ENCOMIENDA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La pratique de l'encomienda, qui s'est instituée au xvie siècle dans l'Amérique espagnole, s'inspirait de celle que suivit au Moyen Âge l'Espagne à l'égard des musulmans vaincus. L'encomienda rappelle aussi une institution plus ancienne, en vertu de laquelle des paysans libres et de petits propriétaires se « confiaient » à des seigneurs puissants, leur fournissant des produits de la terre, des redevances, ou des services personnels en échange de leur protection.

Dans les colonies espagnoles d'Amérique, la Couronne, à travers ses représentants, « confiait » (encomendar) un certain nombre d'Indiens à un colon espagnol (encomendero) en récompense de ses services ; l'encomendero percevait, en or, en nature, ou en travail, le tribut dû à la Couronne par les Indiens, qu'il devait en contrepartie protéger, convertir au christianisme et « civiliser ». En 1503, des textes institutionnalisèrent cette pratique qui se superposa au repartimiento : les encomenderos purent ainsi se procurer de la main-d'œuvre pour exploiter leurs mines et leurs terres. À l'encontre des intentions royales, les Indiens furent dépossédés de leurs terres et pratiquement réduits en esclavage. Cette exploitation suscita des oppositions (Montesinos en 1511, soutenu par l'ordre de saint Dominique, Las Casas en 1514) ; la couronne d'Espagne s'efforça à plusieurs reprises de limiter ce système et de l'abolir, mais elle se heurta à la résistance des colons. Au xviie siècle, cette institution perdit quelque peu de son intérêt, car le gouvernement espagnol exigea un plus grand pourcentage sur les revenus. À partir de 1701, les encomiendas détenues in absentia, puis, à partir de 1718, celles dont les titulaires étaient morts, revinrent à l'administration royale. En outre, le droit de les octroyer appartint au roi seul et non plus aux administrateurs des colonies. Les encomiendas disparurent à la fin du xviiie siècle, mais l'exploitation de la main-d'œuvre indienne persista dans de nombreuses régions de l'Amérique espagnole, grâce au système de l'hacienda.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  ENCOMIENDA  » est également traité dans :

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 21 932 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'économie »  : […] C'est dans la seconde moitié du xvi e  siècle que se stabilisent, pour plus d'un siècle, les grands traits de structure de l'économie coloniale américaine. L'institution de l' encomienda , qui avait été pour les premiers pobladores une source abondante de rentes seigneuriales et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-histoire-amerique-espagnole/#i_10296

AMÉRIQUE LATINE, économie et société

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL
  •  • 13 178 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le monde rural »  : […] La production agricole a augmenté rapidement en Amérique latine dans les dernières décennies, aussi bien la production vivrière que les produits d'exportation . La production alimentaire par habitant a également progressé, avec des situations très diverses selon les pays, des écarts qui s'expliquent par le caractère encore archaïque de la répartition foncière du sous-continent. Celle-ci se caracté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-economie-et-societe/#i_10296

COLONIALISME & ANTICOLONIALISME

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 6 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'affrontement des théologiens »  : […] L'affrontement commence avec les grandes découvertes et les premières occupations territoriales, et oppose alors des théologiens. C'est d'ailleurs le pape Alexandre VI qui, par la bulle Inter caetera , a, le 3 mai 1493, partagé les mondes découverts et à découvrir entre l'Espagne et le Portugal afin que « la loi catholique et la religion soient exaltées et partout amplifiées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colonialisme-et-anticolonialisme/#i_10296

CONQUISTADORES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 2 552 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'enracinement »  : […] Si les conquistadores ont attaché tant de prix à la possession des encomiendas , c'est qu'elles représentent le seul véritable bénéfice qu'ils aient tiré de la conquête. Leur part de butin avait toujours été au-dessous de leurs espérances, ou dissipée aussitôt que gagnée : on dit que Mancio Sierra de Leguizamo, à qui échut pour lot le soleil d'or du temple du Cuzco, le perdit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conquistadores/#i_10296

GUATEMALA

  • Écrit par 
  • Marie-Chantal BARRE, 
  • Carine CHAVAROCHETTE, 
  • Noëlle DEMYK, 
  • Michel GUTELMAN
  •  • 8 902 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La colonisation »  : […] Les Espagnols pénétrèrent pour la première fois au Guatemala en 1523. Pedro de Alvarado, lieutenant de Cortés, ne réussit à soumettre définitivement le Guatemala qu'au bout d'un an de guerre, après avoir écrasé la place forte de Quezaltenango. Il y exerça une tyrannie sanglante, brûlant et pillant les villages, déportant et vendant les indigènes. Il est à l'origine du système de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guatemala/#i_10296

LAS CASAS BARTOLOMÉ DE (1474-1566)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 1 760 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Clerc et colon aux Antilles »  : […] Bartolomé de Las Casas est né à Séville, d'une famille de marchands (peut-être des conversos , ou juifs convertis) en relation avec les Colomb. Son père prit part au deuxième voyage du découvreur. Bartolomé lui-même, qui avait reçu les ordres mineurs, partit chercher fortune à Hispaniola ( Haïti) en 1502. Il y reçut une encomienda ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bartolome-de-las-casas/#i_10296

MEXIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Henri ENJALBERT, 
  • Roland LABARRE, 
  • Cécile LACHENAL, 
  • Jean A. MEYER, 
  • Marie-France PRÉVÔT-SCHAPIRA, 
  • Philippe SIERRA
  •  • 32 124 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La « siesta colonial » »  : […] Les trois siècles de la période coloniale correspondent à la domination des idées mercantilistes. Les colonies ne doivent servir qu'à la prospérité de la métropole et leurs échanges ne se faire qu'avec elle, selon le système dit de l'exclusif. L'empire espagnol apparaît ainsi comme un coffre rempli d'or et d'argent, que les corsaires des autres pays, et les pirates de la région, essayent de pill […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mexique/#i_10296

NOUVEAU MONDE CHRONIQUES DU

  • Écrit par 
  • Jacques LAFAYE, 
  • Itamar OLIVARES
  •  • 3 658 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les chroniqueurs espagnols »  : […] La Couronne espagnole, soucieuse de perpétuer la gloire de ses conquêtes, encourageait le mouvement historiographique spontané de soldats et de prêtres. De plus, elle créa le poste officiel de Cronista Mayor et conçut des questionnaires type, en vue de faciliter la recherche de toutes les particularités des Indes . La première histoire des découvertes et des conquêtes fut écrite par l'humaniste mi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chroniques-du-nouveau-monde/#i_10296

Pour citer l’article

« ENCOMIENDA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/encomienda/