Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CONSOMMATION Dépenses de consommation

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par et

La consommation des ménages représente, pour la France, environ 60 p. 100 du produit intérieur brut, près du double des exportations et plus de trois fois le montant des investissements. C'est donc essentiellement elle qui contribue à la croissance de moyen terme. Elle sert, en outre, d'assiette à la plus grande partie des ressources fiscales alimentant les budgets publics. La consommation des ménages occupe donc une place centrale dans les grands agrégats macroéconomiques, mais son analyse laisse subsister des zones d'ombre.

Les données statistiques abondent, qu'elles proviennent du système de Comptabilité nationale (séries mensuelles sur la consommation des ménages en produits manufacturés, comptes trimestriels renseignant sur la consommation, les revenus et l'épargne, et comptes annuels détaillant la consommation à un niveau fin), d'enquêtes généralistes (telle l'enquête « budget de famille », réalisée tous les cinq ans, selon une approche harmonisée au niveau européen) ou spécialisées, issues du système statistique public ou du secteur privé (les « panels » de consommateurs davantage orientés vers les études de marketing). Cependant, la variété de ces sources ne fournit pas toujours l'information nécessaire pour les questions que les décideurs et les analystes se posent.

La consommation finale des ménages et la mesure de son évolution

Les comptes nationaux permettent d'étudier les évolutions de la consommation d'une sorte de « Français moyen ». Ils fournissent à la fois des résultats agrégés et un niveau de détail assez grand. Les séries les plus fines permettent de distinguer 297 postes. Ces données sont construites de façon à pouvoir décrire l'évolution de la consommation, produit par produit, année par année. Elles fournissent des séries de volumes et de prix. Par exemple, la part des produits des technologies de l'information et de la communication (T.I.C.) dans le budget des ménages est passée de 1,3 p. 100 à 4,2 p. 100 entre 1960 et 2005. Les Français consomment ces produits comme la moyenne européenne mais restent globalement moins équipés en téléphones mobiles. Au cours de la première moitié des années 2000, l'accès à haut débit a fait quadrupler le nombre des abonnés à Internet. Mais les conventions utilisées pour mettre à jour les données de ce type sont de plus en plus difficiles à respecter. Les producteurs et des intermédiaires commerciaux ont tendance, en effet, à proposer au consommateur des bouquets de produits indissociables, à multiplier les ventes promotionnelles et les soldes de toute nature. L'indice de prix pertinent est de ce fait plus complexe à élaborer, et par là, laisse planer un doute sur le sens et l'ampleur des évolutions de volume pour certains produits (transports par le train ou par l'avion, télécommunications, etc.). Néanmoins, les évolutions macroéconomiques sont assez aisément interprétables quand on descend ainsi au niveau le plus détaillé de la nomenclature de produits. Les évolutions des grands agrégats posent davantage de questions.

Dépenses de consommation finale

Les dépenses de consommation finale des ménages mesurent la valeur des dépenses effectuées par les ménages en biens et services, marchands ou non marchands. Sont également comptabilisés dans ces dépenses, l'autoconsommation de produits alimentaires, les avantages fournis par les employeurs à leurs salariés ou par l'armée aux militaires, les loyers fictifs des logements occupés par leurs propriétaires ou par les personnes logées gratuitement. Les services non marchands comptabilisés au titre des dépenses de consommation finale des ménages comprennent les paiements partiels des ménages aux administrations publiques (hôpitaux, crèches, organismes d'enseignement, musées, théâtres, établissements pour enfants ou adultes handicapés) et aux [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : sociologue, directeur de recherche, C.N.R.S.
  • : inspecteur général de l'I.N.S.E.E., chef de l'unité méthodes statistiques

Classification

Pour citer cet article

Nicolas HERPIN et Daniel VERGER. CONSOMMATION - Dépenses de consommation [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ACHAT POUVOIR D'

    • Écrit par
    • 5 643 mots
    • 2 médias
    La mesure du pouvoir d'achat fait intervenir les ressources, objet de la discussion précédente, mais également au dénominateur les prix des dépenses de consommation. L'outil de référence pour mesurer l'augmentation de ceux-ci est l'indice des prix à la consommation (I.P.C.). Depuis le début des années...
  • ACIER - Économie

    • Écrit par
    • 10 178 mots
    Laconsommation d'acier recouvre différentes notions plus ou moins aisées à traduire en chiffres. La consommation apparente d'acier est la somme de la production d'acier et des échanges nets d'acier (importations moins exportations). Les données exploitables sont, pour la production, les volumes de production...
  • LES ANNÉES POP 1956-1968 (exposition)

    • Écrit par
    • 1 144 mots

    En 1962, la Boutique de Ben ou The Store de Claes Oldenburg troublaient à leur manière la mince frontière qui séparait encore galerie et commerce, commerçant et artiste et, finalement, objet d'art et produit de consommation. Depuis lors, ce nouvel évangile de la consommation de masse s'est propagé...

  • ART (Aspects esthétiques) - Le beau

    • Écrit par
    • 5 576 mots
    • 6 médias
    ...monde de l'art, mais bien, comme c'était le cas dans l'Antiquité et au Moyen Âge, de prendre en compte le monde tel qu'il est aujourd'hui produit, perçu et consommé. C'est affaire ici tout à la fois de culture, de technologie et d'économie. Avançons que ce monde est façonné par une technologie, une économie...
  • Afficher les 60 références