Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CONFRÉRIES MUSULMANES

Rôle historique des confréries musulmanes

Bien qu'une minorité seulement de musulmans se soient affiliés aux confréries, celles-ci n'en ont pas moins joué un rôle historique de premier plan. Elles ont fourni des missionnaires pour la conversion des populations conquises et développé un mysticisme populaire qui a facilité l'adhésion des masses. Elles ont souvent animé la résistance aux envahisseurs chrétiens et dirigé quelques reconquêtes victorieuses, telle celle menée au Maghreb au xvie siècle. Dans certains empires musulmans, elles ont contribué à entretenir jusqu'à nos jours les particularismes tribaux ou nationaux : ainsi chez les Kurdes, les Albanais, les Berbères.

Par leur extension à l'ensemble du monde islamique et leur centralisation théorique, les confréries ont pu donner l'illusion d'une force politique redoutable. Toutefois la cohésion entre les diverses branches d'un même ordre fut toujours très faible, et la dénonciation d'un « péril confrérique » faite par les Européens du xixe siècle relève de l'aspect légendaire du panislamisme.

En revanche, dans les pays musulmans où le pouvoir étatique était faible ou nul, le rôle politique des confréries fut souvent essentiel : ainsi en Cyrénaïque et dans le Maghreb, en Afrique noire et en Indonésie. Aux époques d'anarchie, elles formaient le seul cadre social solide et en vinrent à assumer des pouvoirs politiques voire étatiques. Après la Seconde Guerre mondiale, le chef de la Sanūsīya est devenu le souverain constitutionnel de la Libye par simple reconnaissance d'un état de fait. En Algérie, les confréries ont, du xvie à la fin du xixe siècle, incarné le sentiment d'indépendance des populations, en combattant ou en composant avec les Turcs, puis avec les Français. Dans la Turquie ottomane, elles ont imposé leurs directives à certains sultans faibles ou mystiques, mais se sont vu rabaisser par les souverains énergiques. L'une d'elles, la Bekt'āchīya, a constamment animé et dominé le corps des janissaires.

Les activités sociales et charitables des confréries furent toujours importantes et demeurent fort utiles. Comme elles possèdent généralement des biens immobiliers importants, sous forme de biens de mainmorte, et collectent régulièrement des aumônes, elles peuvent entretenir des écoles de divers niveaux, aider les voyageurs, les malades et les pauvres.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

    • Écrit par Marc PIAULT
    • 9 619 mots
    • 1 média
    ...confréries. Les fidèles se réunissent et vivent autour d'un personnage savant et saint qui les instruit et maintient une collectivité pieuse de subsistance. Les confréries ont joué un rôle comparable à celui des sociétés initiatiques traditionnelles. Outre les mouvements classiques de l'islam, Qadriya (née...
  • ALAOUITES ou NUṢAYRĪS

    • Écrit par Jaafar AL-KANGE
    • 1 297 mots

    La secte shī‘ite des Nuṣayrīs (An-Nuṣayriyya), qu'on appelle plus couramment Alaouites (Alawites), représente environ 11 p. 100 de la population syrienne. Elle est implantée principalement dans la région montagneuse du djebel Anṣariyya (anciennement as-Summāk), au nord de l'est côtier du pays....

  • ALGÉRIE

    • Écrit par Charles-Robert AGERON, Universalis, Sid-Ahmed SOUIAH, Benjamin STORA, Pierre VERMEREN
    • 41 835 mots
    • 22 médias
    Pendant les trois siècles de la domination turque, le pays fut islamisé en profondeur par des sociétés mystiques que les Occidentaux ont appelées confréries (en arabe tariqa : voie) et par des personnages religieux, marabouts et chorfa. Ces santons isolés, ces cheikhs de confréries ou de confédérations...
  • ANSARS ou ANÇĀRS

    • Écrit par Yves THORAVAL
    • 724 mots

    Nom donné aux croyants de Médine qui recueillirent et protégèrent le prophète Mahomet lors de sa fuite de La Mecque, les Ansars (en arabe : les défenseurs) sont souvent appelés : Ansar An-Nabi (« défenseurs du Prophète »). Au Soudan, les Ansars, ralliés au parti Umma, sont l'une...

  • Afficher les 30 références

Voir aussi