CINÉMA (Aspects généraux)Les théories du cinéma

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Réalisme ontologique et homme imaginaire

C'est en tant que reproduction, grâce au privilège qu'offre le cinéma de la rencontre avec l'actuel et le présent des hommes (Rossellini), ou comme négation d'un moyen de reproduction et d'information (Welles), que des ruptures se produisent au commencement des années quarante. Le moment affirmatif, inventif, des débuts du cinéma et l'unanimisme des années trente sont morts avec la guerre. Rossellini comme Welles semblent implicitement se demander dans leurs films : « Qu'est-ce que le cinéma ? ». Cela seul rapproche deux démarches autrement ennemies. La même question sera formulée par André Bazin (1918-1958), qui la léguera à ses disciples de la nouvelle vague. Ceux-ci en feront explicitement le centre de leurs films.

La photogénie et la cadence pour Delluc, le ciné-œil et le ciné-vérité pour Vertov n'avaient rien d'un oubli de la technique et d'une grâce de la présence. André Bazin se réclame d'une essence originaire et méconnue : il veut un cinéma libéré de l'esthétique et du style, et fondé sur ce qu'il appelle le « réalisme ontologique de l'image photographique » (1945). C'est, enfin, la révélation de la nature sans l'homme. Le hasard et la nature ont plus de talent que les cinéastes : cette leçon ne sera pas oubliée par Jacques Rivette, Jean-Luc Godard, Eric Rohmer et d'autres. Bazin est le premier à écrire une esthétique du cinéma parlant, car même la profondeur de champ et le plan-séquence (où il voit l'aboutissement du réalisme ontologique, tandis que le montage serait une manipulation subjective et idéologique des images) n'ont réalisé toutes leurs possibilités qu'avec le son. Le cinéma, pour Bazin, répond à un désir anthropologique : la défense contre la mort, le sauvetage de l'être par l'apparence. Le cinéma, c'est la momie du changement. Sur l'écran se révèle l'image de la durée. C'est pourquoi Bazin ne veut pas de coupure, de mise à mort, mais un montage invisible et même interdit. Ainsi se recrée, par la reproduction, la durée de ce qui a été devant la caméra : une sorte d'aura d'emprunt, obtenue grâce à l'unicité de la trace. Cette révélation de la durée, ce réalisme ontologique, est d'ordre spirituel. Et Bazin n'hésitera pas à valoriser des films qui n'ont rien à voir avec le réalisme, qu'il soit ontologique ou non.

Par contre, pour certains théoriciens du néo-réalisme, qui iront jusqu'à rejeter Visconti, ou pour Siegfried Kracauer (1899-1966) dans Theory of Film (1960), la « rédemption de la réalité physique » par la photographie devient une norme qui permet de juger ce qui est du cinéma et ce qui n'en est pas. Bien que, pour beaucoup de théoriciens, cette « réalité cinématographique » soit elle-même un leurre qui obéit à d'autres fantasmes.

Pour Edgar Morin (né en 1921), le cinéma a pris son essor par-delà la réalité (Le Cinéma ou l'homme imaginaire, 1957). Sa partie imaginaire se confond avec notre substance obscure, et dans le ciel de nos rêves trouve place l'infini de ses étoiles : les « stars ». La photogénie ne proviendrait même que du caractère hallucinatoire de la perception cinématographique, du charme de l'image, de sa présence d'absence, de sa dimension magique et du pouvoir d'identification, d'aliénation, qu'elle implique. Non seulement tout cela sera repris, dans d'autres perspectives, par Metz et Baudry, mais ce qu'on pourrait appeler l'« antinomie » entre Bazin et Morin (proche du « débat » Lumière-Méliès...), qui déterminait déjà les débuts de Welles, comme l'antinomie entre fiction et document, réalité et imaginaire, fable et discours, ou bien l'opposition entre Hollywood et Rossellini, ou bien sous une autre forme la relation entre identification et distanciation (avec Brecht à l'appui) vont caractériser la « nouvelle modernité du cinéma » après 1958.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Antonin Artaud dans La Passion de Jeanne d'Arc

Antonin Artaud dans La Passion de Jeanne d'Arc
Crédits : Henry Guttmann/ Getty Images

photographie

Eisenstein

Eisenstein
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CINÉMA  » est également traité dans :

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

La première projection du cinématographe Lumière a lieu le 28 décembre 1895, au Grand Café, boulevard des Capucines à Paris. Le nouvel art puisera abondamment dans le trésor dramatique aussi bien théâtral que romanesque, du xixe siècle finissant. Il lui empruntera sa puissance d'évocation liée à l'appétit de conquête d'une société industrielle en plei […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - La cinéphilie

