ANDINE CHAÎNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La tectogenèse et l'orogenèse andines

À l'Albien, les premiers signes du passage d'un régime où la distension est dominante à un régime marqué par la compression se font sentir.

En Colombie, à cette époque, se réalise la collision d'une partie des blocs exotiques à substratum océanique avec le continent. Dans le nord de la Cordillère centrale, des ophiolites chevauchent des roches continentales, avant d'être recoupées par un granitoïde d'âge crétacé supérieur. Une situation très semblable se présente dans la chaîne de Magellan, où ce chevauchement se fait vers le nord. Au Pérou, une partie de la zone côtière se plisse à ce même moment. Puis vient, dans les Andes centrales et méridionales, la succession des grandes phases de compression qui vont donner à la chaîne son architecture ; elles se situent à la fin du Crétacé, au Paléocène, à l'Éocène et au Miocène (en particulier vers sa fin). De fait, ce calendrier du déroulement des phases n'a pas partout la même valeur et rares sont les cas où l'âge des phases est bien précisé par les données paléontologiques ou géochronologiques. Quoi qu'il en soit, il est certain que partout la déformation se propage des zones internes de la future chaîne, proches du Pacifique, vers les zones externes. Certes, chaque phase de déformation reprend, en général en les accentuant, les structures les plus externes dues à la phase précédente, mais elle incorpore aussi à la chaîne, à l'avant, des secteurs jusqu'alors non déformés. Dans les Andes liminaires, les zones internes sont effectivement déformées précocement, mais faiblement, et on n'y observe que de vastes plis très ouverts dans lesquels les strates ne changent pas d'épaisseur. En position plus externe, on rencontre généralement des zones faillées qui sont souvent d'anciennes zones de changement de faciès associées à des failles normales s'aplatissant en profondeur. Lors des phases de compression, ces failles se réactivent, en compression cette fois, donnant des chevauchements qui souvent utilisent des niveaux de décollement, argileux ou gypseux. Il en résulte des ceintures très déformées, à plis et écailles presque toujours déversés vers l'est. C'est là que se développent des plis en chevron dissymétriques vers l'est et à schistosité axiale bien marquée et même localement un faible métamorphisme dynamique contemporain de la déformation. L'âge de ces structures, qui ressemblent souvent mais en beaucoup plus petit, à celles des Rocheuses canadiennes ou du Wyoming, varie selon les secteurs : au Chili, elles datent de la fin du Crétacé, mais sont éocènes dans le Pérou nord et central.

Pérou central : profil tectonique

Dessin : Pérou central : profil tectonique

Profil tectonique à travers le Pérou central (entre 7 et 9° S). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'événement de la fin du Crétacé se traduit aussi dans les Andes liminaires par un soulèvement faible mais généralisé qui provoque l'expulsion de la mer hors du continent, si l'on excepte les bassins côtiers et quelques transgressions éphémères qui peuvent même atteindre le bassin subandin. Dans les Cordillères occidentales de l'Équateur et de Colombie, la mise en place des terrains océaniques se poursuit au Crétacé supérieur, puisque des terrains de cet âge, encore à faciès de mer profonde, sont affectés par des grands chevauchements, voire des nappes selon certains auteurs, qui mettent en contact des unités crétacées, les unes métamorphiques, les autres non. En Équateur, il est possible que cette mise en place se poursuive au Paléocène, ou même à l'Éocène. À l'extrême sud du continent, dans la Cordillère de Magellan, le serrage nord-sud reprend à la fin du Crétacé et au début du Tertiaire : les molasses du Crétacé supérieur, produit de l'érosion des parties internes de la chaîne, sont déformées et soulevées au Paléogène, subissent alors un raccourcissement de 50 p. 100 et elles forment une ceinture plissée et écaillée de 50 kilomètres de large chevauchant vers le nord.

