CATASTROPHES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La prise de risque

La prise de risque suppose une bonne perception du risque et s'appuie sur la fiabilité, ou non, de la prévision de tel ou tel événement. L'avis du scientifique est toujours sollicité mais non déterminant, car d'autres critères, en particulier économiques, influent sur les prises de décision des autorités responsables.

Les prises de risque individuelles peuvent être d'ordre sociologique (alcoolisme, tabagisme, accidents de la route, etc.), et correspondent à des réalités personnelles. Mais d'autres sont directement liées à l'obligation de survie, notamment dans les régions particulièrement pauvres. Les cendres déposées après une éruption volcanique explosive ou les limons amenés par de redoutables inondations constituent les terres les plus fertiles : les populations reviennent s'installer après les désastres, malgré une bonne perception des risques encourus. Le Bangladesh, pays de mousson, est situé au pied des montagnes les plus hautes du monde (forte hydrographie) et au ras de l'eau. À chaque arrivée de cyclone (1,5 par an), la montée des eaux marines, due aux baisses de pression atmosphérique, et les précipitations inondent de 20 à 60 p. 100 de ce pays, provoquant des dizaines de milliers de victimes. Dès qu'une nouvelle île naît du delta après une inondation, des familles s'y installent, en attendant d'être balayées par un prochain cataclysme. Ont-elles le choix ?

Les prises de risque collectives, concernant essentiellement les risques majeurs, ne s'embarrassent que très inégalement de l'opinion publique. Dans le cas des séismes, si la perception du risque est bien réelle, la prévision de ces événements est quasi nulle. Pour la plupart, on connaît les zones où ils risquent de se produire, mais on ne peut pas dire quand. La seule approche fiable s'établit sur les grandes failles tectoniques le long desquelles les portions où il ne s'est pas produit encore de séisme, c'est-à-dire là où les contraintes accumulées par les confrontations des plaques lithosphériques ne se sont pas encore libérées, sont les plus menacées sismiquement. San Francisco (plus de 7 millions d'habitants pour la métropole formée avec Oakland et San José) est établie sur la faille de San Andreas, la plus surveillée au monde. Imaginons que les scientifiques parviennent à prévoir la survenue d'un séisme avec une fourchette de ± 3 jours. On évalue (cf. C. Allègre, Les Fureurs de la Terre, 1987) le coût d'une évacuation totale – arrêt de travail, évacuation, encadrement, logistique, etc. – à 2 milliards de dollars par jour. Les autorités sont aujourd'hui formelles : on n'évacue pas, le coût économique est trop élevé. Autre exemple et autre lieu : Haicheng, en Chine. En janvier et début février 1975, plusieurs signes (variations du champ magnétique, du niveau de l'eau des puits, comportements étranges des animaux, etc.) incitent les sismologues à alerter les autorités de l'imminence d'un séisme. Celui-ci eut lieu dans la nuit du 4 au 5 février et détruisit la ville de Haicheng : aucune victime ne fut à déplorer, car 3 millions de personnes avaient été évacuées deux jours plus tôt. Dix-huit mois plus tard, à 300 km à l'ouest de Haicheng, un séisme, que ni les poules, ni les poissons rouges, ni les sismologues n'avaient pressenti, fit de 300 000 à 1 million de morts (selon les sources). On voit bien les différences qui déterminent la prise de risque entre ces deux grandes nations que sont les États-Unis et la Chine : San Francisco est largement construite en parasismique (on estime cependant qu'il y aurait quelques dizaines de milliers de morts en cas de Big One) et le coût est essentiellement économique dû aux cessations d'activité et à l'évacuation ; en Chine les pertes humaines et les dégâts sont généralement importants, le coût économique plus faible, l'évacuation des populations plus disciplinées se fait sans panique (et les pillages sont moindres). Dans tous les cas, ce type de prise de risque collectif se fait d'autorité.

