Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

COTON

L’instabilité croissante des prix

Les principaux importateurs de coton furent pendant longtemps les pays européens qui importaient du Sud des États-Unis ou de leurs colonies les fibres de coton nécessaires à leurs industries textiles et qui exportaient ensuite leurs tissus de coton sur tous les continents. Liverpool reste ainsi le siège de la célèbre Liverpool Cotton Association qui réglemente le marché international du coton, et c'est dans cette ville qu'est toujours calculé l'indice A de Cotlook – la référence incontournable sur ce marché – qui prend en compte la moyenne des cinq cotations les plus basses des dix-neuf origines de fibres de coton à soie moyenne.

Alors que le prix du coton indiqué par cet indice était resté relativement stable entre 2003 et 2007 – autour de 50 à 60 centimes de dollar américain par livre –, il a ensuite augmenté, à l’instar des prix des céréales et des graines oléagineuses. Après une envolée au début de 2008, puis une rechute jusqu’en mars 2009, il a doublé une première fois entre cette dernière date et septembre 2010, puis une seconde fois entre septembre 2010 et février 2011. La barre historique de 1 dollar par livre a été dépassée en 2010, le record précédent remontant (une fois mis à part le brusque accès de fièvre du début de 1995) à 1860, donc au début de la guerre de Sécession, époque à laquelle les États du Cotton Belt des États-Unis étaient à l’origine des deux tiers des exportations mondiales de coton. En février 2011, le prix du coton a atteint la barre des 2 dollars par livre pendant une très courte période avant de retomber à nouveau, mais désormais avec une volatilité particulièrement marquée et une imprévisibilité de plus en plus grande. Pour rendre compte de cette situation interviennent les fluctuations de la production, liées aux aléas climatiques, ainsi que les variations de la demande, elles-mêmes liées à l’état des carnets de commandes des industries textiles. Mais les décisions des grands pays producteurs (comme la Chine) de stocker ou de déstocker le coton jouent également un rôle majeur dans les incertitudes des prix de marché.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, membre de l'Académie d'agriculture de France

Classification

Pour citer cet article

Jean-Paul CHARVET. COTON [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le

Médias

Cotonnier - crédits : Bill Barksdale/ Design Pics/ Getty Images

Cotonnier

Coton : principaux producteurs
 - crédits : Encyclopædia Universalis France

Coton : principaux producteurs

Coton : principaux importateurs
 - crédits : Encyclopædia Universalis France

Coton : principaux importateurs

Autres références

  • AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

    • Écrit par
    • 21 496 mots
    • 29 médias
    Aujourd'hui, la culture de rente la plus importante des savanes ouest-africaines est lecoton, par ailleurs cultivé depuis longtemps en Égypte, premier producteur africain, suivi désormais de près par le Mali. L'or blanc, cultivé du Sénégal au Tchad par de petits producteurs le plus souvent encadrés...
  • AGRICULTURE - Politiques agricoles et négociations internationales

    • Écrit par
    • 10 574 mots
    • 6 médias
    Signalons enfin que le groupe « coton-4 » (ou C-4), constitué de quatre pays très pauvres producteurs de coton (Bénin, Burkina Faso, Mali et Tchad) a réclamé la suppression des subventions américaines et européennes à la production de coton, ainsi qu’une indemnisation financière pour les pays...
  • APPALACHES

    • Écrit par , et
    • 5 988 mots
    ...nombre des travailleurs dans les villes et une régression de la population rurale permettant une augmentation de la taille moyenne des exploitations. C'est le travail du coton qui a marqué la première étape, suivie par la pénétration d'industries diversifiées, notamment chimiques et militaires. À l'origine,...
  • BURKINA FASO

    • Écrit par , , et
    • 7 432 mots
    • 5 médias
    ...plusieurs types d'agricultures : commerciales d'exportation et vivrières, destinées tant à l'autoconsommation qu'aux marchés locaux. Parmi les premières, le coton, dont la production a été multiplié par 2,5 en quinze ans, pour atteindre 600 000 tonnes en 2005-2006, occupe une place à part puisqu'il représente...
  • Afficher les 42 références