Au Tertiaire, des bassins continentaux, de plus en plus petits et morcelés à mesure que le temps passe, remplacent partout les grands bassins marins du Crétacé. Ils sont remplis par des dépôts lacustres et fluviatiles molassiques issus de la destruction des reliefs liés aux plissements et surrections antérieurs. Il s'y intercale des coulées pyroclastiques et de laves émanant de volcans alignés, là encore, parallèlement à la fosse océanique, ce qui montre la permanence dans le temps des phénomènes magmatiques liés à la subduction. Puis vient le moment où ces bassins intramontagneux sont à leur tour plissés et in [...]

Amérique du Sud à l'Albo-Cambrien et à l'Éocène

Dessin : Amérique du Sud à l'Albo-Cambrien et à l'Éocène

Paléogéographie du bord ouest de l'Amérique du Sud (a) à l'Albo-Cénomanien et (b) à l'Éocène. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Structure des Andes

Structure des Andes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Pérou central : profil tectonique

Pérou central : profil tectonique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Bassins andin et subandin au Crétacé

Bassins andin et subandin au Crétacé
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Amérique du Sud à l'Albo-Cambrien et à l'Éocène

Amérique du Sud à l'Albo-Cambrien et à l'Éocène
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ANDINE CHAÎNE  » est également traité dans :

ALTIPLANO

  • Écrit par 
  • Olivier DOLLFUS
  •  • 550 mots
  •  • 3 médias

Une partie des Andes est occupée par de hautes plaines, appelées altiplano, dont on distingue plusieurs types, de la Bolivie à la Colombie. L'Altiplano péruvo-bolivien est un ensemble de hautes plaines, entre 3 600 et 4 200 mètres, coupées de petits chaînons montagneux, qui s'étire sur 1 000 kilomètres entre le 15 e et le 25 e degré de latitude sud. L'Altiplano occupe un secteur subsident rempli […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 183 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La zone frontière sud-caraïbe : chaîne sud-caraïbe et Andes septentrionales »  : […] La zone frontière entre les plaques Caraïbes et Amérique du Sud comprend deux édifices génétiquement distincts qui en constituent l'ossature : la chaîne andine et la chaîne sud-caraïbe. Elle est marquée par la présence de grands décrochements intimement associés à la structuration des deux chaînes : décrochements dextres d'El Pilar et d'Oca (de direction est-ouest), de Bocono (nord-est - sud-oues […] Lire la suite

CARAÏBES - L'aire des Caraïbes

  • Écrit par 
  • Christian GIRAULT
  •  • 5 000 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La configuration du bassin : arcs insulaires et bordures continentales »  : […] Dans le bassin des Caraïbes, le domaine maritime occupe une place majeure et joue un rôle fondamental depuis la Conquête. Le contrôle des mers, des passages entre les îles et des isthmes a toujours été crucial pour assurer la domination des empires (espagnol, anglais, français, hollandais, etc.) et la sécurité du commerce colonial et postcolonial. Aujourd'hui encore, des lignes maritimes important […] Lire la suite

GLACIERS

  • Écrit par 
  • François ARBEY, 
  • Louis LLIBOUTRY
  •  • 13 001 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Glaciers des cordillères américaines »  : […] Le sud de l'Alaska compte 90 000 kilomètres carrés de champs de glace, glaciers composés et de piémont (parmi ces derniers, le glacier Malaspina, d'environ 2 000 kilomètres carrés, entièrement en zone d'ablation). Sur le versant sud de la cordillère de la Côte (60 0 de latitude nord), des précipitations supérieures à 3 mètres d'eau par an abaissent la ligne d'équilibre à 600-800 mètres, et font q […] Lire la suite

MONTAGNES - Formation des chaînes de montagnes

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Maurice MATTAUER, 
  • Jacques-Louis MERCIER
  •  • 11 321 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'exemple des Andes centrales »  : […] La chaîne andine fait partie de la ceinture sismique et volcanique péripacifique appelée « ceinture de feu ». Sous les Andes, la répartition des foyers des séismes montre que ceux-ci se trouvent dans une zone qui, partant de la fosse océanique péruano-chilienne, plonge avec un angle de 10 à 30 0 sous le continent sud-américain. Cette zone sismique est la manifestation de ce phénomène géodynamique […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François MÉGARD, « ANDINE CHAÎNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chaine-andine/