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 4 017 mots

S'il fleure bon le grec, comme le cinématographe, le terme « cinéphile » est – lui aussi – une création bien française qui supplante rapidement son malheureux rival « cinémane », et s'implante peu à peu dans le monde entier, comme l'atteste son adoption par les Anglais. Le mot recèle un pouvoir d'expansion qui ne se limite aucunement à « l'amour du cinéma », si l'on entend par là le goût indiffére […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Les cinémathèques

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 4 480 mots

Le terme de cinémathèque est apparu au milieu des années 1930. Depuis, il n'a cessé de se brouiller. Dans les premières décennies du septième art, né comme spectacle à la fin de 1895, identifié comme art autour de 1910, la proposition de faire du cinéma un objet de collection ne pouvait que relever du non-sens. Lorsqu'il a conquis son premier public, le plus souvent sur les champs de foire du tour […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Les techniques du cinéma

  • Écrit par 
  • Michel BAPTISTE, 
  • Pierre BRARD, 
  • Jean COLLET, 
  • Michel FAVREAU, 
  • Tony GAUTHIER
  •  • 17 490 mots
  •  • 17 médias

Avant de devenir un art et une industrie, le cinéma est une somme de techniques. Du xviiie siècle à nos jours, mais surtout au xixe siècle, une suite de découvertes aboutit à la mise au point des premières caméras. Par un brevet en date du 13 février 1895, les frères Lum […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - L'industrie du cinéma

  • Écrit par 
  • Pierre-Jean BENGHOZI, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 17 612 mots
  •  • 9 médias

Les industries du cinéma ont été et restent des industries mineures, si l'on compare leurs chiffres d'affaires ou le nombre de leurs personnels avec ceux d'autres secteurs industriels ; en France, par exemple, les recettes du cinéma correspondent au seul chiffre d'affaires d'une grande société de vente par correspondance. En revanche, si l'on replace les industries du film dans l'économie des médi […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Le droit du cinéma

  • Écrit par 
  • Gaëlle ROMI, 
  • Raphaël ROMI
  •  • 5 707 mots

Remise en question de façon récurrente par l'évolution du marché, la création cinématographique recouvre un ensemble d'activités protégées par un droit essentiellement économique. Celui-ci traite en particulier des conditions de régulation d'un secteur bénéficiant d'une limitation de la concurrence, notamment au moyen d'aides publiques. En tant qu'activité de production et de divulgation de conten […] Lire la suite

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'avant-garde

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 11 535 mots
  •  • 3 médias

Le cinéma d’avant-garde n’est pas une école. On hésite à écrire que c’est un genre cinématographique, quoiqu’adopter ce terme comme hypothèse de travail permette de le circonscrire plus facilement. Le cinéma d’avant-garde s’est d’abord défini « contre » : contre le cinéma traditionnel, littéraire, industriel, d’où la difficulté de le considérer comme un genre à part entière – ce ne sera plus le ca […] Lire la suite

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma documentaire

  • Écrit par 
  • Guy GAUTHIER, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 5 453 mots
  •  • 2 médias

L'origine du mot « documentaire » est incertaine. On peut noter son emploi dans des articles restés célèbres, mais sa première apparition en tant que substantif pour désigner une catégorie de films n'a pas été localisée avec précision. Ce n'est qu'avec l'apparition de Nanouk l'Esquimau (Robert Flaherty, 1922) qu'un nouveau mot se devait d'être employé. Il fu […] Lire la suite

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'animation

  • Écrit par 
  • Bernard GÉNIN, 
  • André MARTIN
  •  • 17 835 mots
  •  • 6 médias

La représentation symbolisée, suggérée ou réalisée du mouvement apparaît comme une tentation constante des arts plastiques. Des siècles de simulacre magique (comme les peintures rupestres datant de la préhistoire et représentant des animaux à huit pattes, comme saisis en pleine course), de théâtre d'ombres ou de spectacle de projection confirment la persistance du vieux rêve humain de donner le mo […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 770 mots
  •  • 11 médias

Dans le vocabulaire courant, les termes « metteur en scène », « réalisateur » et « cinéaste » sont synonymes et interchangeables. Pourtant, si l'on s'en tient aux définitions, les deux notions sont bien différentes. Réaliser, pour le dictionnaire Robert, c'est « faire exister à titre de réalité concrète ce qui n'existait que dans l'esprit », et le « réalisateur » est « la personne qui dirige toute […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Youssef ISHAGHPOUR, « CINÉMA (Aspects généraux) - Les théories du cinéma », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-les-theories-du-cinema/