sociologie de la culture

  • Écrit par 
  • Vincent DUBOIS
  •  • 4 264 mots

Le découpage des spécialités sociologiques oscille habituellement entre deux principes. Selon une répartition thématique, elles sont constituées en fonction de domaines empiriquement distingués (comme la sociologie du sport ou de la santé). Un partage d'ordre plus conceptuel repose quant à lui sur des orientations ou au moins des questions de recherche (comme la sociologie des organisations ou de […] Lire la suite

CULTURE - Culture de masse

  • Écrit par 
  • Edgar MORIN
  •  • 7 499 mots
  •  • 3 médias

C'est aux États-Unis qu'ont été créés les néologismes de mass media – terme qui englobe la grande presse, le cinéma, la radio, la télévision – et de mass culture – qui embrasse la culture produite, jouée et diffusée par les mass media.Au cours du premier demi-siècle, et singulièrement à partir des années trente, les mass media sont entrés […] Lire la suite

ÉDUCATION / INSTRUCTION, notion d'

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 1 300 mots

Dans le chapitre « Instruire »  : […] Instruire un individu éducable ne signifie pas l'entourer de soins, lui faire contracter des habitudes et le former. C'est à la fois beaucoup moins et beaucoup plus. C'est lui transmettre les savoirs savants ou techniques qu'il n'aurait pas trouvés de lui-même, en renforçant sa liberté de jugement à leur égard comme à l'égard de toute connaissance. C'est aussi le faire accéder à la culture dont c […] Lire la suite

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « Difficultés du concept »  : […] C'est dans un contexte relativement indécis, aux frontières entre la philosophie et la psychologie, que le terme « affectivité » apparaît dans la seconde moitié du xix e  siècle, avec l'équivoque de désigner tout à la fois le pouvoir d'être affecté et le « système » des « affects », lesquels se distinguent des sensations en tant que celles-ci sont exogènes alors qu'ils sont censés être endogènes. […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

  • Écrit par 
  • Augustin HOLL
  •  • 6 307 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fabrication d'outils »  : […] Les recherches sur les origines de l'humanité sont pluridisciplinaires par nécessité et se composent d'une vaste panoplie de disciplines faisant partie de ce que l'on peut appeler la « nébuleuse paléoanthropologie ». La branche archéologique se concentre sur l'étude des produits des activités hominidés/humaines et vise à comprendre les modes de vie et leurs transformations dans le temps. L'idée […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  L'anthropologie sociale et culturelle »  : […] Libérée d'une certaine histoire de type spéculatif, et obligée de forger de nouveaux concepts, l'ethnologie porta sa réflexion sur la culture et sur la société, cette dualité devant conduire à deux courants de pensée complémentaires et parfois opposés. Lorsque la notion de culture rejoignit celle de civilisation (sans qu'une hiérarchie fût présupposée entre l'une et l'autre), l'ethnologie repens […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Arnaud HALLOY
  •  • 5 804 mots

Dans le chapitre « Le connexionnisme »  : […] L’émergence des modèles connexionnistes dans le courant des années 1980 est venu renforcer la réalité psychologique des schémas et modèles culturels en leur conférant une réalité neurophysiologique. Très succinctement, les modèles connexionnistes décrivent les phénomènes mentaux et comportementaux comme le produit émergeant d’activation et de création de réseaux de neurones. Ils se distinguent ai […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-François MATTÉI, « CULTURE - Le choc des cultures », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-le-choc-des-cultures/