CATASTROPHES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La perception du risque

La perception du risque s'appuie sur des considérations souvent éloignées des données scientifiques ou statistiques.

Tout d'abord, et à l'exception de quelques événements appartenant à l'histoire (anéantissement de Pompéi en 79, désastre de Lisbonne en 1755, catastrophe minière de Courrières en 1906, etc.), la mémoire des catastrophes passées ne dépasse généralement guère l'expérience cumulée sur deux ou trois générations. Le sempiternel « on n'a jamais vu ça » est souvent sincère de la part de l'individu, observateur ou victime. Mais cette perte de mémoire est devenue inadmissible quand elle est collective ; la prévision commence en effet par une consultation des archives historiques : ce qui s'est déjà passé en un lieu se reproduit généralement si rien n'a été fait pour endiguer les causes, les mêmes causes engendrant les mêmes effets. Les exemples sont nombreux dans lesquels l'histoire ne fait que bégayer. Le mardi 10 février 1970, à Val d'Isère (Savoie), quelque 200 stagiaires prennent leur petit déjeuner dans un chalet de l'Union nationale des centres sportifs de plein air (U.C.P.A.). À 8h10, le chalet est submergé par une avalanche poudreuse : 38 morts et 39 blessés. Après enquête, il s'avérera que, trois fois au moins depuis 1917, des avalanches de même ampleur avaient suivi le même couloir et atteint la même zone où avait été construit le chalet. La crue torrentielle du Grand-Bornand (Haute-Savoie, 23 morts), le 14 juillet 1987, condense tous les ingrédients du climat d'insouciance avant, de surprise pendant, d'émotion après : oubli des événements du passé qui auraient dû renseigner sur les risques du présent ; tentative de dissimulation des données pourtant indispensables à la définition d'une politique du futur ; invocation de la fatalité pour tout absoudre. Comme disait La Rochefoucauld, « on ne devrait s'étonner que de pouvoir encore s'étonner ».

La perception du risque est parfois en contradiction avec le risque lui-même. Ainsi, dans un pays comme la France, les risques domestiques (cf. tableau), semblent assez bien assumés par la population, beaucoup mieux que les risques dits majeurs comme un séisme ou une explosion dans une usine, alors qu'ils sont responsables, en moyenne annuelle, d'un nombre de victimes bien plus élevé. Dans la vie de tous les jours, on accepte plus volontiers un « risque choisi » qu'un « risque imposé ». Ainsi, les utilisateurs de téléphone portable ne se soucient guère des dangers éventuels des ondes électromagnétiques émises par leur propre appareil, alors qu'ils se mobilisent contre l'installation d'une antenne relais dans leur quartier d'habitations.

Le fait que les risques majeurs soient plus perçus que les risques diffus (ou risques éclatés, cf. tableau) réside aussi dans le catastrophisme des premiers (cyclones, accidents nucléaires, naufrages de navires, etc.) – beaucoup de victimes en peu de temps, informations très relayées par les médias –, alors que les seconds, qui peuvent être responsables de plus de victimes, ont un taux d'occurrence plus constant et s'inscrivent dans une durée plus longue.

La perception du risque est aussi faussée par l'ignorance des dangers à long terme de technologies plus ou moins récentes (clonage, nanotechnologies, organismes génétiquement modifiés, etc.), par la peur des épidémies nouvelles ou qui réapparaissent (grippe aviaire), ou par une psychose particulière face à un événement mal compris. Ainsi, l'accident de Seveso en 1976, qui ne fit aucun mort (200 blessés légers), a profondément inquiété les populations : des dizaines d'avortements ont été demandés alors que les fœtus étaient normaux. Ce niveau de peur, qui s'explique en partie par la médiatisation d'un « nouveau » type de pollution (par la dioxine), tranchait avec les accidents de la route qui causaient à la même époque cent morts chaque week-end de l'autre côté des Alpes. Cette peur de certains risques s'est nourrie aussi d'un manque de confiance envers les industriels et les pouvoirs publics, selon trois doutes qui ne vont pas toujours de pair : l'acteur, celui qui agit, est-il compétent ? a-t-on l'assurance que celui-ci n'opère pas seulement au nom de son propre intérêt ? les acteurs et/ou responsables disent-ils la vérité ? Il n'y a guère que les scientifiques qui semblent échapper au soupçon. La diffu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Essai de classification des catastrophes technologiques

