CONSOMMATIONDépenses de consommation

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le prix et la demande du consommateur

Tout aussi essentiels que le revenu et le mode de vie, les prix constituent la troisième information dont dépend l'évolution de la consommation. Leur analyse ne repose pas seulement sur les comportements du consommateur. Les producteurs sont eux aussi à prendre en compte pour comprendre les changements dans les prix relatifs, de même que les caractéristiques de l'environnement institutionnel, puisque c'est l'interaction entre tous ces agents par l'intermédiaire des marchés qui détermine les prix et les quantités produites et consommées.

Facteurs de variation des prix relatifs

Les prix relatifs, tout comme les volumes échangés, varient dans le temps sous l'effet de plusieurs facteurs :

– ceux liés aux coûts de production. Certains produits, bénéficiant d'innovations techniques dans leur production ou d'économies d'échelle (ce sont souvent des biens industriels), vont voir leur prix relatif diminuer, contrairement à d'autres qui subissent les contrecoups soit du renchérissement de certains facteurs de production (notamment les services exigeant une main d'œuvre qualifiée trop rare), soit de la fluctuation des cours mondiaux.

– ceux liés à l'évolution de la structure du marché (tendance à la concurrence ou à l'oligopole) ou à une modification des règles étatiques.

– ceux liés, bien sûr aussi, à l'évolution de la demande (modification des goûts individuels liés à l'habitat, à la structure démographique de la population, à la participation des hommes et des femmes à l'emploi, au changement dans les contraintes perçues, budgétaires ou autres).

Un produit suit un itinéraire que décrit l'évolution simultanée de son prix et de son volume. Les produits ont des itinéraires diversifiés. Les séries longues de consommation de la Comptabilité nationale peuvent, à nouveau, servir d'illustration. Les évolutions s'orientent dans quatre directions opposées.

Types d'évolution des produits

La première direction est celle des produits de grande diffusion dont le prix relatif baisse continûment et dont le volume croît. En France, depuis les années 1980, on peut citer en exemple les produits laitiers frais, les lunettes de soleil, le matériel téléphonique, l'ordinateur domestique, et les consultations chez le médecin. Pour ces cinq produits, l'interprétation est analogue : la coexistence dans la période d'une hausse de la demande et d'une hausse de l'offre. L'accès à ces biens ou à ces services a été facilitée par l'amélioration des conditions de production (la diminution des coûts, la baisse des marges due à la grande distribution) ou par les politiques publiques visant à équilibrer les comptes des assurances-maladie (les visites chez le médecin). De plus, pour des raisons propres à chacun de ces produits (convictions diététiques ou besoins de communication), ces cinq biens ou ces services ont des caractéristiques en phase avec la demande. Leur diffusion est donc devenue un phénomène de masse.

La deuxième direction est celle que suivent les produits anciens à la recherche d'une niche, dont le prix croît continûment et dont le volume baisse. C'est le cas, en France, également depuis les années 1980, pour les pommes de terre, l'habillement sur mesure, le linge de maison, les wagons-restaurants, les cinémas. Les mouvements de l'offre et de la demande conjuguent leurs effets pour accélérer le déclin de ces biens et de ces services : la demande baissant, on observe une sorte de cercle vicieux, puisque les coûts augmentent en raison d'un processus inverse aux économies d'échelle, entraînant mécaniquement en retour la baisse des volumes. Il peut y avoir aussi une réaction des producteurs entraînant une hausse de prix relatif : recentrage sur le haut de gamme, exploitation de « niches ». Dans ces cas, la réduction des volumes est moindre que celle des quantités physiques à cause de l'effet qualité. C'est aussi dans cette catégorie que l'on trouve des produits faisant l'objet de politiques publiques visant à réduire la consommation, comme on le voit avec l'exemple du tabac, mises en œuvre quand la santé publique l'exige.

