ASSISES COUR D'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Juridiction statuant en matière pénale qui connaît seule des infractions qualifiées de crimes, la cour d'assises est installée dans chaque département. Depuis la loi du 15 juin 2000 sur la présomption d’innocence, le principe du double degré de juridiction a été introduit dans les procès d’assises, pour conformer le système pénal français à la Convention européenne des droits de l’homme. Les condamnations peuvent désormais faire l'objet d'un appel devant une cour d’assises d’appel, dont le nombre de jurés est porté à douze. Jusqu’en 2000, cette juridiction a conservé trois caractères particuliers. D'abord, elle ne siégeait pas d'une manière permanente mais tenait des sessions. Ensuite, elle jugeait en premier et en dernier ressort : ses décisions n'étaient donc l'objet d'aucun appel, ce qui ne veut pas dire qu'elles ne pouvaient pas être l'objet d'un pourvoi en cassation, puisque la Cour de cassation tranche non le fait mais le droit. Ce caractère de l'absence de double degré de juridiction était une conséquence du troisième caractère, l'existence d'un jury. Issu des idées philosophiques du xviiie siècle, le jury est censé représenter la nation ; il ne peut, suivant ces mêmes idées, se tromper. Le nombre des jurés a changé dans le temps : de douze, il est passé à six en 1941, à sept en 1945 et a été porté à neuf en 1958. Mais les jurés ne sont pas les seuls à connaître de l'affaire. À côté des neufs jurés siègent trois magistrats : un président et un assesseur choisis parmi les conseillers à la cour d'appel, un assesseur choisi parmi les juges du tribunal de grande instance.

Le président possède des pouvoirs propres. C'est lui qui arrête le rôle, qui organise le déroulement normal des affaires, qui les revoit, qui prescrit de nouveaux actes d'information. Surtout, c'est le président qui interroge l'accusé après l'arrivée de ce dernier à la maison d'arrêt et la remise des pièces au greffe. Cet interrogatoire porte sur l'identité et sur la réception de la signification de l'arrêt de renvoi. Il peut arriver que le président ne procède pas lui-même à l'interrogatoire de l'accusé ; dans ce cas, il délègue à cet effet l'un de ses assesseurs. L'accusé est ensuite invité par le président à choisir un conseil pour l'assister dans sa défense. S'il ne choisit pas de conseil, le président lui en désigne un d'office (ministère obligatoire en matière criminelle). Mais cette commission tombe si, par la suite, l'accusé choisit un autre conseil. L'accusé jouit d'une libre communication avec son conseil ; ce dernier peut prendre sur place communication de toutes les pièces du dossier à condition que cette communication ne soit pas susceptible de provoquer un retard dans la marche de la procédure. Les débats ne peuvent s'ouvrir moins de cinq jours après l'interrogatoire par le président de la cour d'assises, mais l'accusé et son conseil peuvent renoncer à ce délai. Comme tout magistrat présidant une audience, le président de la cour d'assises possède un rôle de direction de débat et de police de l'audience. Mais il possède, en plus, un pouvoir discrétionnaire qui lui permet de délaisser les règles ordinaires de procédure et de prendre toute mesure susceptible de conduire à la découverte de la vérité. La cour possède un pouvoir annexe, celui de statuer sur des fins de non-recevoir, de donner acte, après les avoir vérifiés, de certains faits juridiques mais sans jamais préjuger du fond.

La cour et le jury, ensemble, ont les pouvoirs les plus étendus. C'est à eux en effet qu'incombe le soin de parvenir à la vérité et de juger véritablement. Les jurés sont d'ailleurs assimilés à des juges et peuvent, par l'intermédiaire du président, poser toute question utile à l'accusé ou aux témoins, à condition de ne pas manifester leur opinion à travers la question. L'audience s'achève sur la plaidoirie de la partie civile, les réquisitions de l'avocat général, enfin la plaidoirie de la défense, à laquelle la partie civile et le ministère public peuvent répliquer, la parole étant toujours donnée en dernier à l'accusé ou à son avocat.

