MONROE MARILYN (1926-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la fois sensuelle, innocente et enfantine, Marilyn Monroe a conquis hommes et femmes. Elle a surtout incarné la mutation du système hollywoodien : elle fut en effet la dernière star « à l'ancienne » qui, toute sa vie, s'est battue pour s'imposer comme une vraie actrice. En la transformant en « icône » du pop art dans ses tableaux, Andy Warhol opéra une dernière métamorphose.

Des débuts laborieux

Norma Jeane Mortenson, qui prendra plus tard le nom de Baker, naît à Los Angeles en 1926. Elle connaît une enfance difficile entre une mère atteinte de troubles mentaux et internée à plusieurs reprises et un père inconnu. Ballottée d'orphelinats en familles d'adoption, peut-être violée alors qu'elle n'avait qu'une dizaine d'années, elle pense échapper à sa condition en se mariant dès seize ans. Son physique attirant lui permet de devenir modèle dès 1944. Marilyn Monroe restera fidèle à l'objectif de l'appareil photo jusqu'à sa fin prématurée : elle est sans doute la star hollywoodienne qui s'est le plus prêtée aux grands photographes (Milton Green, Bert Stern), pour lesquels elle fut une véritable inspiratrice.

Marilyn Monroe

Photographie : Marilyn Monroe

Norma Jean Mortenson, qui prendra plus tard le nom de Baker, avant de devenir Marilyn Monroe (1926-1962). 

Crédits : Keystone Features/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Elle se retrouve ensuite à Hollywood, actrice sans expérience, cantonnée aux films à petit budget. Ni la 20th Century-Fox, ni la Columbia, ni la M.G.M. ne se doutent de son potentiel. De ses débuts, on retiendra son irruption dans le bureau du détective privé Groucho Marx dans La Pêche au trésor (Love Happy, David Miller, 1949). Dans Quand la ville dort (The Asphalt Jungle, 1950), John Huston lui donne son premier véritable rôle, celui de la jeune protégée du notable Louis Calhern ; déjà sa conception très personnelle du « sex appeal » est en place quand elle entrebâille une porte, mi-sirène, mi-innocente. Ève (All about Eve, Joseph L. Mankiewicz, 1950) confirme son ascension. Dans le rôle de Miss Casswell, jeune actrice sans talent mais au physique notable, elle se moque déjà d'elle-même, ou plutôt de l'image qu'Hollywood veut divulguer d'elle.

All About Eve, de J. L. Mankiewicz, 1950

Photographie : All About Eve, de J. L. Mankiewicz, 1950

Anne Baxter, Bette Davis, Marilyn Monroe et George Sanders, de gauche à droite, dans «All about Eve» (1950), de Joseph Leo Mankiewicz. 

Crédits : 20TH CENTURY FOX/ Album/ AKG

Afficher

Son bref mariage avec le joueur de base-ball Joe DiMaggio, gloire nationale dont le machisme ne sut accepter l'image publique de sa femme, mais qui lui restera fidèle au-delà de la mort, lui gagne les journaux à gros tirages. Mais, après qu'elle a interprété avec sincérité le rôle d'une ouvrière d'usine dans Le démon s'éveille la nuit (Clash by Night, Fritz Lang, 1951) et réussi une création secondaire mais étourdissante de secrétaire inconsciente de ses charmes dans Chérie je me sens rajeunir (Monkey Business, Howard Hawks, 1952), qui confirme son vrai talent de comédienne, la 20th Century-Fox, où elle est sous contrat, la promeut enfin aux premiers rôles.

Elle se révèle inattendue mais convaincante en criminelle psychopathe dans Troublez-moi ce soir (Don't Bother to Knock, Roy Ward Baker, 1952), puis en femme adultère et toujours criminelle, dans Niagara (Henry Hathaway, 1953). Ce dernier film est certainement l'un des premiers où transparaissent les signes de la future icône cinématographique : les draps du motel sous lesquels on la devine nue et la robe moulante, rose « shocking » (« Quand on porte une robe pareille, on a sans doute commencé à y penser dès l'âge de quatorze ans », commente sa rivale).

