PAVIE CHARTREUSE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fondée en 1396 par Jean Galeas Visconti, seigneur de Milan, la chartreuse de Pavie est le monument le plus important et le plus significatif de la première renaissance lombarde. L'église, construite en brique, présente un curieux mélange de traditions gothiques et de formes nouvelles. Sa tour lanterne est particulièrement originale. Mais la partie la plus célèbre est la façade de marbre commencée en 1473 par Giovanni Solari, et à laquelle on travailla jusqu'en 1560. La partie inférieure, exécutée avant 1499, est l'œuvre des plus grands sculpteurs lombards de la fin du xve siècle : Amadeo (fenêtres), Mantegazza (médaillons), Gian Cristoforo Romano et Benedetto Briosco (portail central). Ce fastueux morceau d'architecture et de sculpture est en général considéré comme l'une des sources où les ornemanistes de la première renaissance française vinrent puiser, directement ou indirectement, leur inspiration. On y trouve, en effet, les médaillons à l'antique, les pilastres ornés de rinceaux ou de « candélabres » et tout le vocabulaire décoratif qui s'épanouira plus tard à Gaillon et à Blois. Comme toutes les chartreuses, celle de Pavie est pourvue de deux cloîtres, richement décorés de sculptures en terre cuite : le « petit cloître » serait l'œuvre de Guiniforte Solari. Mantegazza, Amadeo et Giovanni da Cairate auraient travaillé au « grand cloître ». Dans le croisillon sud de l'église s'élève le tombeau de Jean Galeas Visconti, dû principalement à Gian Cristoforo Romano (1497) ; par sa structure (édicule quadrangulaire isolé) comme par sa conception (héroïsation du défunt), il marque une rupture avec les tombeaux médiévaux et préfigure les grands monuments funéraires de la Renaissance (projets de Michel-Ange pour le tombeau de Jules II ; sépultures des Valois à Saint-Denis).

—  Jean-René GABORIT

Écrit par :

  • : conservateur général chargé du département des Sculptures, musée du Louvre

Classification


Autres références

«  PAVIE CHARTREUSE DE  » est également traité dans :

AMADEO GIOVANNI ANTONIO (1447 env.-env. 1522)

  • Écrit par 
  • Catherine CHAGNEAU
  •  • 102 mots

Sculpteur et architecte, sensible à l'exemple de Filarète, Amadeo adapta la tradition décorative lombarde au répertoire de la Renaissance toscane. Il construisit la chapelle du Colleone à Bergame (1470) et succéda à Giovanni Solari à la direction des travaux du Duomo et de l'Ospedale Maggiore de Milan en 1481. Appelé plusieurs fois à la chartreuse de Pavie pour d'importants ouvrages de sculpture ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-antonio-amadeo/#i_10172

BERGOGNONE ou BORGOGNONE AMBROGIO DA FOSSANO dit (1450-1523)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 301 mots

Le nom de Bergognone apparaît pour la première fois, en 1481, sur une liste d'immatriculation d'artistes milanais, ce qui permet de supposer qu'il dirigeait alors un atelier, mais on ignore quels avaient été ses maîtres. Sa première œuvre signée et datée, La Crucifixion (1490, chartreuse de Pavie), et les peintures qui l'ont sans doute précédée (par exemple, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bergognone-borgognone/#i_10172

CLOÎTRES

  • Écrit par 
  • Léon PRESSOUYRE
  •  • 5 529 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fin d'un conflit »  : […] Cependant, dès la fin du xii e  siècle, l'opposition apparemment irréductible entre l'esthétique cistercienne et l'esthétique clunisienne tendait à s'abolir. En 1188, le chapitre général de l'ordre de Cîteaux prend des mesures pour empêcher les abbayes de s'endetter à l'occasion de constructions somptueuses. Ces prescriptions sont renouvelées – ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cloitres/#i_10172

SOLARI LES

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 708 mots
  •  • 2 médias

Famille d'artistes italiens. On ignore quels furent les débuts de Cristoforo Solari dit il Gobbo (actif de 1489 à 1520), sculpteur et architecte, frère aîné du peintre Andrea Solario. En 1489, il est à Venise, travaillant à l'autel de la chapelle Saint-Jean (détruit) dans l'église Santa Maria della Carita. Mais l'essentiel de sa carrière se déroule en Lombardie, à Milan et à la chartreuse de Pavie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-solari/#i_10172

Pour citer l’article

Jean-René GABORIT, « PAVIE CHARTREUSE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chartreuse-de-pavie/