Essai de classification des catastrophes technologiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Essai de classification des catastrophes naturelles

Essai de classification des catastrophes naturelles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Catastrophe aérienne à Amsterdam

Catastrophe aérienne à Amsterdam
Crédits : Pool Merillon/ Ribeiro/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article

Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification

Autres références

«  CATASTROPHES  » est également traité dans :

MCDONNELL JAMES SMITH JR. (1899-1980)

  • Écrit par 
  • Bernard MARCK
  •  • 1 237 mots

Dans le chapitre « Une diversification aéronautique et spatiale »  : […] Le 28 avril 1967, James S. McDonnell Jr. reprend la société Douglas Aircraft Company pour former la McDonnell Douglas Corporation, devenant ainsi le deuxième fournisseur militaire aux États-Unis, derrière Boeing (qui absorbera d’ailleurs cette firme en 1997). Dès 1967, il poursuit le développement du Phantom et met au point, pour le corps des marines , l’avion d’appui au sol A-4M Skyhawk qui effec […] Lire la suite

TRAUMATISME PSYCHIQUE

  • Écrit par 
  • Hélène THOMAS
  •  • 1 217 mots

Dans le chapitre « Évolution de la notion de trauma »  : […] Ce concept s'est construit sur les champs de bataille des guerres de l'histoire et connaît actuellement une médiatisation qui a permis de prendre conscience que, lors d'un conflit, c'est toute une population qui est concernée et pas seulement les soldats. Par ailleurs, la prise en compte des catastrophes « civiles », telles que les tremblements de terre, les inondations ou les prises d'otages, s' […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9 août 2021 Climat. Rapport du GIEC.

Les catastrophes naturelles qui se produisent au cours de l’été illustrent les conclusions du rapport : précipitations records en Inde, en Chine et au Japon, pics de chaleur exceptionnels au Canada, dans l’Ouest américain, en Espagne et au Maroc, inondations meurtrières en Allemagne et en Belgique, « mégafeux » en Sibérie, en Californie, en Grèce, en Turquie, en Algérie, en Tunisie, en Italie et sur la côte nord-est de l’Adriatique. […] Lire la suite

28 septembre - 11 octobre 2018 Indonésie. Séisme et tsunami meurtriers.

Le 1er octobre, le gouvernement se résout à faire appel à l’aide internationale, mais quelques jours plus tard, l’Agence nationale de gestion des catastrophes demande aux ONG étrangères de rappeler leurs personnels et de n’intervenir que par l’intermédiaire des services locaux. Le 11 octobre, les autorités ordonnent l’arrêt des recherches. Le bilan s’établit à plus de deux mille morts et plus de cinq mille disparus. […] Lire la suite

11 janvier 2011 Brésil. Glissements de terrain meurtriers

Le bilan, qui s'élève à plusieurs centaines de morts, fait de ce drame l'une des catastrophes naturelles les plus meurtrières survenues dans le pays au cours des dernières décennies. Les autorités mettent en cause l'urbanisation sauvage qui aurait aggravé les conséquences du phénomène météorologique de la Niña.  […] Lire la suite

12-14 juillet 2008 France – Union européenne. Lancement de l'Union pour la Méditerranée

Celle-ci évoque six projets régionaux: la dépollution de la Méditerranée, la réalisation d'« autoroutes maritimes et terrestres » destinées à faciliter les échanges de personnes et de biens, la mise en place d'une protection civile apte à lutter contre les catastrophes naturelles, le développement de l'énergie solaire, la création d'une université euro-méditerranéenne et la promotion d'une « initiative méditerranéenne de développement des affaires ». […] Lire la suite

1er-20 janvier 2005 Asie. Mise en place de l'aide internationale aux victimes du tsunami

Le 20, la conférence internationale sur la prévention des catastrophes naturelles, réunie à Kōbe (Japon), décide la création d'un système global d'alerte multidésastres sous l'égide de l'O.N.U., mais, en raison des propositions diverses et concurrentes des participants, aucun objectif précis n'a été fixé.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « CATASTROPHES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/catastrophes/