BORZAGE FRANK (1893-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Frank Borzage

Frank Borzage
Crédits : Hulton Getty

photographie

Désir, de Frank Borzage

Désir, de Frank Borzage
Crédits : Paramount Pictures Corporation/ Collection privée

photographie


Représentant le plus caractéristique du mélodrame cinématographique américain né avec Griffith et De Mille, illustré par de nombreux films de Vidor, de Wellman, de King, de Stahl et, après la guerre, de Sirk et de Daves.

Frank Borzage

Frank Borzage

photographie

Le réalisateur Frank Borzage dirige Joan Crawford et Alan Curtis dans une scène de Mannequin (1938). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Dans les années trente, le prestige de Borzage fut immense ; il reste grand aujourd'hui auprès des historiens du cinéma, bien que la plupart de ses films soient perdus, semble-t-il. Il connaît son premier succès en 1920 avec Humoresque. En 1927, c'est un triomphe que rencontre L'Heure suprême (Seventh Heaven), émouvante histoire d'amour dans une mansarde parisienne. L'érotisme de La Femme au corbeau (The River) fait sensation en 1929. En 1932, Borzage adapte L'Adieu aux armes (A Farewell to Arms) de Hemingway. Son chef-d'œuvre, que l'on peut encore voir dans les cinémathèques, Ceux de la zone (A Man's Castle, 1934), dénonce l'énorme chômage provoqué par la dépression de 1929, mais la critique sociale baigne dans un envoûtant climat poétique. Plus optimiste, Desire (1936) doit beaucoup à Lubitsch.

Désir, de Frank Borzage

Désir, de Frank Borzage

photographie

Marlene Dietrich et Gary Cooper dans Desire (Désir, 1936), de Frank Borzage. 

Crédits : Paramount Pictures Corporation/ Collection privée

Afficher

Sa carrière se poursuit après la guerre, mais rien ne permet plus de distinguer Borzage d'autres vétérans d'Hollywood : Frank Lloyd, Archie Mayo, Ray Enright, Bruce Humberstone, Richard Thorpe, John Cromwell... Borzage reste pour sa peinture du couple, « si délicate et si pure, note Henri Agel, qu'elle pourrait sembler désuète en un temps qui est marqué du sceau d'Antonioni et de Bergman, mais le sourire de Borzage, son réalisme intimiste, la chaleur de ses atmosphères préservent cette délicatesse de toute fadeur ».

—  Jean TULARD

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Jean TULARD, « BORZAGE FRANK - (1893-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/frank-borzage/