COLUMBIA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Columbia est, avec Warner Bros, une des majors hollywoodiennes qui ont été dirigées le plus longtemps par leurs fondateurs. Harry Cohn (1891-1958) et son frère Jack, associés au juriste Joe Brandt – tous trois transfuges du studio Universal – ont fondé à Hollywood une société, nommée C.B.C. d'après leurs initiales, et dont les ambitions sont si modestes qu'on l'a surnommée, d'après ce sigle, « Corned Beef and Cabbage ». Le trio la rebaptise Columbia en 1924, et achète un petit studio au cœur de Hollywood. La jeune société, qui n'est qu'une petite entreprise parmi d'autres sur le marché des compléments de programme et des circuits populaires, va devenir aux environs de 1930 une des huit majors qui dominent le cinéma américain et mondial.

Lorsque Joe Brandt vend ses parts à Harry Cohn celui-ci devient à la fois président de Columbia et chef de la production – cas unique dans l'univers des majors – alors que son frère Jack dirige la distribution depuis les bureaux de New York. Homme fruste, connu pour ses mauvaises manières vis-à-vis des acteurs (et des actrices), ainsi que des réalisateurs, incarnation parfois caricaturale du moghul hollywoodien, « ce tyran qui savait faire des films » est doté d'un très sûr instinct commercial et d'une grande habileté dans le montage des budgets. C'est sur lui que repose l'ascension de la Columbia, qui avait commencé par produire des films à petit budget, des séries B (westerns et petites comédies) et des serials (Blondie, The Shadow, Jungle Jim, Terry et les pirates). Une minorité de films A, grâce à Frank Capra, lui permet d'obtenir quelques oscars dans les années 1930 (New York-Miami, L'Extravagant Mr Deeds, Vous ne l'emporterez pas avec vous). Ne disposant pas d'un grand nombre d'acteurs de premier plan sous contrat (le studio a toutefois découvert Jean Arthur, Cary Grant, Rita Hayworth), Harry Cohn sait emprunter aux grands studios les stars en disgrâce ou momentanément sans affectation. C'est le cas du duo Clark Gable-Claudette Colbert, « prêtés » par MGM et Paramount pour New York-Miami (1934), une des meilleures recettes de la Columbia.

La stratégie évolue à partir de 1940. Harry Cohn s'engage catégoriquement dans les films A, en préservant la tradition des séries et des feuilletons (les Trois Stooges auront duré de 1934 à 1959) et des westerns (avec Budd Boetticher en particulier). Grâce à de nouveaux réalisateurs à qui il sait faire confiance, et à des acteurs comme Rita Hayworth, Glenn Ford, William Holden, Jack Lemmon, ou encore Frank Sinatra dont il relance la carrière, la production et la diffusion s'honorent de films prestigieux qui sont souvent des succès : La Dame de Shanghai, Gilda, Tant qu'il y aura des hommes, Ouragan sur le Caine, Picnic, Le Pont de la rivière Kwaï, Lawrence d'Arabie (ces deux derniers en coproduction avec le Royaume-Uni).

Ancien distributeur des dessins animés de Disney aux débuts du parlant, Columbia développe cette activité, créant son propre studio en 1940, embauchant notamment Frank Tashlin, puis s'engageant aux côtés de la jeune UPA de Stephen Bosustow (Mr Magoo, Gerald McBoingBoing). Cette attention permanente aux compléments de programme et aux séries amène logiquement les frères Cohn à s'intéresser aux débouchés offerts par la télévision : bien avant les autres majors, dès 1951, ils créent leur filiale télévisuelle spécialisée, Screen Gems.

Jack et Harry Cohn décédés respectivement en 1956 et 1958, le studio continue sur sa lancée, mais les difficultés financières affectent son fonctionnement dans les années 1970. Le nom du studio est attaché à des films comme La Dernière Séance, Nos Plus Belles années, Taxi Driver, ainsi qu'à des films d'indépendants comme Robert Altman, ou Denis Hopper (Easy Rider sera en 1969 le film symbole de toute une génération). Mais le seul succès important de la période, celui qui aurait sauvé Columbia de la faillite, est Rencontres du troisième type de Steven Spielberg (1977). Par [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  COLUMBIA  » est également traité dans :

CAPRA FRANK (1897-1991)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 808 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le cinéaste du New Deal »  : […] L'itinéraire de Frank Capra est celui d'un petit Sicilien né à Palerme le 18 mai 1897, fils d'un ramasseur d'oranges, arrivé aux États-Unis à l'âge de six ans et désireux d'avoir un jour, selon le titre original de son autobiographie, The Name above the Title ( Le Nom au-dessus du titre ). Après avoir travaillé pour pouvoir se payer des études de technologie en Californie, il engage un vieil acte […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-22 janvier 2021 États-Unis. Assaut du Capitole et investiture du président Joe Biden.

Le 7 également, Joe Biden désigne le président de la cour d’appel du district de Columbia Merrick Garland au poste d’attorney general (ministre de la Justice). Le 8, il nomme la gouverneure de Rhode Island Gina Raimondo au secrétariat au Commerce et, le 11, l’ancien diplomate et ancien secrétaire d’État adjoint William Burns à la tête de la CIA. Ces nominations devront être confirmées par le Sénat. […] Lire la suite

7-13 mars 2019 États-Unis. Condamnation de Paul Manafort.

Le 13, une juge fédérale du district de Columbia condamne Paul Manafort à soixante-treize mois de prison pour avoir dissimulé, au cours de l’enquête « russe », ses activités de conseil au service du pouvoir ukrainien prorusse entre 2005 et 2014, et pour avoir demandé à des témoins de mentir. […] Lire la suite

6-28 novembre 2018 États-Unis. Élections de mi-mandat.

Aux élections des gouverneurs, les démocrates remportent 9 États ou territoires supplémentaires (Illinois, Kansas, Maine, Michigan, Nevada, Nouveau-Mexique, Wisconsin et les territoires de Guam et des îles Vierges), totalisant un nombre de 28 gouverneurs (23 États, 4 territoires et le district de Columbia). Les républicains perdent 7 États et n’en conquièrent qu’un (Alaska), conservant 28 sièges de gouverneur (27 États et 1 territoire). […] Lire la suite

4 septembre - 6 octobre 2018 États-Unis. Accusations portées contre le candidat à la Cour suprême Brett Kavanaugh.

Le 4 débutent devant la commission des Affaires juridiques du Sénat les auditions du candidat à la Cour suprême choisi par le président Donald Trump, Brett Kavanaugh, juge à la cour d’appel du district de Columbia. Le 13, la sénatrice de Californie Dianne Feinstein, membre de la commission des Affaires juridiques, indique avoir saisi le FBI d’une accusation de tentative de viol perpétrée lors d’une soirée entre lycéens, en 1982, visant Brett Kavanaugh. […] Lire la suite

9 juillet 2018 États-Unis. Nomination de Brett Kavanaugh à la Cour suprême.

 Bush à la Maison-Blanche, est juge à la cour d’appel du district de Columbia. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel SAUVAGET, « COLUMBIA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/columbia/