MILLER ARTHUR (1915-2005)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Arthur Miller avait coutume de clore ses entretiens par un souriant et modeste : « Je crois que j'ai écrit de beaux rôles. » Comédiens et metteurs en scène ne sauraient le démentir, tant le public de par le monde – de Broadway à Pékin, de Paris à Rome et Londres – a chaleureusement applaudi ses personnages tourmentés, prêts à sacrifier leur vie pour sauvegarder leur dignité personnelle – aussi bien Willy Loman, le commis-voyageur, que John Proctor, le fermier de Salem, Eddie Carbone, le débardeur de Brooklyn, ou Sylvia Gellburg, gagnée par la paralysie à la veille de l'Holocauste. Arthur Miller postule en effet que tout homme, fût-il d'humble origine, peut prétendre à l'étoffe d'un héros, ce qui l'amène à se définir à la fois comme observateur critique du rêve américain et auteur tragique. Une posture très singulière dans le théâtre des États-Unis.

Avant de s'éteindre à quatre-vingt-neuf ans dans sa vaste propriété de Roxbury au cœur du Litchfield County (Connecticut), le 10 février 2005, Arthur Miller a habité son siècle avec force et lucidité, maniant « l'art comme une arme à seule fin d'humaniser l'homme ». Une lucidité combative doublée d'une intégrité ombrageuse qui l'amènera notamment à comparaître en 1956, sous la férule du sénateur Mac Carthy, devant la commission d'enquête sur les activités anti-américaines, où sa conduite est exemplaire, à défendre hardiment ses collègues écrivains bâillonnés en Europe de l'Est et ailleurs lorsqu'il présidera le Pen Club international de 1965 à 1969, ou encore lorsqu'il soutiendra un candidat à l'investiture démocrate tel que McGovern, en 1972. Une force puisée dans une vie riche de rencontres, d'événements et de voyages.

Un moraliste

Né le 17 octobre 1915 aux franges de Harlem, Arthur Miller connaît une enfance heureuse dans une famille aisée de drapiers-tailleurs ; on va à la synagogue de la 114e rue, et tout est sérénité jusqu'en 1929, lorsque la famille ruinée doit déménager à Brooklyn. Pour payer ses études, le jeune Arthur trouve de petits emplois, dont l'un dans une usine de pi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeure des Universités, présidente de l'Institut franco-américain de Rennes

Classification


Autres références

«  MILLER ARTHUR (1915-2005)  » est également traité dans :

LES DÉSAXÉS, film de John Huston

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 909 mots

Les Désaxés ( The Misfits ) est à l'origine une nouvelle écrite par Arthur Miller à Reno, alors qu'il attendait que soit prononcé le divorce qui lui permettrait d'épouser Marilyn Monroe. Le film, qui n'eut guère de succès à l'époque, est aujourd'hui connu pour des raisons qui tiennent moins à son contenu qu'à la vie de ses interprètes. Clark Gabl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-desaxes/#i_9521

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 197 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'homme du progrès »  : […] Même si les bois de Concord ou du Michigan, l'étang de Walden ou les rives du Mississippi et, de nos jours, la nature domestiquée des jardins de faubourgs résidentiels et des ports du cap Cod semblent être immédiatement accessibles, ils ne sont perçus et décrits que dans un univers dominé ou cerné par la machine, le chemin de fer, le bateau à vapeu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_9521

MONROE MARILYN (1926-1962)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 603 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le désir d'être actrice »  : […] Mais Marilyn Monroe ne se satisfait pas de cet amour superficiel et de cette gloire qu'elle pressent éphémère. Elle veut qu'on l'aime pour son intelligence, pour son âme, pour son talent d'actrice. La plus grande star du moment se faufile dans les derniers rangs des cours de Lee Strasberg à l'Actors Studio de New York et apprend son métier avec le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marilyn-monroe/#i_9521

SALEM PROCÈS DE (1692)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 261 mots

L'un des ultimes procès de sorcellerie de l'Amérique coloniale. Au printemps de 1692, à Salem Village (Mass.), bourg puritain, surgit une vague d'excitation parmi des jeunes femmes, en particulier dans l'entourage du révérend Samuel Parris (1653-1720) ; son esclave, Tituba, y est aussi impliquée. Il s'ensuit une série de délations, qui n'épargnent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proces-de-salem/#i_9521

SIGNORET SIMONE (1921-1985)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 759 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le choix de l'engagement »  : […] Étonnant parcours que celui de cette femme qui fut l'une des rares comédiennes françaises à atteindre une stature internationale. Rarement vedette de l'écran aura été plus populaire. Pourtant, Simone Signoret a toujours récusé l'étiquette de « star », encore plus celle de « monstre sacré ». Peut-être fut-elle davantage que cela : une sorte de consc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/simone-signoret/#i_9521

WILLIAMS TENNESSEE (1911-1983)

  • Écrit par 
  • Marie-Claire PASQUIER
  •  • 2 550 mots
  •  • 2 médias

Tennessee Williams est, avec Arthur Miller, l'une des deux figures qui émergent le plus nettement du théâtre américain contemporain. Ils prennent tous deux la relève d'Eugene O'Neill, assurent le pont entre la génération des années 1930 (Clifford Odets, Maxwell Anderson, Elmer Rice, Thornton Wilder) et celle de l'après-guerre. Tous deux ont un ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tennessee-williams/#i_9521

Pour citer l’article

Liliane KERJAN, « MILLER ARTHUR - (1915-2005) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-miller/