ACTIONNAIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La mise en commun, entre personnes qui se connaissent et se font confiance, des ressources nécessaires à une entreprise et le partage du profit éventuel sont un usage invétéré qui a joué un rôle essentiel dans le développement des premières formes du capitalisme, notamment dans le financement du commerce maritime au long cours à l'époque de la Renaissance. C'est toutefois l'apparition de la société anonyme par actions, lors de la révolution industrielle des xviiie et xixe siècles, qui lui a donné le cadre juridique adapté à sa pleine capacité d'expansion. Ce phénomène se poursuit sous nos yeux, en dépit des crises cycliques de l'économie et de la rivalité, de moins en moins forte, des formules étatiques et dirigistes de financement. En divisant le capital d'une entreprise, si important soit-il, en quotes-parts d'un montant unitaire modeste, représentées par un titre de négociation aisée, il devenait en effet possible de s'adresser à la petite épargne aussi bien qu'au grand capitalisme, sans que les souscripteurs aient à se connaître (à condition de faire confiance aux fondateurs ou aux dirigeants). En outre, chacun d'eux n'était tenu que pour sa mise. Une fois versée sa contribution au capital, il était indéfiniment associé aux gains éventuels, mais ne courait aucun risque nouveau, même en cas de faillite.

Cette formule a connu un succès éclatant. La quasi-totalité des grandes entreprises industrielles, financières ou commerciales sont aujourd'hui des sociétés par actions (à l'exception éventuelle des services publics, notion plus ou moins étendue selon les régimes politiques). Elle a cependant beaucoup évolué avec le temps, en particulier sous la pression de l'internationalisation des marchés commerciaux, de la concurrence, des moyens de communication et de la diffusion de l'information.

Contexte juridique et fonction de l'actionnaire

Une action, valeur mobilière, titre de propriété portant sur une quote-part du patrimoine d'une entreprise (société anonyme ou société en commandite par actions), représente les droits d'un copropriétaire. Il s'agit toutefois d'une copropriété d'un type particulier.

D'abord en raison de ses dimensions. Élément moteur du prodigieux développement du capitalisme, la société anonyme peut en effet regrouper une foule d'actionnaires dont les participations individuelles, mesurées par le nombre de titres qu'ils détiennent, sont très inégales (plus d'un milliard d'actions pour la grande entreprise américaine A.T.T., plus de 3 millions d'actionnaires en France pour Paribas). Ensuite, parce que, conséquence indirecte de leur nombre, ces actionnaires ne se connaissent généralement pas, comme le suggère l'expression même de « société anonyme ». Si les fondateurs de l'entreprise ont le plus souvent des relations personnelles entre eux, les actionnaires ultérieurs, intervenant par achat en Bourse ou à l'occasion d'une augmentation de capital, s'ignorent mutuellement.

Ces particularités ne peuvent manquer d'influer sur l'exercice des droits traditionnels du propriétaire : le fructus, l'usus et l'abusus. Le fructus, c'est-à-dire le droit aux fruits, ou bénéfices, ne pose pas de problème grave. Les bénéfices étant établis en monnaie, il suffit de calculer la part qui en revient à une action. Il n'en va pas de même des deux autres droits. Il n'est pas concevable, en effet, qu'un actionnaire particulier prétende se mêler de la gestion quotidienne ou s'attribuer un élément déterminé de l'actif. Sa situation est donc différente de celle du copropriétaire immobilier, qui dispose librement de son appartement et n'est propriétaire indivis que des parties communes. Encore moins est-il admissible qu'on lui reconnaisse le droit d'abuser d'une partie du patrimoine social équivalant à sa quote-part. L'actionnaire est un propriétaire indivis, et tenu de rester dans l'indivision aussi longtemps qu'une décision collective n'y a pas mis fin. Il peut revendre ou donner son titre ; il ne peut pas disposer de la fraction d'actif qui lui correspond. Il convient donc d'assurer la représentation des actionnaires au sein de l'entité sociale, et d'organiser les délégations de pouvoir nécessaires à sa gestion, interne et externe.

Ces deux fonctions s'exercent dans le cadre d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Marchés financiers

Marchés financiers
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Capitaux gérés par les O.P.C.V.M.