Cette même année, c'est Howard Hawks qui fait d'elle, et à jamais, une star à part entière, avec la comédie musicale Les hommes préfèrent les blondes (Gentlemen Prefer Blondes, 1953). Devinant le manque d'assurance de la femme et de la comédienne, Hawks lui offre une partenaire féminine brune, grande et sûre d'elle-même (Jane Russell) qui, dans le film comme pendant le tournage, la rassure et la couve. De « blonde idiote » qu'elle était dans l'imagination un peu cruelle de l'écrivain Anita Loos, le personnage de Lorelei Lee devient, dans l'interprétation aérienne et comme somnambulique de Marilyn Monroe une fausse idiote qui prend les hommes au piège de leur propre bêtise. Il n'émane d'elle ni méchanceté ni agressivité. Les femmes perçoivent sa vulnérabilité et ne la considèrent pas comme une rivale. La prude Hollywood lui pardonne tout, même d'avoir posé nue pour un calendrier quand elle était une jeune actrice sans contrat. Une triomphale tournée en Corée afin de soutenir le moral des G.I. achève de lui gagner tous les cœurs : sa manière de chanter, comme dans un souffle, fait fondre les plus réticents.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Marilyn Monroe

Marilyn Monroe
Crédits : Keystone Features/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

All About Eve, de J. L. Mankiewicz, 1950

All About Eve, de J. L. Mankiewicz, 1950
Crédits : 20TH CENTURY FOX/ Album/ AKG

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : historien du cinéma, maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, membre du comité de rédaction de la revue Positif

Classification

Autres références

«  MONROE MARILYN (1926-1962)  » est également traité dans :

CERTAINS L'AIMENT CHAUD, film de Billy Wilder

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 1 051 mots
  •  • 1 média

Certains l'aiment chaud ( Some Like it Hot ) est un sommet de la comédie américaine parodique, construite sur le thème du travestissement. C'est la seconde collaboration entre Billy Wilder et Marilyn Monroe, devenue le sex-symbol du cinéma hollywoodien des années 1950, dans les dernières années du code d'autocensure de William Hays. Ensemble, Billy Wilder et Marilyn avaient mis à rude épreuve la […] Lire la suite

LES DÉSAXÉS, film de John Huston

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 909 mots

Les Désaxés ( The Misfits ) est à l'origine une nouvelle écrite par Arthur Miller à Reno, alors qu'il attendait que soit prononcé le divorce qui lui permettrait d'épouser Marilyn Monroe. Le film, qui n'eut guère de succès à l'époque, est aujourd'hui connu pour des raisons qui tiennent moins à son contenu qu'à la vie de ses interprètes. Clark Gable mourra d'un infarctus quelques semaines après la […] Lire la suite

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 798 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Technique et mythologie érotiques »  : […] L'érotisme ne pouvant être le paradis du cinéaste, il sera sa croix, en tout cas sa hantise, grandissant sans cesse, comme sur les affiches et dans les autres domaines de la publicité. Un film comme Benjamin (1967) double ses recettes par un sous-titre alléchant : Mémoires d'un puceau . « Civilisation du cul », affirme Godard dans Deux ou trois choses que je sais d'elle (1966) ; il fait dire au […] Lire la suite

MILLER ARTHUR (1915-2005)

  • Écrit par 
  • Liliane KERJAN
  •  • 1 655 mots

Dans le chapitre « Le désespoir surmonté »  : […] Par ailleurs, la vie privée d'Arthur Miller, qui considère que « l'homme et la femme sont toujours en conflit, le pire c'est la victoire de l'un ou l'autre », a également alimenté son œuvre au même titre que la cellule familiale originelle. Ses trois mariages, d'abord avec sa condisciple de l'université du Michigan, Mary Slattery, de 1940 à 1956, puis avec Marilyn Monroe, de 1956 à 1961 – pour qu […] Lire la suite

STARS ET VEDETTES

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 604 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Comment se fabrique une étoile »  : […] La vedette d'un film est l'interprète suffisamment connu(e) pour que le public dise en parlant de lui (ou d'elle) : « Un film de X...  » Cette coutume, sur laquelle J. G. Auriol s'interrogeait déjà en 1946, fait moins du film « l'œuvre » de l'interprète que son domaine, sa propriété (et sa vitrine) : c'est lui, ou elle, qu'on va voir dans son film. Tous les films d'une star forment, aux yeux de so […] Lire la suite

STERN BERT (1929-2013)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 408 mots

Le photographe américain Bert Stern a aidé à redéfinir la photographie commerciale aux États-Unis. Il a également réalisé des clichés emblématiques de célébrités, telles que Twiggy, mannequin et actrice, Elizabeth Taylor et Audrey Hepburn. Ses photographies les plus connues demeurent cependant celles qu’il prit de Marilyn Monroe pour le magazine Vogue six semaines avant la mort de la star, en 196 […] Lire la suite

WILDER BILLY (1906-2002)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 2 402 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'impossible retour »  : […] La grande histoire reprend alors ses droits. Chargé de la dénazification du monde du spectacle germanique, et désireux d'avoir des nouvelles de sa famille, c'est un Billy Wilder sans uniforme qui rejoint le quartier général de l'armée américaine à Londres au printemps de 1945. Immobilisé dans la capitale anglaise jusqu'en juin, il sera le premier spectateur des films de diverses nationalités tourn […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian VIVIANI, « MONROE MARILYN - (1926-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marilyn-monroe/