ASSISES COUR D'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Juridiction statuant en matière pénale qui connaît seule des infractions qualifiées de crimes, la cour d'assises est installée dans chaque département. Depuis la loi du 15 juin 2000 sur la présomption d’innocence, le principe du double degré de juridiction a été introduit dans les procès d’assises, pour conformer le système pénal français à la Convention européenne des droits de l’homme. Les condamnations peuvent désormais faire l'objet d'un appel devant une cour d’assises d’appel, dont le nombre de jurés est porté à douze. Jusqu’en 2000, cette juridiction a conservé trois caractères particuliers. D'abord, elle ne siégeait pas d'une manière permanente mais tenait des sessions. Ensuite, elle jugeait en premier et en dernier ressort : ses décisions n'étaient donc l'objet d'aucun appel, ce qui ne veut pas dire qu'elles ne pouvaient pas être l'objet d'un pourvoi en cassation, puisque la Cour de cassation tranche non le fait mais le droit. Ce caractère de l'absence de double degré de juridiction était une conséquence du troisième caractère, l'existence d'un jury. Issu des idées philosophiques du xviiie siècle, le jury est censé représenter la nation ; il ne peut, suivant ces mêmes idées, se tromper. Le nombre des jurés a changé dans le temps : de douze, il est passé à six en 1941, à sept en 1945 et a été porté à neuf en 1958. Mais les jurés ne sont pas les seuls à connaître de l'affaire. À côté des neufs jurés siègent trois magistrats : un président et un assesseur choisis parmi les conseillers à la cour d'appel, un assesseur choisi parmi les juges du tribunal de grande instance.

Le président possède des pouvoirs propres. C'est lui qui arrête le rôle, qui organise le déroulement normal des affaires, qui les revoit, qui prescrit de nouveaux actes d'information. Surtout, c'est le président qui interroge l'accusé après l'arrivée de ce dernier à la maison d'arrêt et la remise des pièces au greffe. Cet interrogatoire porte sur l'identité et sur la réception de la signification de l'arrêt [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ASSISES COUR D'  » est également traité dans :

EUTHANASIE

  • Écrit par 
  • Véronique RACHET-DARFEUILLE
  •  • 2 946 mots

Dans le chapitre « Le régime pénal français »  : […] En France, le législateur a jusqu'à présent refusé de débattre de l'euthanasie. Celui-ci fut en effet saisi à plusieurs reprises de propositions élaborées notamment par l'Association pour le droit de mourir dans la dignité (A.D.M.D.) qui milite pour la légalisation de l'euthanasie active et la reconnaissance de la validité d'un « testament de vie ». Ce document, signé par la personne concernée, c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/euthanasie/#i_35034

JURÉS

  • Écrit par 
  • Pierrette PONCELA
  •  • 515 mots

D'origine féodale et inspiré de l'exemple anglais, le jury fut introduit en France par la loi des 16 et 21 septembre 1791 ; cette dernière instituait un jury d'accusation chargé de l'instruction et un jury de jugement statuant sur la culpabilité. C'est aussi une dichotomie que le Code d'instruction criminelle de 1808 devait établir entre, d'une part, le jury juge de fait et, d'autre part, la cour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jures/#i_35034

JUSTICE - Les institutions

  • Écrit par 
  • Loïc CADIET
  •  • 13 654 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Juridictions de l'ordre judiciaire »  : […] Le constat est particulièrement net pour l'ordre judiciaire, où coexistent juridictions civiles et juridictions pénales. L'organisation de la justice civile est relativement simple. En première instance, le tribunal de grande instance en est le pivot. Cette place particulière tient à sa qualité de juridiction de droit commun, ce qui n'exclut pas qu'il jouisse d'une compétence exclusive dans un nom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justice-les-institutions/#i_35034

VIOL

  • Écrit par 
  • Martine BABE
  •  • 401 mots

Le viol est défini par l'article 222-23 du nouveau Code pénal comme « tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu'il soit, commis sur la personne d'autrui par violence, contrainte, menace ou surprise ». Pour constituer le viol, trois éléments sont retenus : — il faut un acte matériel, c'est-à-dire l'existence de rapports sexuels (à défaut de cet acte, il n'y aura que tentative de viol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/viol/#i_35034

Pour citer l’article

Joël GREGOGNA, « ASSISES COUR D' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cour-d-assises/