Une troisième direction est celle de produits à fort potentiel dont le prix et le volume croissent continûment. En France, ambulances, agences de voyages, parkings, conseils financiers et fiscaux, esthétique corporelle et plats cuisinés sont des illustrations de ces produits en expansion, mais dont le volume aurait eu u [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : sociologue, directeur de recherche, C.N.R.S.
  • : inspecteur général de l'I.N.S.E.E., chef de l'unité méthodes statistiques

Classification

Autres références

«  CONSOMMATION  » est également traité dans :

CONSOMMATION - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 818 mots

Bien que la consommation soit une notion qui s'applique à une expérience quotidienne, sa définition précise est complexe. Les conventions de la comptabilité nationale distinguent les consommations selon leur destination (consommations intermédiaires et consommations finales) et selon les agents économiques qui en sont responsables (consommation des ménages, qui correspond à la notion intuitive de […] Lire la suite

CONSOMMATION - Comportement du consommateur

  • Écrit par 
  • Bernard DUBOIS, 
  • Marc VANHUELE
  •  • 8 995 mots
  •  • 1 média

Par « comportement du consommateur », on entend l'ensemble des comportements qui se rapportent à l'acquisition de biens et services. On y inclut l’exposition à des messages commerciaux et à d’autres types d’information, l'expérience de l’utilisation des biens et services achetés et l'abandon éventuel de ces produits. La consommation occupe une place importante dans les activités des individus, en […] Lire la suite

CONSOMMATION - Critiques de la consommation

  • Écrit par 
  • Louis PINTO
  •  • 2 358 mots
  •  • 1 média

Les critiques de la consommation peuvent être classées d'après différents principes. Selon que l'on prête, ou non, un sens historique précis à la notion de consommation, on distinguera entre des critiques intemporelles et celles qui ont été engendrées par le développement du capitalisme. Selon la portée que l'on attache au mot de critique, on distinguera des critiques plutôt pratiques, liées à l'u […] Lire la suite

CONSOMMATION - Droit de la consommation

  • Écrit par 
  • Gaëlle PATETTA
  •  • 5 466 mots

Selon une acception commune, le droit de la consommation désigne l'ensemble des normes, règles et instruments visant à assurer la protection et à accroître le rôle du citoyen dans tous les actes où il exerce sa faculté d'acquérir et de consommer des biens. La prise de conscience, dans le monde développé, de la nécessité de protéger les consommateurs contre la puissance de leurs partenaires économi […] Lire la suite

ACHAT POUVOIR D'

  • Écrit par 
  • Stéfan LOLLIVIER
  •  • 5 611 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'indice des prix à la consommation »  : […] La mesure du pouvoir d'achat fait intervenir les ressources, objet de la discussion précédente, mais également au dénominateur les prix des dépenses de consommation. L'outil de référence pour mesurer l'augmentation de ceux-ci est l'indice des prix à la consommation (I.P.C.). Depuis le début des années 2000 (et notamment depuis le passage à l'euro en 2002), celui-ci est suspecté de sous-estimer […] Lire la suite

ACIER - Économie

  • Écrit par 
  • Franco MANNATO
  •  • 10 109 mots

Dans le chapitre « La consommation apparente d'acier »  : […] La consommation d'acier recouvre différentes notions plus ou moins aisées à traduire en chiffres. La consommation apparente d'acier est la somme de la production d'acier et des échanges nets d'acier (importations moins exportations). Les données exploitables sont, pour la production, les volumes de production d'acier brut et, pour les échanges, les volumes de produits sidérurgiques importés et ex […] Lire la suite

LES ANNÉES POP 1956-1968 (exposition)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 1 140 mots

En 1962, la Boutique de Ben ou The Store de Claes Oldenburg troublaient à leur manière la mince frontière qui séparait encore galerie et commerce, commerçant et artiste et, finalement, objet d'art et produit de consommation. Depuis lors, ce nouvel évangile de la consommation de masse s'est propagé jusqu'à nous pour imprégner l'exposition Les Années pop 1956-1968 , qui s'est tenue du 15 mars au 2  […] Lire la suite