Autre cas, les éruptions volcaniques explosives. Leur cause est simple. Plus un magma est riche en silice, plus sa viscosité est grande : il remonte lentement dans la cheminée du volcan et, ayant le temps de se refroidir, y forme un bouchon. Les gaz dissous dans le magma s'accumulent dans la chambre jusqu'à ce que la pression soit s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Essai de classification des catastrophes technologiques

Essai de classification des catastrophes technologiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Essai de classification des catastrophes naturelles

Essai de classification des catastrophes naturelles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Catastrophe aérienne à Amsterdam

Catastrophe aérienne à Amsterdam
Crédits : Pool Merillon/ Ribeiro/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification

Autres références

«  CATASTROPHES  » est également traité dans :

MCDONNELL JAMES SMITH JR. (1899-1980)

  • Écrit par 
  • Bernard MARCK
  •  • 1 237 mots

Dans le chapitre « Une diversification aéronautique et spatiale »  : […] Le 28 avril 1967, James S. McDonnell Jr. reprend la société Douglas Aircraft Company pour former la McDonnell Douglas Corporation, devenant ainsi le deuxième fournisseur militaire aux États-Unis, derrière Boeing (qui absorbera d’ailleurs cette firme en 1997). Dès 1967, il poursuit le développement du Phantom et met au point, pour le corps des marines , l’avion d’appui au sol A-4M Skyhawk qui effec […] Lire la suite

TRAUMATISME PSYCHIQUE

  • Écrit par 
  • Hélène THOMAS
  •  • 1 217 mots

Dans le chapitre « Évolution de la notion de trauma »  : […] Ce concept s'est construit sur les champs de bataille des guerres de l'histoire et connaît actuellement une médiatisation qui a permis de prendre conscience que, lors d'un conflit, c'est toute une population qui est concernée et pas seulement les soldats. Par ailleurs, la prise en compte des catastrophes « civiles », telles que les tremblements de terre, les inondations ou les prises d'otages, s' […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9 août 2021 Climat. Rapport du GIEC.

Les catastrophes naturelles qui se produisent au cours de l’été illustrent les conclusions du rapport : précipitations records en Inde, en Chine et au Japon, pics de chaleur exceptionnels au Canada, dans l’Ouest américain, en Espagne et au Maroc, inondations meurtrières en Allemagne et en Belgique, « mégafeux » en Sibérie, en Californie, en Grèce, en Turquie, en Algérie, en Tunisie, en Italie et sur la côte nord-est de l’Adriatique. […] Lire la suite

28 septembre - 11 octobre 2018 Indonésie. Séisme et tsunami meurtriers.

Le 1er octobre, le gouvernement se résout à faire appel à l’aide internationale, mais quelques jours plus tard, l’Agence nationale de gestion des catastrophes demande aux ONG étrangères de rappeler leurs personnels et de n’intervenir que par l’intermédiaire des services locaux. Le 11 octobre, les autorités ordonnent l’arrêt des recherches. Le bilan s’établit à plus de deux mille morts et plus de cinq mille disparus. […] Lire la suite

11 janvier 2011 Brésil. Glissements de terrain meurtriers

Le bilan, qui s'élève à plusieurs centaines de morts, fait de ce drame l'une des catastrophes naturelles les plus meurtrières survenues dans le pays au cours des dernières décennies. Les autorités mettent en cause l'urbanisation sauvage qui aurait aggravé les conséquences du phénomène météorologique de la Niña.  […] Lire la suite

12-14 juillet 2008 France – Union européenne. Lancement de l'Union pour la Méditerranée

Celle-ci évoque six projets régionaux: la dépollution de la Méditerranée, la réalisation d'« autoroutes maritimes et terrestres » destinées à faciliter les échanges de personnes et de biens, la mise en place d'une protection civile apte à lutter contre les catastrophes naturelles, le développement de l'énergie solaire, la création d'une université euro-méditerranéenne et la promotion d'une « initiative méditerranéenne de développement des affaires ». […] Lire la suite

1er-20 janvier 2005 Asie. Mise en place de l'aide internationale aux victimes du tsunami

Le 20, la conférence internationale sur la prévention des catastrophes naturelles, réunie à Kōbe (Japon), décide la création d'un système global d'alerte multidésastres sous l'égide de l'O.N.U., mais, en raison des propositions diverses et concurrentes des participants, aucun objectif précis n'a été fixé.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « CATASTROPHES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/catastrophes/