Capitaux gérés par les O.P.C.V.M.
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : président de l'Association des sociétés et fonds français d'investissement (A.S.F.F.I.), président d'honneur du Conseil du marché à terme, ancien membre du collège de la Commission des opérations de Bourse.

Classification

Autres références

«  ACTIONNAIRES  » est également traité dans :

AUTOFINANCEMENT

  • Écrit par 
  • Geneviève CAUSSE
  •  • 5 233 mots

Dans le chapitre « Le choix de l'autofinancement »  : […] Pourquoi l'entreprise recourt-elle à l'autofinancement et ne fait-elle pas appel uniquement au financement externe ? Différentes raisons peuvent amener les dirigeants de l'entreprise à préférer l'autofinancement à l'émission d'actions ou d'obligations, ou encore au crédit bancaire. Un tel choix peut résulter, en premier lieu, d'une attitude spontanée des dirigeants visant à employer au mieux, et d […] Lire la suite

BANQUE - Économie de la banque

  • Écrit par 
  • Emmanuelle GABILLON, 
  • Jean-Charles ROCHET
  •  • 7 882 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Solvabilité des emprunteurs et rationnement du crédit »  : […] Bengt Holmström et Jean Tirole suggèrent que ce mécanisme de diversification reste toujours imparfait (à cause des corrélations entre les rendements des investissements bancaires). Ils montrent alors la nécessité d'imposer aux banques un montant minimum de fonds propres proportionnel au volume de leurs actifs risqués. Cette recommandation est conforme aux réglementations qui obligent les banques […] Lire la suite

BOURSE - Réglementation des marchés boursiers

  • Écrit par 
  • Didier DAVYDOFF
  •  • 6 663 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les règles légales de comportement des intervenants »  : […] La règle boursière sans doute la plus connue est celle qui interdit les pratiques d'initié : le fait d'utiliser une information privilégiée précise pour réaliser un gain en Bourse, ou pour faire réaliser un gain à un tiers, constitue un délit. Le « tuyau » boursier a longtemps été un élément admis du fonctionnement des marchés. Mais lorsque les sommes en jeu ont augmenté, il est apparu que le com […] Lire la suite

CAPITALISME - Sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 3 509 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Visages du capitalisme contemporain »  : […] Le capitalisme d'aujourd'hui n'a plus guère à voir avec celui des années 1970. À nouveau, le temps a fait son œuvre. Au cours de ces toutes dernières décennies, le fait le plus marquant est la montée en puissance des marchés financiers. Les actionnaires retrouvent un pouvoir longtemps délaissé et, au nom de la gouvernance de l'entreprise, ils savent faire pression pour rentabiliser au mieux et […] Lire la suite

CAPITALISME (NOTION DE)

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 1 413 mots

Dans le chapitre « La crise du capitalisme contemporain »  : […] Le capitalisme mondialisé et dominé par la finance connaît à partir de 2007 une crise dont l’ampleur peut être comparée à celle des deux grandes crises de 1870 et 1929. Cette crise peut être expliquée par trois séries de contradictions internes qui sont à l’origine de profonds dysfonctionnements du système économique contemporain. En premier lieu, on constate un divorce croissant entre l’espace éc […] Lire la suite

COMMISSARIAT AUX COMPTES

  • Écrit par 
  • Georges BLUMBERG
  •  • 155 mots

Institution qui protège les droits des actionnaires des sociétés anonymes en vérifiant la comptabilité de ces dernières. Les commissaires aux comptes sont nommés par l'assemblée générale des actionnaires pour une durée de six ans. Quarante-cinq jours avant la tenue de cette assemblée annuelle, tous les livres et documents comptables relatifs à l'exercice écoulé doivent leur être remis. Après une v […] Lire la suite

COOPÉRATIVES

  • Écrit par 
  • Denis CLERC
  •  • 10 053 mots

Dans le chapitre « Volontariat et apport de fonds »  : […] La première caractéristique est le volontariat. La liberté d'entrer implique celle de sortir, d'où la taille variable des unités coopératives (les coopératives de production françaises sont « à personnel variable »). Comme il s'agit d'effectuer une activité économique, des fonds sont nécessaires : chaque membre devient coopérateur en acquérant des parts sociales, dont le montant nominal est fixé […] Lire la suite