Retirés dans la salle des délibérations, la cour et le jury délibèrent ensemble sur la culpabilité de l'accusé concernant chaque fait spécifié et, s'il y a l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ASSISES COUR D'  » est également traité dans :

EUTHANASIE

  • Écrit par 
  • Véronique RACHET-DARFEUILLE
  •  • 2 946 mots

Dans le chapitre « Le régime pénal français »  : […] En France, le législateur a jusqu'à présent refusé de débattre de l'euthanasie. Celui-ci fut en effet saisi à plusieurs reprises de propositions élaborées notamment par l'Association pour le droit de mourir dans la dignité (A.D.M.D.) qui milite pour la légalisation de l'euthanasie active et la reconnaissance de la validité d'un « testament de vie ». Ce document, signé par la personne concernée, c […] Lire la suite

JURÉS

  • Écrit par 
  • Pierrette PONCELA
  •  • 515 mots

D'origine féodale et inspiré de l'exemple anglais, le jury fut introduit en France par la loi des 16 et 21 septembre 1791 ; cette dernière instituait un jury d'accusation chargé de l'instruction et un jury de jugement statuant sur la culpabilité. C'est aussi une dichotomie que le Code d'instruction criminelle de 1808 devait établir entre, d'une part, le jury juge de fait et, d'autre part, la cour […] Lire la suite

JUSTICE - Les institutions

  • Écrit par 
  • Loïc CADIET
  •  • 13 656 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Juridictions de l'ordre judiciaire »  : […] Le constat est particulièrement net pour l'ordre judiciaire, où coexistent juridictions civiles et juridictions pénales. L'organisation de la justice civile est relativement simple. En première instance, le tribunal de grande instance en est le pivot. Cette place particulière tient à sa qualité de juridiction de droit commun, ce qui n'exclut pas qu'il jouisse d'une compétence exclusive dans un nom […] Lire la suite

VIOL

  • Écrit par 
  • Martine BABE
  •  • 401 mots

Le viol est défini par l'article 222-23 du nouveau Code pénal comme « tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu'il soit, commis sur la personne d'autrui par violence, contrainte, menace ou surprise ». Pour constituer le viol, trois éléments sont retenus : — il faut un acte matériel, c'est-à-dire l'existence de rapports sexuels (à défaut de cet acte, il n'y aura que tentative de viol […] Lire la suite

Les derniers événements

10 novembre 2021 France. Condamnation de l'assassin de Mireille Knoll.

La cour d’assises de Paris condamne Yacine Mihoub à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une peine de sûreté de vingt-deux ans pour le meurtre de Mireille Knoll, en mars 2018, dans la capitale, avec la double circonstance aggravante de la vulnérabilité de la victime – âgée et atteinte de la maladie de Parkinson – et du « contexte global antisémite » de l’acte – Mireille Knoll était juive. […] Lire la suite

8 juillet 2021 France. Acquittement des pilotes dans l'affaire « Air Cocaïne ».

La cour d’assises spéciale d’appel d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) acquitte les deux pilotes de jet privé, Pascal Fauret et Bruno Odos, qui étaient accusés d’avoir participé à un trafic de cocaïne entre la République dominicaine et la France, en mars 2013. Ils avaient été condamnés à six ans de prison en première instance, en avril 2019. La cour confirme les peines de prison des sept autres accusés. […] Lire la suite

24 juin 2021 France. Condamnation de l'auteur de l'attentat du Louvre.

La cour d’assises de Paris spécialement composée condamne l’Égyptien Abdallah el-Hamahmy à une peine de trente ans de réclusion assortie d’une période de sûreté des deux tiers pour « tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste sur personne dépositaire de l’autorité publique » et « association de malfaiteurs terroriste criminelle ». […] Lire la suite

17-23 juin 2021 Côte d'Ivoire. Retour de Laurent Gbagbo et condamnation de Guillaume Soro.

Le 17, l’ancien président Laurent Gbagbo, acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) en mars, fait son retour à Abidjan. Il reste condamné dans son pays à vingt ans de prison, depuis janvier 2018, pour, notamment, « détournement de deniers publics ». Le 23, la cour d’assises d’Abidjan condamne par contumace Guillaume Soro à la prison à perpétuité pour, notamment, « atteinte à l’autorité de l’État ». […] Lire la suite

17 juin 2021 France. Procès de l'attentat contre des policiers sur les Champs-Élysées.

La cour d’assises spécialement constituée condamne Nourredine Allam à dix ans de prison pour « association de malfaiteurs » de droit commun. Celui-ci avait fourni un fusil d’assaut à Karim Cheurfi, un délinquant récidiviste qui, en avril 2017, avait tué un policier en faction sur l’avenue parisienne des Champs-Élysées, avant d’être abattu. La cour ne retient pas à son encontre la qualification de « terroriste ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël GREGOGNA, « ASSISES COUR D' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cour-d-assises/