COLMAR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chef-lieu du Haut-Rhin, Colmar comptait, en 2012, 68 842 habitants, et l'aire urbaine 127 625 habitants. Une communauté d'agglomération de Colmar a été créée en 2003, elle compte quatorze communes en 2015, année où elle prend le nom de Colmar agglomération.

Grand Est : carte administrative

Grand Est : carte administrative

Carte

Carte administrative de la région Grand Est. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Colmar se situe en plaine, à 200 mètres d'altitude, au pied d'un cône de déjection formé par la Fecht. Elle est dominée par la vallée de Munster et le massif du Hohneck (1 362 mètres). La ville communique avec la Lorraine par les cols de la Schlucht (1 145 mètres) et du Bonhomme (949 mètres) ainsi que par le tunnel routier de Sainte-Marie-aux-Mines. Elle tire traditionnellement sa richesse du vignoble et de ses fonctions administratives.

Appellée Colombarium, la villa franque est citée en tant que colombier d'un grand domaine carolingien. La corporation (ou tribut) des vignerons est la plus ancienne de la ville. Après avoir appartenu à diverses institutions religieuses de Payerne (Suisse), de Constance (Allemagne) et de Munster, la ville devient cité impériale en 1226, puis la capitale de la Décapole, alliance des villes impériales d'Alsace, en 1354. Elle est réputée pour sa foire aux vins à partir de 1305. La Réforme y est introduite en 1575. Occupée par les Suédois durant la guerre de Trente Ans, elle est prise par les Français en 1634 et Louis XIII reconnaît les privilèges de la cité. Elle devient ville royale française après le traité de Nimègue (1678). Si Louis XIV fait démanteler ses fortifications, il lui attribue le siège du Conseil souverain d'Alsace (bâtiment du Koifhus). En 1791, la ville devient chef-lieu et évêché du Haut-Rhin. Durant l'annexion à l'Allemagne (1871-1918), le vignoble grandit démesurément vers la plaine, au détriment d'une production de qualité. En 1944-1945, les combats de la Libération sont destructeurs dans la « poche de Colmar » (libérée le 2 février 1945).

Ville moyenne prospère, Colmar s'appuie sur le tourisme, la viticulture, l'industrie manufactur [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : maître de conférences de géographie, enseignant-chercheur à l'I.U.F.M. d'Alsace, Strasbourg

Classification


Autres références

«  COLMAR  » est également traité dans :

ALSACE

  • Écrit par 
  • Françoise LÉVY-COBLENTZ, 
  • Raymond WOESSNER
  • , Universalis
  •  • 6 606 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Libertés et urbanisme dans le cadre du Saint Empire romain germanique »  : […] Au xii e  siècle commence l'âge d'or des cités. Des campagnards abandonnent la glèbe pour l'artisanat et le négoce, déjà pleins de promesses lucratives, et c'est l'éclosion de villes nouvelles, l'agrandissement des anciennes. Après Strasbourg obligée d'élargir plusieurs fois son enceinte, Haguenau, sise aux portes d'un château impérial, reçoit un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alsace/#i_3576

BARTHOLDI FRÉDÉRIC AUGUSTE (1834-1904)

  • Écrit par 
  • Thérèse BUROLLET
  •  • 1 100 mots
  •  • 1 média

Architecte et sculpteur français. Bartholdi perd très tôt son père et est élevé par une mère sévère qui n'approuve guère son goût pour les arts ni ses résultats médiocres au lycée Louis-le-Grand. Elle lui permet cependant d'étudier l'architecture puis la peinture dans l'atelier d'Ary Scheffer. Celui-ci, maître estimé et sensible, pressent les dons du jeune homme et, devant quelques essais de model […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-auguste-bartholdi/#i_3576

MATTHIAS GRÜNEWALD (expositions)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 113 mots

Dans la floraison de génies qui marque, en ce premier tiers du xvi e  siècle, la peinture de la Renaissance dans le monde germanique, Matthias Grünewald (1475 env.-1528) occupe une place à part. Bien que faisant partie des tout grands, aux côtés de Dürer, Baldung Grien, Holbein, Cranach, Altdorfer, il est souvent considéré un peu à part. Alors […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matthias-grunewald-exposition/#i_3576

Pour citer l’article

Raymond WOESSNER, « COLMAR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/colmar/