CORPORATE FINANCING AND INVESTMENT DECISIONS WHEN FIRMS HAVE INFORMATION THAT INVESTORS DO NOT HAVE, S. Myers et N. Majluf - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nicolas COUDERC, 
  • Séverine VANDELANOITE
  •  • 1 183 mots

Dans le chapitre « Asymétrie d'information et structure financière de l’entreprise »  : […] Sous l'hypothèse d’une information asymétrique entre dirigeant et actionnaires, le résultat théorique majeur de Myers et Majluf est qu'une entreprise peut être amenée à renoncer à de nouveaux projets d'investissement, a priori rentables (dont la valeur actualisée nette est positive), si elle est pour cela contrainte à une augmentation de capital (émission d’actions). La structure financière de l'e […] Lire la suite

ÉCONOMIE INDUSTRIELLE

  • Écrit par 
  • Bruno JULLIEN
  •  • 9 068 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'entreprise comme organisation »  : […] L'entreprise remplit deux fonctions. Tout d'abord, elle est une instance de coordination du processus de production. Dans La Richesse des nations (1776), Adam Smith présente la firme moderne comme une réponse à la complexité croissante des activités, en particulier à la division du travail. En second lieu, elle repartit la valeur créée entre les parties impliquées dans le processus, ainsi que le […] Lire la suite

ENTREPRISE - Gouvernance d'entreprise

  • Écrit par 
  • Gérard CHARREAUX
  •  • 4 747 mots

Le champ de la corporate governance , du « gouvernement » ou de la « gouvernance » d'entreprise s'est constitué principalement au cours des années 1990. On en attribue cependant l'origine à la thèse d'Adolf Berle et Gardiner Means ( The Modern Corporation and Private Property , 1932) : au début du xx e  siècle, selon leur analyse, la séparation, fortement prononcée dans les grandes sociétés améric […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18-30 juin 2021 France. Transformation du groupe Lagardère en société anonyme.

Le 30, l’assemblée générale des actionnaires du groupe Lagardère, qui possède notamment le groupe d’édition Hachette, le magazine Paris-Match, Le Journal du dimanche, Europe 1 et les boutiques de gares et d’aéroports Relay, valide sa transformation de société en commandite en société anonyme, moins protectrice pour son dirigeant Arnaud Lagardère qui en devient le PDG pour au moins six ans. […] Lire la suite

18-26 mai 2021 Énergie - Climat - Environnement. Activisme pro-climat de certains actionnaires des compagnies pétrolières.

Lors de leurs assemblées générales annuelles, qui se tiennent au cours du mois, plusieurs autres compagnies pétrolières font face à l’activisme pro-climat de certains de leurs actionnaires. […] Lire la suite

2-30 avril 2020 France. Annonce du plan de déconfinement.

Les Pays-Bas, également actionnaires de la compagnie, apporteront de leur côté 3,4 milliards d’euros. Le 28, Édouard Philippe présente devant l’Assemblée nationale le plan de déconfinement par étapes établi par le gouvernement. Estimant que « le risque d’une seconde vague […] est un risque sérieux », il prévient que « si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous », le processus qui doit débuter le 11 mai sera reporté ou appliqué plus strictement. […] Lire la suite

18 février 2020 Pays-Bas – Russie. Condamnation de Moscou à indemniser les ex-actionnaires de Ioukos.

La cour d’appel de La Haye invalide un jugement d’avril 2016 et condamne Moscou, en application de la décision rendue par la Cour d’arbitrage permanente en juillet 2014, à verser 50 milliards de dollars d’indemnités aux anciens actionnaires du groupe pétrolier Ioukos qui dénonçaient l’irrégularité de leur expropriation, en 2004. L’oligarque Mikhaïl Khodorkovski, qui dirigeait le groupe, avait été arrêté et une partie des actifs de Ioukos avait été reprise par le groupe public Rosneft. […] Lire la suite

7-20 novembre 2019 France. Privatisation de la Française des jeux.

L’opération, qui séduit notamment quelque cinq cent mille petits actionnaires, rapporte 1,8 milliard d’euros à l’État. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BALLEY, « ACTIONNAIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/actionnaires/