ART (Aspects esthétiques) - Le beau

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 5 573 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Le retour du beau »  : […] Par rapport à cette situation pas si lointaine, il est d'autant plus surprenant que nous assistions depuis la fin de l'époque moderne, et plus exactement durant le dernier quart du xx e  siècle (le terme « post-moderniste » fut utilisé pour la première fois en 1968, celui de « postmoderne » en 1974), à une réhabilitation de la beauté. Pour mesurer l'ampleur de ce retour, il importe de ne pas se li […] Lire la suite

AUTOFINANCEMENT

  • Écrit par 
  • Geneviève CAUSSE
  •  • 5 233 mots

Dans le chapitre « Le bien-fondé de l'autofinancement »  : […] Par référence explicite ou implicite au modèle de financement traditionnel selon lequel tous les fonds investis ont été épargnés préalablement, et où le financement des investissements n'interfère pas avec la distribution des revenus, on a pu dire que l'autofinancement, épargne forcée, affectait sensiblement la distribution et pesait notamment sur les consommateurs et sur les salariés des entrepr […] Lire la suite

BESOIN, sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 635 mots

Tout comme les plantes et les animaux, les hommes ont des besoins. Pour en rendre raison, de nombreuses typologies ont été proposées. Le plus souvent, elles hiérarchisent les besoins en partant des plus élémentaires (nourriture, abri, pulsions sexuelles…) jusqu’aux moins « naturels » (recherche de pouvoir, sociabilité, réalisation de soi, etc.). Déjà ancienne, puisqu’elle date des années 1940, la […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6 février 2018 États-Unis. Annonce d'un déficit commercial record.

Ces chiffres, les plus élevés depuis 2008, s’expliquent par la reprise économique qui stimule les dépenses de consommation de biens importés. […] Lire la suite

4-24 février 2009 États-Unis. Plans d'aide à la relance économique

Afin de relancer la consommation, un tiers de la somme est affecté aux allégements fiscaux; le reste des dépenses publiques se répartit entre des aides aux petites entreprises et aux États en difficulté ainsi qu'en investissements dans les domaines de la santé, de l'éducation, du logement social, des infrastructures et des énergies propres. Le 18, face à la crise du crédit immobilier, qui a éclaté durant l'été de 2007 et qui est à l'origine de la crise financière et économique mondiale d'octobre 2008, Washington débloque un fonds de stabilisation de 75 milliards de dollars pour aider les propriétaires menacés de saisie immobilière, et propose de rééchelonner les dettes et de renégocier les prêts immobiliers des ménages. […] Lire la suite

24 avril 1998 Japon. Adoption d'un plan de relance sans précédent

Jusqu'alors privilégié, l'assainissement des comptes publics cède la place à des dépenses nouvelles (12 000 milliards de yen), notamment pour des grands travaux (7 700 milliards) auxquelles s'ajoutent des réductions d'impôts (à hauteur de 4 600 milliards). Les experts restent sceptiques sur la capacité de ce plan à relancer la consommation intérieure. […] Lire la suite

21-29 avril 1997 France. Dissolution de l'Assemblée nationale

Adhésion à la poursuite des réformes – baisse des dépenses publiques, lutte contre le chômage, adaptation du système éducatif et de la protection sociale, réforme de la justice ; adhésion aux décisions à prendre à l'échelle européenne – passage à la monnaie unique, réforme des institutions, élargissement de l'Union, réforme de l'Alliance atlantique, construction d'une Union « au service des hommes » ; adhésion enfin aux « valeurs qui fondent notre communauté nationale et donnent à la France son destin singulier [. […] Lire la suite

17 février 1993 États-Unis. Présentation d'un programme économique d'une rigueur drastique

La hausse des impôts et des taxes – avec la création d'une taxe sur la consommation d'énergie – doit rapporter 250 milliards de dollars en cinq ans, et la réduction des dépenses publiques – le secteur le plus touché est celui de la Défense –, 253 milliards de dollars durant la même période. Le déficit budgétaire doit ainsi être ramené au-dessous de 200 milliards de dollars, contre plus de 320 milliards actuellement. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas HERPIN, Daniel VERGER, « CONSOMMATION - Dépenses de consommation », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/consommation-depenses-de-consommation/